Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

Éva Joly : "Le débat présidentiel a été dévoyé par des sujets xénophobes"

Texte par Julien PEYRON , Tony TODD

Dernière modification : 09/03/2012

À la peine dans les sondages, la candidate d’Europe Écologie Les Verts à la présidentielle a accordé un entretien à FRANCE 24. Elle fait le point sur la campagne et déplore l’absence de débats sur les questions internationales.

À un mois et demi du premier tour de la présidentielle française, la campagne n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Tel est, en substance, le message qu’Éva Joly, la candidate d'Europe écologie Les Verts, a voulu faire passer, vendredi 9 mars, en marge d’une rencontre avec des candidats aux législatives dans des circonscriptions de l’étranger. Trop franco-français et parfois même "xénophobes", les débats peinent à prendre de la hauteur, selon elle.

Diaporama sonore : Eva Joly

"Je pense que le débat présidentiel a été dévoyé par des sujets xénophobes qui ont l’avantage, pour le gouvernement sortant, de camoufler son bilan catastrophique", a-t-elle lancé.

La candidate écologiste, originaire de Norvège, déplore le fait que l’Europe et les sujets de politique internationale aient été relégués au second rang, se considérant elle comme "une candidate qui parle de géopolitique". Parmi les sujets qu’elle souhaite voir s’inviter dans le débat figurent, notamment, le désarmement, "un sujet tabou en France", le réchauffement climatique au niveau mondial et la réforme de l’ONU. "Mais quand j’ai parlé de réformer le Conseil de sécurité et d’y inclure de nouveaux membres, cela a soulevé un véritable tollé", rappelle-t-elle.

"Un bon score"

Concernant sa candidature qui ne décolle pas dans les sondages, Éva Joly relativise. "Il est important que je fasse un bon score pour que l’écologie ne disparaisse pas", explique-t-elle, soulignant que, dans le programme du candidat socialiste François Hollande, "il n’y a rien sur l’écologie". Lorsqu’on lui demande ce qu’elle entend par "un bon score", Éva Joly répond : "Je ne le sais pas. Faire du mieux que je peux…".

Première publication : 09/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Roubaix, Eva Joly dévoile son projet présidentiel

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    La "francophobie" au cœur de la guerre entre Marine Le Pen et Eva Joly

    En savoir plus

  • FRANCE

    Eva Joly dévoile les priorités des écologistes pour 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)