Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

FRANCE

S'il n'est pas réélu, Nicolas Sarkozy quittera la vie politique

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2012

Pour la première fois, Nicolas Sarkozy a déclaré publiquement ce jeudi qu'il mettrait un terme à sa carrière politique s'il n'est pas réélu pour un second mandat à la présidence de la République, le 6 mai prochain.

AFP - Nicolas Sarkozy a confirmé jeudi, pour la première fois publiquement, qu'il arrêterait définitivement la politique s'il n'était pas réélu à un second mandat le 6 mai prochain et jugé que, même battu, il aurait fait "une très belle vie politique".

"Je vous le dis, oui", a répondu le président candidat de l'UMP lors d'un entretien accordé à RMC/BFMTV à la question "si vous perdez cette élection présidentielle, est-ce que vous arrêtez la politique ?"

"Je ne me mets pas dans cette perspective, mais puisque Julia (l'auditrice qui a posé la question à M. Sarkozy) me pose une question (...) je lui dis que je ne suis pas sûr de m'installer à Annemasse (le domicile de l'auditrice) mais que je ferai autre chose. Mais quoi, je ne sais pas", a-t-il dit.

"Je me bats de toutes mes forces pour protéger la France, pour promouvoir la France forte, pour gagner cette élection. C'est un enjeu considérable pour la France", a développé plus tard Nicolas Sarkozy.

"Je m'inquiète de voir le programme du candidat socialiste qui ne prévoit aucune économie et je m'inquiète de cette grande inexpérience dans une période aussi troublée", a-t-il ajouté, "mais si les Français devaient ne pas me faire confiance, est-ce que vous croyez vraiment que je devrais continuer dans la vie politique ? La réponse est non", a-t-il ajouté.

"J'ai par ailleurs voulu quelque chose qui est un grand changement. C'est que quelqu'un ne puisse pas faire plus de deux mandats successifs. Parce que ces carrières qui n'en finissent pas dans la vie politique, ça a quel résultat ? Ca empêche des jeunes de monter, ça fait des carrières où on s'habitue au pouvoir, ce qui est toujours une mauvaise chose", a également estimé le président sortant.

"C'est très simple, je dis aux Français (que) je me battrai de toutes mes forces pour avoir votre confiance, pour vous protéger, pour vous conduire, pour faire la France forte, mais si tel n'est pas votre choix, je m'inclinerai et c'est ainsi et j'aurai fait une très belle vie politique", a conclu M. Sarkozy.

Nicolas Sarkozy avait déjà confié en janvier qu'il mettrait un terme à sa carrière politique en cas d'échec dans sa course à un deuxième mandat, lors d'un entretien à bâtons rompus accordé à des journalistes lors d'un déplacement en Guyane. Ses propos, qui devaient rester confidentiels, avaient toutefois été rapportés par plusieurs médias.

"J'ai 56 ans, je fais de la politique depuis 35 ans, j'ai un métier (il est avocat, ndlr), je changerai complètement de vie, vous n'entendrez plus parler de moi si je suis battu", avait alors déclaré le chef de l'Etat.

Première publication : 08/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy promet un nouveau tour de vis sur l'immigration

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)