Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

Afrique

Le Congolais Thomas Lubanga reconnu coupable de crimes de guerre

©

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Pierrick LEURENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2012

La Cour pénale internationale a rendu mercredi son premier verdict, reconnaissant le milicien congolais Thomas Lubanga coupable de crimes de guerre pour avoir supervisé et organisé l'enrôlement d'enfants-soldats en RD Congo entre 2002 et 2003.

Près de dix ans après sa création, la Cour pénale internationale (CPI) a rendu, mercredi 14 mars, son premier verdict à La Haye dans le procès de Thomas Lubanga, l’ex-chef de milice congolais de 51 ans.

Transféré à La Haye en 2006, cet ancien chef de l'Union des patriotes congolais (UPC) a été reconnu coupable de crimes de guerre pour avoir enrôlé des enfants-soldats au sein des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), l'aile militaire de l'UPC, entre septembre 2002 et août 2003, au cours de la guerre civile en Ituri, une province du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC).

"Des faux témoignages ont été retirés des conclusions du procès."

"La chambre a conclu à l'unanimité que l'accusation a prouvé au-delà de tout doute raisonnable que Thomas Lubanga est coupable des crimes de conscription et d'enrôlement d'enfants de moins de quinze ans et les a fait participer à un conflit armé", a déclaré le juge britannique Adrian Fulford lors de l’audience publique à La Haye.

L’accusé, qui avait plaidé non coupable, restera en détention jusqu’à ce que les juges prononcent sa peine à une date qui n’a pas pour l’instant été communiquée. La défense a un délai de trente jours pour faire appel du jugement.

Le verdict pourrait être utilisé contre Joseph Kony

Le procureur de la CPI avait annoncé avant le début du procès qu’il requerrait une peine sévère, proche de la peine maximum de 30 ans de réclusion, à l’encontre de Thomas Lubanga. Ce procès aura duré trois ans, alors qu'il était prévu 6 à 9 mois.

Il s’agit du premier procès international consacré exclusivement au recrutement d'enfants-soldats. Le verdict tombe quelques jours après le lancement de la campagne #StopKony par l'organisation américaine Invisible Children, devenue un phénomène sur Internet, et qui a rappelé au monde l’existence de Joseph Kony. Ce dernier, inculpé par la CPI comme Thomas Lubanga, d’avoir dirigé des milices congolaises qui ont enlevé des enfants pour les forcer à devenir soldats, reste l'un des fugitifs les plus recherchés de la planète.

Ce verdict pourrait permettre d'établir des précédents juridiques utilisables contre Joseph Kony et les membres de son Armée de résistance du seigneur (Lord's Resistance Army, LRA) s'ils sont arrêtés et traduits en justice.

La CPI a dix ans

"Quand j’ai commencé, on disait que nous n’arriverions jamais à tenir un procès, se souvient le procureur Luis Moreno-Ocampo dans un entretien à l’AFP. Alors que maintenant, nous menons des enquêtes dans sept pays, nous avons des gens en prison, nous sommes un vrai tribunal."

Le chef de milice congolais Lubanga, premier visé par un mandat d’arrêt de la CPI, est emprisonné au centre pénitentiaire de la Cour avec deux autres anciens chefs de milice en RDC, Germain Katanga et Mathieu Ngudjolo Chui, poursuivis eux aussi pour leur rôle dans la guerre civile en Ituri. Sont également détenus dans le Centre pénitentiaire l’ex-vice-président de la République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba et l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo.

La CPI conduit actuellement quinze procédures criminelles. Toutes concernent l’Afrique, au regret de plusieurs ONG de défense des droits de l’homme. Ne disposant pas de force de police propre, la Cour doit compter sur le bon vouloir des États signataires du statut de Rome (entré en vigueur en 2002) pour obtenir l’arrêt de suspects.

 

Première publication : 14/03/2012

  • DARFOUR

    Le ministre soudanais de la Défense visé par un mandat d'arrêt de la CPI

    En savoir plus

  • KENYA

    La CPI confirme les charges de crimes contre l'humanité contre quatre Kényans

    En savoir plus

  • RWANDA

    Callixte Mbarushimana, premier suspect de la CPI à être remis en liberté

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)