Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Pentagone sommé de s'expliquer sur la santé mentale du soldat meurtrier en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2012

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta (photo) a été sommmé de s'expliquer mercredi sur la santé mentale du soldat accusé d'avoir tué 16 civils afghans dimanche. Après avoir subi un choc traumatique en Irak, il avait été renvoyé au combat.

REUTERS - Un élu du Congrès américain a demandé au Pentagone d'expliquer pourquoi le soldat américain accusé du massacre de 16 civils afghans avait été renvoyé au combat après avoir subi une blessure à la tête en Irak.

Leon Panetta en Afghanistan après la tuerie de Kandahar

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta est arrivé mercredi dans le sud de l'Afghanistan, dans un contexte tendu après qu'un soldat américain y a tué 16 civils dimanche, faisant craindre des représailles anti-américaines.

Il doit rencontrer le président afghan Hamid Karzaï et des chefs locaux de cette région instable où la rébellion des talibans est très active, afin de tenter de rassurer la population trois jours après la tuerie, l'affaire la plus grave impliquant un soldat américain dans le pays en dix ans de conflit.

Le sergent, dont le nom a été gardé secret, avait été soigné pour un choc traumatique au cerveau après un accident de son véhicule en Irak en 2010, selon un officiel américain.

Bill Pascrell, qui préside une commission parlementaire sur les blessures au cerveau, a demandé au secrétaire à la Défense, Leon Panetta, de fournir des précisions sur la nature de la blessure et les conditions du retour du soldat sur le terrain.

"J'essaie simplement de savoir si le feu vert n'a pas été donné prématurément", a expliqué l'élu démocrate.

"Ce n'est en rien une excuse pour cet acte haineux (qui) nous a tous rendus malades. Mais mince, nous avons tous l'obligation d'empêcher ce genre de choses d'arriver", a ajouté Bill Pascrell.

D'autres membres du Congrès se sont fait l'écho de ces interrogations.

"Je crois que la question de savoir si la santé mentale est prise ou non au sérieux au sein des forces armées est franchement posée", a déclaré Patty Murray, sénateur démocrate
de l'Etat de Washington, qui héberge la base militaire où le soldat était affecté avant de partir en Afghanistan.

Le porte-parole de la Maison blanche, Jay Carney, a refusé de commenter ce débat, déclarant seulement que le président Barack Obama était conscient des séquelles des guerres en Irak et en Afghanistan sur la santé des vétérans.

Première publication : 14/03/2012

  • AFGHANISTAN

    La commission d'enquête sur le massacre de Kandahar attaquée

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington ne changera pas de stratégie en Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les Taliban entendent venger l'assassinat des 16 civils afghans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)