Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Moyen-orient

Au moins 47 corps de femmes et d'enfants découverts à Homs

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/03/2012

Les corps d'au moins 26 enfants et 21 femmes ont été retrouvés à Homs lundi, rapportent des militants syriens qui dénoncent un massacre des forces du régime de Damas. Le Conseil national syrien appelle à une réunion d'urgence de l'ONU.

AFP - Une cinquantaine de corps de femmes et d'enfants ont été retrouvés dans la ville syrienne de Homs (centre), un "massacre" attribué lundi par l'opposition aux forces du régime et par les médias officiels à des "gangs terroristes".

Les photos et les vidéos diffusées par les militants montrent des images insoutenables d'enfants à la tête ensanglantée et au visage mutilé, ainsi que des corps complètements carbonisés.

Les bombardements sur la province d'Idleb
Le Conseil national syrien (CNS), principale formation de l'opposition, a précisé que le "massacre" avait été perpétré dimanche et dit "mener les contacts nécessaires avec l'ensemble des organisations et des pays amis du peuple syrien en vue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité" de l'ONU.

Le président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a confirmé à l'AFP ces tueries dans le grand quartier de Karm al-Zeitoun, dont une partie est contrôlée depuis quelques jours par l'armée et l'autre par les militaires dissidents.

"Des centaines de familles ont fui Homs dans la nuit, notamment du quartier de Karm al-Zeitoun, par crainte de nouveaux massacres par les forces du régime" et "beaucoup ont passé la nuit en plein air", selon lui.

"Les corps d'au moins 26 enfants et 21 femmes ont été retrouvés dans les quartiers de Karm al-Zeitoun et Al-Adawiyé, dont certains égorgés, d'autres poignardés par les chabbiha", les milices pro-régime, a affirmé à l'AFP Hadi Abdallah, militant local de la Commission générale de la révolution syrienne.

La télévision d'Etat a accusé des "gangs terroristes armés" d'avoir "kidnappé des citoyens à Homs et de les avoir tués et filmés pour susciter des réactions internationales contre la Syrie", et affirmé que les "autorités compétentes ont délivré les habitants de Karm al-Zeitoun des terroristes".

"Les gangs terroristes armés nous ont habitués à commettre plus de crimes avant les réunions du Conseil de sécurité", a-t-elle indiqué, dénonçant une "hystérie médiatique terroriste contre la Syrie".

L'AFP n'est pas en mesure de confirmer ces informations en raison des restrictions draconiennes imposées aux médias pour la couverture de la crise en Syrie, où le régime de Bachar al-Assad réprime depuis un an dans le sang une contestation populaire qu'il assimile à du "terrorisme".

Selon M. Abdallah, "des membres de l'Armée syrienne libre (ASL, formé des militaires dissidents) sont parvenus à transporter les corps au quartier de Bab Sebaa (à Homs), plus sûr" et c'est là que les militants ont filmé les corps.

"Certaines victimes ont été égorgées avec des couteaux, d'autres poignardées. Des enfants ont été frappés à la tête par des objets tranchants. Une fillette a été mutilée et certaines femmes ont été violées avant d'être tuées", a indiqué M. Abdallah.

"De nouveaux massacres pourront être encore perpétrés à l'avenir si la communauté internationale reste silencieuse", a affirmé M. Abdallah. "Nous appelons sans détour à une intervention militaire étrangère, à des frappes contre le régime et à armer l'ASL".

"Nous ne voulons plus de paroles, cela fait des mois que les Etats-Unis et les autres appellent Bachar à cesser les violences, mais il continue de tuer les gens. Ca suffit, s'ils n'ont rien d'autre à dire, qu'ils se taisent", a ajouté le militant.

Dans un incident séparé, M. Abdallah a rapporté que les forces du régime avaient "rassemblé dimanche des dizaines de femmes et filles sur des places publiques à Karm el-Zeitoun, les ont dénudées et ont commencé à rigoler, en présence de leurs familles".

"Des parents témoins de ces humiliations m'ont dit qu'ils ne pouvaient que pleurer (étant) menacés par une arme", a-t-il dit.

Première publication : 12/03/2012

  • SYRIE

    L'émissaire de l'ONU Kofi Annan quitte Damas sans accord de cessez-le-feu

    En savoir plus

  • SYRIE

    Kofi Annan présente des "propositions concrètes" à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Bachar al-Assad, pas question de dialoguer avec des "groupes terroristes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)