Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

Afrique

Reportage exclusif : à la recherche des charniers de Duékoué

Vidéo par Maureen GRISOT

Dernière modification : 15/03/2012

Des enquêteurs de la CPI se sont rendus à Duékoué, où les forces d’Alassane Ouattara sont soupçonnées d'avoir commis des massacres lors la crise post-électorale de 2011. FRANCE 24 les a suivis à la recherche d’éventuels charniers.

Le quartier du Carrefour, à Duékoué, une ville de l’ouest de la Côte d’Ivoire. C'est ici qu'ont eu lieu d'importants massacres, en mars 2011, lors de la prise de la ville par les forces loyales à Alassane Ouattara. Un an après, la zone porte encore les stigmates des violences.

Les enquêteurs de la Cour pénale internationale (CPI) sont sur place pour constater l’existence d’éventuels charniers. Pour la première fois, des scientifiques de l'institution vont sonder les parcelles de terre suspectes.

"Nous allons utiliser une sonde archéologique qui sert à tester les différences de densité du sol, à voir s'il y a des obstacles souterrains comme des corps, afin de confirmer la présence éventuelle de cadavres inhumés sur le site", explique le médecin légiste de la CPI.

L’une des fouilles entreprises pourrait se révéler concluante, révèle le chef de l'unité scientifique du Bureau du procureur de la CPI, Éric Baccard. "Aucune des constatations qui ont été faites lors de l'examen préliminaire de cette zone ne vient contredire l'hypothèse de charniers. Il y a, au contraire, des arguments positifs qui viennent créditer cette information", indique-t-il.

"Nous voulons que ce soit des étrangers qui viennent enquêter sur la situation de la Côte d'Ivoire"

L'arrivée d'enquêteurs internationaux ne passe pas inaperçue auprès de la population, qui place beaucoup d'espoirs dans la présence de ces étrangers venus mettre au jour les charniers.

"Ils n'ont rien à nous cacher et à cacher aux yeux de l'opinion internationale. L'Ivoirien en tant que tel, lui, peut être partisan, on ne sait pas de quel bord il est. Il peut donc cacher la vérité et faire brandir le mensonge. C'est pourquoi nous voulons que ce soit des étrangers qui viennent enquêter sur la situation de la Côte d'Ivoire", explique l'un des habitants.

Si aucun charnier n’a été découvert à l’issue de cette journée de fouilles, le chef de la coopération internationale du Bureau du procureur de la CPI se dit satisfait du travail accompli. "L'objectif de cette mission a été atteint, dans la mesure où il fallait d'abord prouver ce qui a été documenté à La Haye […]. Il fallait en même temps préparer la stratégie d'enquête pour rassembler les éléments de preuve concernant les crimes les plus graves et les plus hauts responsables."

Une fois que les experts auront rendu leurs conclusions, le procureur de la CPI pourra décider s'il procède ou non à des exhumations.

Première publication : 14/03/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le président Ouattara prend en main le ministère de la Défense

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara nomme Jeannot Ahoussou-Kouadio au poste de Premier ministre

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Guillaume Soro élu président de l'Assemblée nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)