Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

L'ONU demande un supplément d'enquête sur les raids de l'Otan en Libye

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2012

La commission de l'ONU, chargée d'enquêter sur les opérations de l'Otan en Libye, a estimé ne pas avoir reçu assez d'informations sur les précautions prises pour protéger les civils. Elle a demandé un complément d'enquête.

AFP - La Commission internationale d'enquête sur la Libye a demandé vendredi un "supplément d'enquête" sur les raids de l'Otan dans ce pays qui, lors du conflit en 2011, ont tué 60 civils et en ont blessé 55 autres, selon son rapport final.

Le président de la commission, le juge canadien Philippe Kirsch, présentant son rapport final au Conseil des droits de l'Homme, a indiqué que "bien que l'Otan ait indiqué avoir pris toutes les précautions nécessaires pour protéger les civils", la Commission n'a pas "reçu suffisamment d'informations pour vérifier les faits de manière indépendante" et "recommande un supplément d'enquête".

Dans son rapport final, la commission a conclu que "sur 20 raids de l'Otan examinés, la Commission a recensé cinq raids durant lesquels 60 civils au total avaient été tués et 55 autres blessés".

Deux autres raids ont endommagé des infrastructures civiles sans qu'aucune cible militaire n'ait pu être identifiée, ajoute le rapport.

En dépit de ces informations, le rapport conclut que l'Otan "a mené une campagne très précise avec une détermination notable pour éviter les pertes civiles".

Depuis Bruxelles, la porte-parole de l'Otan, Mme Oana Lungescu s'est "félicitée" de ces conclusions de la Commission.

"Nous avons fait tout notre possible pour minimiser les risques pour les civils, mais dans une campagne militaire complexe, le risque ne peut pas être réduit à zéro" a-t-elle déploré.

"Nous regrettons profondément toute perte de victimes civiles pour lesquelles l'Otan aurait pu être responsable et nous soutenons les efforts des autorités libyennes pour examiner les incidents du conflit qui ont affecté des civils" a ajouté la porte-parole.

Le président de la Commission internationale d'enquête a relevé que "la commission est consciente du fait que des civils sont parfois tués lors de raids militaires, toutefois elle n'a pas été en mesure de conclure" lors des incidents mentionnés que "l'Otan avait pris toutes les précautions nécessaires pour protéger les civils, comme elle est censée le faire".

Le rapport final a souligné par ailleurs que le régime de Mouammar Kadhafi a déformé les bilans des pertes civiles dues aux raids aériens de l'Alliance atlantique.

"Plusieurs accusations contre l'Otan examinées par la Commission étaient soit exagérées soit une tentative délibérée de désinformation", affirme le rapport.

La Commission a notamment affirmé avoir reçu "un rapport crédible" faisant état du transport par les troupes libyennes de cadavres d'enfants depuis une morgue vers le site d'un raid de l'Otan.

D'autre part, le président de la commission a indiqué qu'il "remettra une liste confidentielle" composée d'individus directement ou indirectement impliqués dans des "crimes ou des violations de droits de l'homme" au Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

Cette liste sera ensuite remise aux autorités nationales, internationales ou judiciaires appropriées, a expliqué la commission d'enquête qui, dans un premier rapport publié en juin 2011, avait accusé les deux parties d'avoir commis des crimes.

 

Première publication : 09/03/2012

  • LIBYE

    La Libye célèbre le premier anniversaire de la révolte contre Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    En Libye, les milices fragilisent l'espoir de renouveau

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un an après la révolution, la difficile renaissance de la Libye

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)