Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

FRANCE

S'il n'est pas réélu, Nicolas Sarkozy quittera la vie politique

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2012

Pour la première fois, Nicolas Sarkozy a déclaré publiquement ce jeudi qu'il mettrait un terme à sa carrière politique s'il n'est pas réélu pour un second mandat à la présidence de la République, le 6 mai prochain.

AFP - Nicolas Sarkozy a confirmé jeudi, pour la première fois publiquement, qu'il arrêterait définitivement la politique s'il n'était pas réélu à un second mandat le 6 mai prochain et jugé que, même battu, il aurait fait "une très belle vie politique".

"Je vous le dis, oui", a répondu le président candidat de l'UMP lors d'un entretien accordé à RMC/BFMTV à la question "si vous perdez cette élection présidentielle, est-ce que vous arrêtez la politique ?"

"Je ne me mets pas dans cette perspective, mais puisque Julia (l'auditrice qui a posé la question à M. Sarkozy) me pose une question (...) je lui dis que je ne suis pas sûr de m'installer à Annemasse (le domicile de l'auditrice) mais que je ferai autre chose. Mais quoi, je ne sais pas", a-t-il dit.

"Je me bats de toutes mes forces pour protéger la France, pour promouvoir la France forte, pour gagner cette élection. C'est un enjeu considérable pour la France", a développé plus tard Nicolas Sarkozy.

"Je m'inquiète de voir le programme du candidat socialiste qui ne prévoit aucune économie et je m'inquiète de cette grande inexpérience dans une période aussi troublée", a-t-il ajouté, "mais si les Français devaient ne pas me faire confiance, est-ce que vous croyez vraiment que je devrais continuer dans la vie politique ? La réponse est non", a-t-il ajouté.

"J'ai par ailleurs voulu quelque chose qui est un grand changement. C'est que quelqu'un ne puisse pas faire plus de deux mandats successifs. Parce que ces carrières qui n'en finissent pas dans la vie politique, ça a quel résultat ? Ca empêche des jeunes de monter, ça fait des carrières où on s'habitue au pouvoir, ce qui est toujours une mauvaise chose", a également estimé le président sortant.

"C'est très simple, je dis aux Français (que) je me battrai de toutes mes forces pour avoir votre confiance, pour vous protéger, pour vous conduire, pour faire la France forte, mais si tel n'est pas votre choix, je m'inclinerai et c'est ainsi et j'aurai fait une très belle vie politique", a conclu M. Sarkozy.

Nicolas Sarkozy avait déjà confié en janvier qu'il mettrait un terme à sa carrière politique en cas d'échec dans sa course à un deuxième mandat, lors d'un entretien à bâtons rompus accordé à des journalistes lors d'un déplacement en Guyane. Ses propos, qui devaient rester confidentiels, avaient toutefois été rapportés par plusieurs médias.

"J'ai 56 ans, je fais de la politique depuis 35 ans, j'ai un métier (il est avocat, ndlr), je changerai complètement de vie, vous n'entendrez plus parler de moi si je suis battu", avait alors déclaré le chef de l'Etat.

Première publication : 08/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy promet un nouveau tour de vis sur l'immigration

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)