Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Economie

La Grèce entame l'effacement de sa dette auprès de ses créanciers privés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/03/2012

Athènes a engagé, ce lundi, le processus d'échange de ses obligations qui lui permettra d'effacer près de 105 milliards d'euros de dette auprès de ses créanciers privés.

AFP - La Grèce a entrepris lundi, comme prévu, l'opération d'échange de ses obligations de droit grec d'une valeur de 177 milliards d'euro, dans le cadre de son plan de désendettement par ses créanciers privés, a-t-on appris auprès de l'organisme grec de la dette publique (PDMA).

Cette opération "technique" doit être effectuée "sur les écrans de la Banque de Grèce", et devrait s'achever dans la journée de lundi, a indiqué une source gouvernementale.

Le marché obligataire grec sera suspendu pour lundi et devrait rouvrir mardi.

En vertu de l'accord historique obtenu vendredi entre la Grèce et ses créanciers privés, ces derniers ont décidé de participer à cette opération à hauteur de 85,8% de la valeur des obligations de droit grec.

Mais pour contraindre les créanciers rétifs à suivre, la Grèce a décidé vendredi soir d'activer les clauses d'action collective (CAC) qui existent dans les contrats régissant les obligations de droit grec éligibles à l'échange, faisant ainsi porter l'opération sur l'ensemble des titres grecs.

Athènes a prolongé jusqu'au 23 mars le délai de participation pour les détenteurs de titres de droit étranger, n'ayant obtenu des offres que de 69% d'entre eux. L'échange de ces titres, obligations de droit étranger et prêts obligataires aux entreprises publiques, doit intervenir dans un mois.

Cette restructuration, qui doit effacer quelque 105 milliards d'euros de dette détenue par les créanciers privés au prix pour eux de pertes réelles de l'ordre de 74%, vise à faire baisser la dette totale du pays à 120,5% du PIB, d'ici 2020 contre 160% du PIB actuellement (à plus de 350 milliards d'euros).

Concernant l'opération en tant que telle, en échange d'une obligation d'un montant initial de 100, la Grèce propose de donner aux créanciers des titres d'une valeur de 46,5 en renonçant au reste. Concrètement, ils vont recevoir des titres dont la valeur faciale sera inférieure de 53,5%. Il s'agira d'obligations émises par le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour 15% de la valeur initiale et de nouvelles obligations grecques pour 31,5%.

Première publication : 12/03/2012

  • ZONE EURO

    L’accord entre Athènes et ses créanciers privés ne suffira pas à sauver la Grèce

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    La Grèce efface une partie de la dette détenue par les créanciers privés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment les banques ont accepté de perdre 50 % de leurs avoirs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)