Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 14/03/2012

"Oui, on vend des armes à la Syrie, et on en est contents"

Presse internationale, Mercredi 14 mars 2012. Au menu de la presse internationale ce matin, les propos du vice-ministre russe de la Défense, qui reconnaît sans problème que son pays continue de vendre des armes à la Syrie, le doublé de Santorum, et une polémique sur l’association Save The Children.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

On commence cette revue de presse internationale avec une déclaration signée Anatoly Antonov, le vice-ministre russe de la Défense, qui a réaffirmé hier que la Russie continuerait d'honorer ses engagements relatifs à la livraison d'armements à la Syrie.

«Oui, on vend des armes à la Syrie, et oui, on en est contents», a-t-il déclaré en substance. C e qu’il a dit très exactement, c’est ça: «Ce n'est pas un secret que nous entretenons une coopération militaire et technique importante avec ce pays», avant d'ajouter que Moscou «ne voit aucune raison d'y renoncer» - pas une raison d’y renoncer, les crimes contre l’humanité commis par le régime de Bachar El Assad, ni les quelque 8000 morts et les milliers de Syriens torturés.

La Russie persiste et signe, en dépit, entre autres, de ce rapport publié aujourd’hui par Amnesty International et dont fait état ce matin The Independent, qui révèle que les détenus syriens sont confrontés «à un monde cauchemardesque de torture systématique», et qui dénonce «l'ampleur de la torture et des mauvais traitements en Syrie» qui atteindrait «un niveau jamais vu pendant des années» et rappellerait «l'ère sombre des années 1970 et 1980», d’après les témoignage de survivants ayant trouvé refuge en Jordanie. Un rapport, qui livre ce matin des détails insoutenables de ce qui est infligé dans les prisons syriennes.

La Russie et la Chine n’en démordent pas, la communauté internationale doit se garder d’intervenir en Syrie. Un avis que partagent d’ailleurs certains responsables politiques occidentaux. C’est l’avis par exemple de John D.Podesta, un ancien conseiller de Bill Clinton, qui signe ce matin une tribune dans The Moscow Times où il explique en quoi la position russe peut être défendable.

On passe maintenant aux Etats-Unis, où Rick Santorum est parvenu à ravir le Mississipi et l’Alabama à Mitt Romney, un doublé sur lequel revient ce matin The Daily Beast. Le site «une victoire en chantant» de l’ultra-catholique et challenger de Romney, Rick Santorum - une victoire qui rend moins évidente la désignation de Mitt Romney par les délégués républicains en juillet prochain.

Il est également beaucoup question ce matin de l’ONG américaine Invisible Children, qui vient de mobiliser une audience sans précédent sur Internet, lors d'une campagne en faveur de l'arrestation du chef de guerre ougandais Joseph Kony. Il est, on le rappelle, le chef de l'Armée de résistance du Seigneur, et est  poursuivi depuis 2005 par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité. On le  soupçonne d’être responsable de l'enlèvement, de la torture et de l'exploitation de dizaines de milliers d'enfants dans le nord de l'Ouganda entre 1988 et 2005. Ses troupes, bien qu’affaiblies, poursuivent leurs exactions en République démocratique du Congo , au Soudan du Sud et en Centrafrique...voilà ce que quoi l’ONG américaine voulait sensibiliser l’opinion, et accroître la pression sur le gouvernement américain pour que Joseph Konny soit enfin arrêté. Mais le problème, rapporte The Guardian, c’est que cette campagne était truffée d’approximations et déclinée sur un ton extrêmement sentimentaliste, ce qui a suscité beaucoup de critiques, notamment sur la toile.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus