Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ukraine : des législatives sous tension

En savoir plus

REPORTERS

Catalogne, la rebelle espagnole

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : un policier tué dans une fusillade dans la banlieue de Tunis

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

SPORT

France-Angleterre, un choc prometteur

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 10/03/2012

L'équipe de France de rugby accueille ce dimanche au Stade de France l'équipe d'Angleterre à l'occasion de l'avant-dernière journée du Tournoi des VI Nations. Un match décisif pour les Bleus, qui espèrent encore remporter la compétition.

Le XV de France, écarté de la lutte pour le Grand Chelem après son match nul contre l'Irlande mais toujours en course pour remporter le Tournoi des VI nations, abat ses cartes face à une équipe d'Angleterre revancharde, dimanche à 16 heures au Stade de France.

Cela ressemble à une demi-finale. Pour les Français, le calendrier de ce Tournoi 2012 laissait augurer d'un dénouement décisif le 17 mars à Cardiff face au pays de Galles, désormais seule nation encore en course pour le Grand Chelem.

Encore faut-il pour cela écarter l'Angleterre, tenante du titre, grande rivale de l'hémisphère Nord éliminée (19-12) par la France en quart de finale de la Coupe du monde le 8 octobre à Auckland.

Le XV de la Rose ne se présente pas sous son meilleur visage dimanche au Stade de France. Le Grand Chelem est également hors d'atteinte pour les Anglais après la défaite à Twickenham face aux Gallois (19-12), qui a succédé à deux victoires plutôt chanceuses en Ecosse (13-6) et en Italie (19-15).

Grand oral

La fédération anglaise est en crise, le Mondial aux antipodes s'est conclu sur un échec, quelques affaires extra-sportives et le départ de l'entraîneur Martin Johnson. La feuille de route de cette équipe, entraînée par l'intérimaire Stuart Lancaster, est loin d'être tracée à quatre ans du Mondial-2015 organisé à domicile.

Mais le XV de la Rose n'aime rien mieux que de se refaire une santé sur le compte des Français. Et ces derniers ont rencontré suffisamment de difficultés face à leurs trois premiers adversaires --Italie (30-12), Ecosse (23-17) et Irlande (17-17)-- pour aborder ce "crunch" avec le sérieux nécessaire.

La première confrontation face à l'Anglais tient lieu de premier grand oral pour les entraîneurs du XV de France. Bernard Laporte et Marc Lièvremont leur doivent leur première défaite, à domicile de surcroît. Leur successeur Philippe Saint-André (PSA), choisi notamment pour son expérience acquise outre-Manche, sait à quoi s'attendre.

"J'ai énormément de respect pour cette équipe. J'ai eu la chance d'entraîner pratiquement neuf saisons en Angleterre, j'ai vécu beaucoup d'années comme joueur puis comme entraîneur dans ce pays", a rappelé "PSA".

Bouleversement

Après le match nul contre l'Irlande, l'entraîneur français a procédé à son premier bouleversement stratégique en changeant la charnière: le demi de mêlée Julien Dupuy et l'ouvreur Lionel Beauxis, tous deux de retour aux commandes pour la première fois depuis 2009, remplacent Morgan Parra et François Trinh-Duc. Les cadres Julien Bonnaire, William Servat et Lionel Nallet feront leurs adieux au Stade de France, le premier en troisième ligne, les deux autres comme remplaçants.

Après le match nul contre l'Irlande, l'entraîneur français a procédé à son premier bouleversement en changeant la charnière: le demi de mêlée Julien Dupuy et l'ouvreur Lionel Beauxis remplacent Morgan Parra et François Trinh-Duc.
La raison du faux pas irlandais, à bannir dimanche ? Une mauvaise entame de match. La troisième en autant de rencontres. Paradoxalement la plus réussie mais la plus sanctionnée, avec deux essais irlandais sur contre-attaque et ballon de récupération. Un zeste de pression supplémentaire pour une équipe française également appelée à confirmer ses points forts: conquête et discipline.

L'Angleterre promet de rendre coup pour coup. Malgré la défaite à Twickenham contre les Gallois, Stuart Lancaster a renouvelé sa confiance aux quinze titulaires dont le jeune et prometteur ouvreur Owen Farrell, le centre surpuissant Manu Tuilagi et le 3e ligne déménageur Ben Morgan. Rude comat en perspective au centre du terrain.

"Ce sera un grand défi d'affronter au Stade de France une équipe française invaincue et très expérimentée, mais nous sommes très motivés et nous voulons que le pays soit fier de nous", a déclaré l'entraîneur anglais, dont le poste suscite les convoitises, notamment de l'Irlandais Eddie O'Sullivan et du Sud-Africain Nick Mallett.


France : Poitrenaud - Clerc, Rougerie, Fofana, Malzieu - (o) Beauxis, (m) Dupuy - Bonnaire, Harinordoquy, Dusautoir (cap.) - Maestri, Papé - Mas, Szarzewski, Poux

Angleterre : Foden - Ashton, Ma. Tuilagi, Barritt, Strettle - (o) Farrell, (m) Dickson - Robshaw (cap.), Morgan, Croft - Parling, Botha - Cole, Hartley, Corbisiero


Remplaçants :

France : Servat, Debaty, Nallet, Picamoles, Parra, Trinh-Duc, Mermoz

Angleterre : Webber, Stevens, Palmer, Dowson, Youngs, Hodgson, Brown


Arbitre: Alain Rolland (IRL)

Première publication : 09/03/2012

  • RUGBY - VI NATIONS

    Le XV de France tenu en échec par des Irlandais combatifs

    En savoir plus

  • RUGBY - VI NATIONS

    À Murrayfield, la France bat l'Écosse dans la douleur

    En savoir plus

  • TOURNOI DES VI-NATIONS

    Solide et appliqué, le XV de France s'impose contre l'Italie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)