Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 13/03/2012

"Achevez-nous ou débarrassez-nous des Américains"

Presse internationale, Mardi 13 mars 2012. Au menu de la presse internationale ce matin, le massacre de 16 Afghans par un soldat américain de l’Otan, qui vient relancer le débat sur le retrait anticipé des forces de l’Otan en Afghanistan

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

On commence cette revue de presse avec le massacre commis dimanche par un soldat américain de l’Otan en Afghanistan - une tuerie qui a coûté la vie à 16 personnes, dont plusieurs femmes et des enfants.

C’est un massacre sur lequel revient ce matin The New York Times, avec le témoignage d’un homme de 60 ans, Abdul Samad, qui avait fui son village et a découvert en rentrant chez lui, dimanche dernier, les corps de 11 membres de sa famille. Abdul Samad qui soutenait jusque là l’intervention de l’Otan dans son pays parce qu’il souhaitait voir l’Afghanistan débarrassé des talibans, mais qui dit aujourd’hui que les soldats de la coalition doivent partir: «Les Américains ne nous protègent pas des Talibans», explique ce paysan pauvre, qui a eu quelques instants le président Karzaï au téléphone et lui a dit: «Finissez-nous ou débarrassez-vous des Américains. Les Américains nous tuent et brûlent nos corps après».

La présence des Alliés en Afghanistan qui va être au programme de la rencontre entre Barack Obama et David Cameron. Le premier ministre britannique effectue aujourd’hui et demain une visite aux Etats-Unis. David Cameron a déjà fait savoir que ce massacre ne devait pas affecter le «très bon travail de la coalition dans le pays», et que l'Otan ne devait pas dévier du processus de transition prévu - voilà pour le discours officiel. Mais les Alliés chercheraient désormais à accélérer leur retrait, d’après The Times.

Un projet dont The Times s’inquiète en expliquant que ce massacre, aussi horrible soit-il, ne doit pas donner lieu à un sauve-qui-peut: il n’y a pas, d’après le journal, d’argument valable pour revenir sur l’engagement qu’a fait Barack Obama de rester jusqu’à la fin de 2014.

Barack Obama et David Cameron qui signent  une tribune conjointe dans The Washington Post. C’est un texte où ils expliquent que l’action des Alliés en Afghanistan a commencé à porter ses fruits: le démantèlement d’Al Qaida, la façon dont la coalition aurait réussi à briser l’élan des Taliban, mais aussi la formation des forces afghanes.

Malgré cette satisfaction affichée par les deux dirigeants, l’engagement de l’Otan en Afghanistan n’est pas parvenu pour le moment à sécuriser le pays. Et ce manque de sécurité nourrit des doutes dont fait état ce matin The Guardian, qui nous propose ce matin un dessin inspiré d’un tableau de Goya où l’on voit un colosse, l’Otan, chercher sa voie, chercher son rôle au milieu des brumes afghanes.

Le massacre de dimanche qui replace aussi la question de l’engagement en Afghanistan dans la campagne présidentielle américaine, d’après The Washington Post.
Le journal rappelle que ce ne sera pas le sujet déterminant de cette campagne, qui se joue essentiellement sur les enjeux économiques, mais que ce n’est plus, aujourd’hui, un sujet passé sous silence. Il a d’ailleurs été évoqué hier par Mitt Romney.

Le candidat républicain qui a toujours autant de difficultés à séduire l’électorat populaire, d’après un autre article du Washington Post, qui revient sur les primaires qui ont lieu aujourd’hui dans le Mississipi et l’Alabama.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/10/2014 Revue de presse internationale

"Le fardeau d'une nation"

Presse internationale, lundi 20 octobre 2014. Au menu de cette revue de presse, "l'hystérie" de l'opinion américaine face à Ebola, une lettre de la présidente du Liberia Ellen...

En savoir plus

20/10/2014 Art contemporain

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

Presse française, lundi 20 octobre 2014. Au menu de cette revue de presse, la sortie du bois de Martine Aubry, la solidarité faiblissante des Français, et deux bonnes nouvelles.

En savoir plus

20/09/2013 Allemagne

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

À la une de la presse française ce matin, les élections allemandes. Pour "Le Figaro", les Français plébiscitent Merkel alors que "Libération" s’interroge sur les limites du...

En savoir plus

17/10/2014 Revue de presse internationale

Famine en Afrique de l'Ouest : quand un fléau en annonce un autre...

Dans la revue de presse internationale du vendredi 17 octobre, présentée par Sandrine Gomes, les principaux titres sont consacrés au virus Ebola et à la famine en Afrique de...

En savoir plus

17/10/2014 Revue de presse française

Ebola : "Le virus de la peur"

Au menu de cette revue de presse française, vendredi 17 octobre, la peur du virus Ebola qui gagne l'Occident, les risques de psychose dans l'opinion publique suscités par...

En savoir plus