Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Economie

La Grèce entame l'effacement de sa dette auprès de ses créanciers privés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/03/2012

Athènes a engagé, ce lundi, le processus d'échange de ses obligations qui lui permettra d'effacer près de 105 milliards d'euros de dette auprès de ses créanciers privés.

AFP - La Grèce a entrepris lundi, comme prévu, l'opération d'échange de ses obligations de droit grec d'une valeur de 177 milliards d'euro, dans le cadre de son plan de désendettement par ses créanciers privés, a-t-on appris auprès de l'organisme grec de la dette publique (PDMA).

Cette opération "technique" doit être effectuée "sur les écrans de la Banque de Grèce", et devrait s'achever dans la journée de lundi, a indiqué une source gouvernementale.

Le marché obligataire grec sera suspendu pour lundi et devrait rouvrir mardi.

En vertu de l'accord historique obtenu vendredi entre la Grèce et ses créanciers privés, ces derniers ont décidé de participer à cette opération à hauteur de 85,8% de la valeur des obligations de droit grec.

Mais pour contraindre les créanciers rétifs à suivre, la Grèce a décidé vendredi soir d'activer les clauses d'action collective (CAC) qui existent dans les contrats régissant les obligations de droit grec éligibles à l'échange, faisant ainsi porter l'opération sur l'ensemble des titres grecs.

Athènes a prolongé jusqu'au 23 mars le délai de participation pour les détenteurs de titres de droit étranger, n'ayant obtenu des offres que de 69% d'entre eux. L'échange de ces titres, obligations de droit étranger et prêts obligataires aux entreprises publiques, doit intervenir dans un mois.

Cette restructuration, qui doit effacer quelque 105 milliards d'euros de dette détenue par les créanciers privés au prix pour eux de pertes réelles de l'ordre de 74%, vise à faire baisser la dette totale du pays à 120,5% du PIB, d'ici 2020 contre 160% du PIB actuellement (à plus de 350 milliards d'euros).

Concernant l'opération en tant que telle, en échange d'une obligation d'un montant initial de 100, la Grèce propose de donner aux créanciers des titres d'une valeur de 46,5 en renonçant au reste. Concrètement, ils vont recevoir des titres dont la valeur faciale sera inférieure de 53,5%. Il s'agira d'obligations émises par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour 15% de la valeur initiale et de nouvelles obligations grecques pour 31,5%.

Première publication : 12/03/2012

  • ZONE EURO

    L’accord entre Athènes et ses créanciers privés ne suffira pas à sauver la Grèce

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    La Grèce efface une partie de la dette détenue par les créanciers privés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment les banques ont accepté de perdre 50 % de leurs avoirs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)