Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

Culture

Les traces d'une fresque de Léonard de Vinci découvertes à Florence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/03/2012

Les traces d'une fresque inachevée de Léonard de Vinci auraient été trouvées à la mairie de Florence. Des chercheurs d'œuvres d'art affirment avoir identifié une peinture noire utilisée pour la Joconde derrière une œuvre de Giorgio Vasari.

AFP - Des chercheurs d'oeuvres d'art pensent avoir trouvé des traces d'une fresque inachevée du génie italien de la Renaissance Leonard de Vinci, dans le cadre d'une opération controversée qui les a amenés à percer des trous dans une oeuvre de Giorgio Vasari à Florence.

Ces traces ont été découvertes à l'aide de micro-caméras et de sondes passées à travers une fresque de Giorgio Vasari décorant l'une des principales salles du Palazzo Vecchio, le siège de la mairie, à Florence, ont indiqué ces experts devant la presse lundi.

Ils ont dit avoir trouvé des traces d'une peinture noire, "anormale, spécifique", de la même nature que celle utilisée pour la Joconde et le "Saint-Jean Baptiste" de Leonard de Vinci.

"Ces données sont très encourageantes. Même si nous sommes dans la phase préliminaires des recherches et qu'il y a encore beaucoup de travail à faire pour résoudre ce mystère, les preuves nous suggèrent que nous cherchons au bon endroit", a déclaré le professeur d'histoire de l'art Maurizio Seracini.

Ces recherches sont le résultat d'une enquête que le professeur Seracini, qui enseigne à l'Université de San Diego (Californie, Etats-Unis), mène depuis une dizaine d'années.

Elles ont permis de retrouver aussi de la laque rouge et de la peinture marron sur un vieux mur caché par un autre sur lequel Vasari avait peint sa fresque.

Les experts ont cependant tenu à souligner lundi que les découvertes n'apportaient pas une réponse "définitive" et que d'autres analyses chimiques étaient encore nécessaires.

"Les données fournies par les analyses chimiques, même si elles ne sont pas définitives, suggèrent la possibilité que la fresque de Leonard de Vinci, que l'on croyait détruite vers le milieu du XVIème siècle, puisse exister derrière le Vasari", ont indiqué les chercheurs.

Les plus hautes autorités culturelles de Florence dont l'Office de la pierre dure (célèbre institut de recherche et restauration d'oeuvres picturales), soutenues par le maire de gauche Matteo Renzi, sont elles aussi convaincues que Vasari a peint en 1563 sa "Bataille de Marciano" en recouvrant la "Bataille d'Anghiari" de Leonard.

"Ce sont de premiers résultats très significatifs. Maintenant, nous devons chercher à comprendre ce qui reste du tableau de Leonard et ce que l'on peut en récupérer sans toucher à la fresque de Vasari", a déclaré le maire de Florence, Matteo Renzi, précisant que le ministre italien de la Culture se rendra prochainement sur place.

Parmi les instruments spéciaux utilisés dans cette opération figure une caméra à haute résolution, réalisée par un physicien nucléaire américain, Robert Smither, et normalement utilisée pour réaliser des images de cancers dans le corps humain.

Ces recherches ont soulevé une controverse en Italie car des centaines d'historiens d'art et d'experts ont signé une pétition affirmant que l'opération n'est qu'une publicité "à la Dan Brown", l'auteur du "Da Vinci Code", et que l'introduction de micro-sondes a endommagé la fresque de Vasari.

Fin décembre, une enquête a été ouverte pour des actes de vandalisme présumés qui auraient été commis sur l'oeuvre de Vasari et la police a effectué des contrôles à Palazzo Vecchio.

Le maire a souligné qu'il ne s'agit "pas d'une croisade d'un fou amateur de mystères", mais que ces recherches sont "très importantes" pour Florence, sachant que très peu d'oeuvres de Leonard ont été retrouvées.

"La Bataille d'Anghiari", opposant des troupes de Milan à des forces florentines, peinte en 1505 pour montrer l'horreur de la guerre avec des chevaux ensanglantés et que Léonard n'a pas terminée car les couleurs s'estompaient, a été perdue vers la fin du 16e siècle. Mais elle est devenue célèbre car des artistes comme Rubens ont eu le temps de s'en inspirer ou de la reproduire.
 

Première publication : 12/03/2012

COMMENTAIRE(S)