Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Malgré ses 500 signatures, Marine Le Pen accuse l’UMP d'exercer des pressions

©

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 14/03/2012

Après avoir entretenu le suspense à grand renfort de discours, le Front national annonce avoir obtenu les 500 parrainages nécessaires pour concourir à la présidentielle. La suite d’un feuilleton... que le FN joue depuis 1988.

"C’est la plus vieille série de la vie politique, même à la télé il n'y en a pas qui dure aussi longtemps", a ironisé Nathalie Kosciusko-Morizet. La porte-parole du candidat Sarkozy réagissait, mardi matin, à l’annonce du Front national (FN) qui se félicite, avec tambours et trompettes, d’avoir obtenu les 500 parrainages nécessaires pour concourir à l’élection présidentielle, à trois jours de la clôture du dépôt des dossiers. Sur son compte Twitter, Marine Le Pen, candidate du FN, évoquait le sujet avec des trémolos : "Je serai candidate à l'élection présidentielle. Le système qui a voulu m'en empêcher vient de perdre une bataille MLP."

Le FN a-t-il surjoué la dramatisation ou a-t-il réellement eu toutes les peines du monde à réunir le nombre suffisant de signatures ? "Ce n’est pas qu’une ritournelle que le FN entonne à chaque élection présidentielle", analyse Jean-Yves Camus, politologue, spécialiste de l’extrême droite. "Jean-Marie Le Pen n’a déposé que 507 parrainages en 2007. Il a passé la barre ric-rac !"

Depuis son échec en 1981, faute de signatures, le Front national joue la même partition : pleurer l’absence de soutien, hurler après les partis dominants qui voudraient empêcher une candidature frontiste à la présidentielle, supplier les maires et les militants de se mobiliser. Or, à compter du scrutin de 1988, le parti n’a jamais échoué. "Ce refrain est très répétitif", admet Erwann Lecœur, politologue également spécialiste de l’extrême droite. "Il y a d’autres candidats qui ont des problèmes de parrainages, et ils n’en font pas le même usage médiatique. La recherche des signatures est un des moments les plus importants de la campagne du FN, c’est l’occasion d’une longue complainte médiatique."

Et pourtant, explique Jean-Yves Camus, "le FN se doit d’entretenir le suspense pour mobiliser les militants. Le parti n’a pas atteint le même degré de professionnalisation que les grandes structures politiques. Ils ont besoin d’exercer un minimum de pression sur leur base". Le Front national ne dispose que de 120 élus, des conseillers régionaux pour la plupart, et d'aucun maire." Il n’y a donc pas que du bluff dans le discours de Marine Le Pen", insiste le politologue. Les banques ont refusé de prêter de l'argent au FN tant qu’un doute subsistait sur la candidature frontiste. Et Marine Le Pen a assuré avoir annulé récemment deux meetings en province compte tenu de cette incertitude.


"L'UMP a maintenu la pression"

Durant ces dernières semaines, le Front national a fait enfler la rumeur : l’UMP aurait-il exercé des pressions pour que le parti d’extrême droite n’ait pas ses signatures ? Louis Aliot, numéro 2 du FN, affirmait mardi sur la chaîne i-Télé détenir "des dizaines de preuves", qui laissent à penser que "l'UMP a maintenu une pression jusqu'au bout pour (les) empêcher de les avoir". Pourquoi le parti majoritaire le ferait-il ? Marine Le Pen expliquait son point de vue, début mars, sur FRANCE 24 : "Le problème, c'est que, à la différence de 2007, où ça avait déjà été très difficile, je suis très haut dans les sondages. Par conséquent, vous pensez bien que les partis UMP et PS n'ont pas du tout envie que je vienne perturber le système et que je puisse être au second tour."

Empêcher ou pas la candidature de Marine Le Pen ? C’est un débat qui a bel et bien eu lieu au sein de l’UMP il y a deux mois, confirme Jean-Yves Camus. Nicolas Sarkozy a ensuite tranché le débat, en s’exprimant à plusieurs reprises en faveur de la candidature de son adversaire frontiste. Le parti majoritaire n’aurait pas souhaité que les électeurs de Marine Le Pen sanctionne massivement Nicolas Sarkozy au second tour pour le punir d'avoir entravé la candidature de leur favorite. "Marine Le Pen peut même servir de lièvre pour l’UMP au second tour", analyse Erwann Lecœur.

Avec ou sans intimidation, le Front national a désormais ses 500 signatures en poche – en attendant l’aval du Conseil constitionnel le 19 mars – et annonce vouloir relancer sa campagne électorale, "aller au contact des électeurs". "Maintenant, elle remonte sur le ring électoral", a abondé son allié Gilbert Collard, promettant que Marine Le Pen ferait désormais de nouvelles propositions.
 

Première publication : 13/03/2012

  • Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • Marine Le Pen : retour aux fondamentaux

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le Conseil constitutionnel rejette l'anonymat des parrainages

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)