Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

Economie

La Grèce entame l'effacement de sa dette auprès de ses créanciers privés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/03/2012

Athènes a engagé, ce lundi, le processus d'échange de ses obligations qui lui permettra d'effacer près de 105 milliards d'euros de dette auprès de ses créanciers privés.

AFP - La Grèce a entrepris lundi, comme prévu, l'opération d'échange de ses obligations de droit grec d'une valeur de 177 milliards d'euro, dans le cadre de son plan de désendettement par ses créanciers privés, a-t-on appris auprès de l'organisme grec de la dette publique (PDMA).

Cette opération "technique" doit être effectuée "sur les écrans de la Banque de Grèce", et devrait s'achever dans la journée de lundi, a indiqué une source gouvernementale.

Le marché obligataire grec sera suspendu pour lundi et devrait rouvrir mardi.

En vertu de l'accord historique obtenu vendredi entre la Grèce et ses créanciers privés, ces derniers ont décidé de participer à cette opération à hauteur de 85,8% de la valeur des obligations de droit grec.

Mais pour contraindre les créanciers rétifs à suivre, la Grèce a décidé vendredi soir d'activer les clauses d'action collective (CAC) qui existent dans les contrats régissant les obligations de droit grec éligibles à l'échange, faisant ainsi porter l'opération sur l'ensemble des titres grecs.

Athènes a prolongé jusqu'au 23 mars le délai de participation pour les détenteurs de titres de droit étranger, n'ayant obtenu des offres que de 69% d'entre eux. L'échange de ces titres, obligations de droit étranger et prêts obligataires aux entreprises publiques, doit intervenir dans un mois.

Cette restructuration, qui doit effacer quelque 105 milliards d'euros de dette détenue par les créanciers privés au prix pour eux de pertes réelles de l'ordre de 74%, vise à faire baisser la dette totale du pays à 120,5% du PIB, d'ici 2020 contre 160% du PIB actuellement (à plus de 350 milliards d'euros).

Concernant l'opération en tant que telle, en échange d'une obligation d'un montant initial de 100, la Grèce propose de donner aux créanciers des titres d'une valeur de 46,5 en renonçant au reste. Concrètement, ils vont recevoir des titres dont la valeur faciale sera inférieure de 53,5%. Il s'agira d'obligations émises par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour 15% de la valeur initiale et de nouvelles obligations grecques pour 31,5%.

Première publication : 12/03/2012

  • ZONE EURO

    L’accord entre Athènes et ses créanciers privés ne suffira pas à sauver la Grèce

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    La Grèce efface une partie de la dette détenue par les créanciers privés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment les banques ont accepté de perdre 50 % de leurs avoirs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)