Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

La gauche remporte les législatives et obtient la majorité absolue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2012

Vainqueurs ce samedi des législatives, les sociaux-démocrates de l'ancien Premier ministre Robert Fico ont obtenu une majorité absolue au Parlement. C'est la première fois dans l'histoire de la Slovaquie qu'un parti dispose de cet avantage.

AFP - Les sociaux-démocrates de l'ex-Premier ministre Robert Fico, victorieux samedi des élections législatives en Slovaquie, auront la majorité absolue au Parlement, selon le résultat après dépouillement de 96% des bulletins communiqué par l'office national des statistiques.

Le parti social-démocrate Smer-SD a obtenu presque 45% des voix et aura ainsi 84 députés sur 150 sièges au Parlement, si ce résultat est définitivement confirmé.

"L'essentiel, c'est que nous avons réussi avec un programme que nous avons offert aux Slovaques, en tant qu'une alternative à la droite", a déclaré M. Fico dimanche devant la presse.

"Nous sommes pour la consolidation des finances publiques, mais pas au détriment des gens aux bas revenus", a-t-il poursuivi.

"Notre programme est nettement pro-européen. Nous vivons au sein de l'UE, nous sommes pour la sauvegarde de la zone euro, pour la sauvegarde de l'euro en tant que monnaie européenne forte", a souligné M. Fico, le Premier ministre pressenti de la Slovaquie, membre de la zone euro depuis 2009.

Cinq autres partis seront représentés au Parlement slovaque monocaméral, selon ce résultat quasi-définitif. Les chrétiens-démocrates KDH et le nouveau parti "Gens ordinaires" auront chacun 16 députés. Le parti de la minorité hongroise Most-Hid en aura 13, devant le SDKU-DS du Premier ministre sortant Mme Iveta Radicova (11) et le parti libéral SaS (10).

A l'exception des "Gens ordinaires", il s'agit des quatre partis de centre-droit qui formaient le gouvernement sortant. En place depuis juillet 2010, ce cabinet a été mis en échec au Parlement en octobre dernier, lors d'un vote sur le renforcement du Fonds de secours de la zone euro (FESF).

Pour la première fois depuis l'indépendance de ce pays de 5,4 millions d'habitants, né en 1993 suite à la partition à l'amiable de l'ex-Tchécoslovaquie, la majorité absolue au Parlement slovaque sera détenue par un seul parti.

Se présentant comme pro-européen et défenseur des avantages sociaux des Slovaques, M. Fico souhaite notamment supprimer la "flat tax" (taxe unique) de 19% appréciée des milieux d'affaires, pour augmenter le taux d'imposition à 25% pour ceux dont les revenus annuels dépassent 33.000 euros.

Dans ce deuxième pays le plus pauvre de la zone euro, où le chômage frappait en janvier 13,69% de la population active, le Smer-SD a gagné des points en prônant de nouveaux impôts pour les riches.

Les partis de centre-droit ont été à la peine dans la campagne électorale, à la suite d'une affaire de corruption présumée qui a éclatée en décembre.

Mis sur internet par un anonyme, un dossier baptisé "Gorille" a révélé des liens étroits entre des dirigeants politiques et ceux du groupe d'investissement Penta, grâce à des écoutes dans un appartement de Bratislava mises en place par les Services du renseignement (SIS) en 2005-2006.

Le ministre sortant des Affaires étrangères Mikulas Dzurinda, leader du SDKU-DS, était à l'époque Premier ministre. Son gouvernement avait mené des réformes, avec des privatisations et une ouverture aux investissements étrangers.

Première publication : 11/03/2012

  • SLOVAQUIE

    Les sociaux-démocrates donnés gagnants des élections législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)