Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Boko Haram conteste son implication dans le meurtre des deux otages européens

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/03/2012

La secte Boko Haram nie toute implication dans le double meurtre perpétré jeudi dernier contre deux otages - l'un italien, l'autre britannique. Depuis des mois, le groupe islamiste multiplie attaques et attentats sanglants dans le pays.

AFP - Le groupe islamiste Boko Haram au Nigeria a nié vendredi toute implication dans le rapt des otages italien et britannique tués jeudi lors d'un raid visant à les libérer, démentant une accusation du président nigérian Goodluck Jonathan.

"Nous ne sommes pas derrière la prise d'otage (...) qui a conduit à l'opération militaire d'hier à Sokoto au cours de laquelle les otages ont été tués", a déclaré un porte-parole présumé des islamistes lors d'une conférence de presse par téléphone.

"Nous n'avons jamais été impliqués dans des prises d'otage, cela n'est pas notre style et nous ne demandons jamais de rançon", a poursuivi le porte-parole se présentant sous le pseudonyme Abul Qaqa.

"Les allégations selon lesquelles les preneurs d'otage étaient des membres de notre groupe sont donc ridicules", a poursuivi le porte-parole de ce groupe qui multiplie depuis des mois attaques et attentats sanglants au Nigeria.

Jeudi matin, les forces de sécurité nigérianes, avec un appui des Britanniques, ont mené une opération contre une maison à Sokoto, dans l'extrême nord-ouest, où étaient détenus les deux otages enlevés en mai 2011.

Christopher McManus, citoyen britannique de 28 ans, et Franco Lamolinara, un Italien de 48 ans, tous deux ingénieurs, ont été tués.

Le chef de l'Etat nigérian avait affirmé jeudi soir que les ravisseurs appartenaient à Boko Haram.

"Le gouvernement nigérian ferait mieux de revoir ses informations et trouver la véritable indetité des kidnappeurs. Ils ne devraient pas se servir de nous pour dissimuler leur incompétence", a encore déclaré Abul Qaqa.

Première publication : 09/03/2012

  • NIGERIA

    La mort de deux otages européens attribuée à la secte Boko Haram

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Six personnes trouvent la mort dans des violences religieuses

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Une vingtaine de victimes après deux attaques imputées à Boko Haram

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)