Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Afrique

Reportage exclusif : à la recherche des charniers de Duékoué

©

Vidéo par Maureen GRISOT

Dernière modification : 15/03/2012

Des enquêteurs de la CPI se sont rendus à Duékoué, où les forces d’Alassane Ouattara sont soupçonnées d'avoir commis des massacres lors la crise post-électorale de 2011. FRANCE 24 les a suivis à la recherche d’éventuels charniers.

Le quartier du Carrefour, à Duékoué, une ville de l’ouest de la Côte d’Ivoire. C'est ici qu'ont eu lieu d'importants massacres, en mars 2011, lors de la prise de la ville par les forces loyales à Alassane Ouattara. Un an après, la zone porte encore les stigmates des violences.

Les enquêteurs de la Cour pénale internationale (CPI) sont sur place pour constater l’existence d’éventuels charniers. Pour la première fois, des scientifiques de l'institution vont sonder les parcelles de terre suspectes.

"Nous allons utiliser une sonde archéologique qui sert à tester les différences de densité du sol, à voir s'il y a des obstacles souterrains comme des corps, afin de confirmer la présence éventuelle de cadavres inhumés sur le site", explique le médecin légiste de la CPI.

L’une des fouilles entreprises pourrait se révéler concluante, révèle le chef de l'unité scientifique du Bureau du procureur de la CPI, Éric Baccard. "Aucune des constatations qui ont été faites lors de l'examen préliminaire de cette zone ne vient contredire l'hypothèse de charniers. Il y a, au contraire, des arguments positifs qui viennent créditer cette information", indique-t-il.

"Nous voulons que ce soit des étrangers qui viennent enquêter sur la situation de la Côte d'Ivoire"

L'arrivée d'enquêteurs internationaux ne passe pas inaperçue auprès de la population, qui place beaucoup d'espoirs dans la présence de ces étrangers venus mettre au jour les charniers.

"Ils n'ont rien à nous cacher et à cacher aux yeux de l'opinion internationale. L'Ivoirien en tant que tel, lui, peut être partisan, on ne sait pas de quel bord il est. Il peut donc cacher la vérité et faire brandir le mensonge. C'est pourquoi nous voulons que ce soit des étrangers qui viennent enquêter sur la situation de la Côte d'Ivoire", explique l'un des habitants.

Si aucun charnier n’a été découvert à l’issue de cette journée de fouilles, le chef de la coopération internationale du Bureau du procureur de la CPI se dit satisfait du travail accompli. "L'objectif de cette mission a été atteint, dans la mesure où il fallait d'abord prouver ce qui a été documenté à La Haye […]. Il fallait en même temps préparer la stratégie d'enquête pour rassembler les éléments de preuve concernant les crimes les plus graves et les plus hauts responsables."

Une fois que les experts auront rendu leurs conclusions, le procureur de la CPI pourra décider s'il procède ou non à des exhumations.

Première publication : 14/03/2012

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le président Ouattara prend en main le ministère de la Défense

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara nomme Jeannot Ahoussou-Kouadio au poste de Premier ministre

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Guillaume Soro élu président de l'Assemblée nationale

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)