Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

L'assassin présumé de 16 civils afghans a été extradé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2012

Le soldat américain, auteur présumé du meurtre de 16 civils, a été transféré hors d'Afghanistan, ce mercredi, sans que soit révélé le lieu exact de son incarcération. On ignore également où se tiendra son éventuel procès.

AFP - Le sous-officier américain, auteur présumé de l'assassinat de 16 civils afghans dimanche dans la province de Kandahar (sud), a été transféré hors d'Afghanistan, a affirmé mercredi un porte-parole du Pentagone, qui n'a pas précisé sa destination.

"Il a été transféré hors du pays dans un autre centre de détention", a affirmé à des journalistes le capitaine de vaisseau John Kirby, expliquant que l'armée américaine ou la coalition internationale ne disposaient pas en Afghanistan d'infrastructures pénitentiaires à même d'accueillir l'auteur présumé de tels faits.

Le militaire américain avait quitté au milieu de la nuit à pieds sa base du district de Panjwayi avant de tuer dans deux villages avoisinants 16 personnes, dont de nombreux femmes et enfants, selon les premiers éléments de l'enquête.

Il était ensuite revenu à sa base où il s'était rendu. Les enquêteurs de l'armée américaine disposent d'images de vidéo surveillance montrant le sous-officier, un sergent de 38 ans, en train de se rendre, a affirmé à l'AFP une source américaine en Afghanistan.

Les motivations ou l'état psychologique ou psychiatrique du militaire restaient non précisés trois jours après les faits.

Le militaire n'a à ce stade pas été inculpé. Selon le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta, s'il est reconnu coupable par la justice militaire américaine, il encourt la peine de mort.

Interrogé sur le fait de savoir si son transfèrement hors d'Afghanistan signifiait qu'il ne serait pas jugé dans le pays, contrairement à la demande de la chambre basse du parlement afghan de le voir jugé publiquement "devant le peuple afghan", le capitaine de vaisseau Kirby a indiqué qu'il était "trop tôt" pour tirer quelque conclusion que ce soit.

Mais un autre porte-parole du Pentagone, George Little, a de son côté rappelé lundi qu'un accord entre les gouvernements américain et afghan prévoit que les actes délictuels ou criminels commis par des militaires américains sont du ressort de la justice militaire américaine et non afghane.

Ce type d'accord est systématique lorsque les Etats-Unis engagent leurs troupes à l'étranger en accord avec le gouvernement local.

 

Première publication : 14/03/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Le Pentagone sommé de s'expliquer sur la santé mentale du soldat meurtrier en Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les Taliban entendent venger l'assassinat des 16 civils afghans

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un soldat américain ouvre le feu sur des civils afghans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)