Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

  • Hollande : Assad "n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

Moyen-orient

Amnesty dénonce la "torture systématique" des opposants détenus en Syrie

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2012

Dans un rapport publié la veille du premier anniversaire du début de la révolte en Syrie, l'ONG s'alarme des tortures physiques, morales et sexuelles pratiquées sur les opposants détenus par le régime "à un niveau jamais vu depuis des années".

AFP - Les détenus en Syrie, où un mouvement de contestation est réprimé dans le sang depuis un an, sont confrontés "à un monde cauchemardesque de torture systématique", qui ramène le pays des décennies en arrière, a dénoncé Amnesty International mercredi.

"L'ampleur de la torture et des mauvais traitements en Syrie a atteint un niveau jamais vu pendant des années et rappelle l'ère sombre des années 1970 et 1980", a affirmé l'ONG dans un rapport basé sur le témoignage de survivants s'étant enfuis en Jordanie.

La situation "est désormais très semblable à celle vécue par les détenus sous l'ancien président Hafez al-Assad - un monde cauchemardesque de torture systématique", a affirmé Ann Harrison, du programme d'Amnesty au Moyen-Orient.

Le rapport, publié à la veille du premier anniversaire du début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, le fils d'Hafez, fait état de 31 méthodes de torture ou autres mauvais traitements utilisés par les forces de sécurité syriennes et les milices ("chabbiha").



"Beaucoup de victimes ont dit avoir commencé à être battues lors de leur arrestation", puis les violences se sont intensifiées "à leur arrivée dans le centre de détention", leurs geôliers les frappant alors "avec des bâtons, des crosses de fusil, des fouets, des poings, des câbles", a ajouté Amnesty.

Selon les témoignages recueillis auprès de 25 anciens détenus, la torture ou les mauvais traitements atteignaient leur paroxysme au moment des interrogatoires.

"Plusieurs survivants ont raconté la pratique du +dulab+ (pneu en arabe), durant laquelle la victime est coincée dans un pneu - souvent hissé en hauteur - et battue, parfois avec des câbles ou des bâtons".

D'autres techniques, de plus en plus utilisées, consistent à suspendre le détenu au-dessus du sol et à le frapper, ou à le soumettre à des chocs électriques.

L'un des survivants, prénommé Tareq, a raconté à Amnesty comment, alors qu'il était interrogé dans le quartier de Kafr Soussa à Damas, il avait été forcé d'assister au viol d'un autre prisonnier, Khaled: "L'officier l'a violé contre le mur. Khaled pleurait, en frappant sa tête contre le mur.

Ann Harrison a affirmé que les témoignages recueillis attestaient que des "crimes contre l'humanité" étaient commis en Syrie.

"Les Syriens responsables de la torture - y compris ceux ayant donné les ordres - doivent n'avoir aucun doute sur le fait qu'ils seront confrontés à la justice", a-t-elle dit.

Amnesty a appelé le Conseil de droits de l'Homme de l'ONU à étendre le mandat de sa commission d'enquête sur la Syrie, en "renforçant sa capacité de contrôle (...) en vue de poursuites".

Première publication : 14/03/2012

  • SYRIE

    L'armée de Bachar al-Assad prend le contrôle total d'Idleb

    En savoir plus

  • SYRIE

    Reportage exclusif : Al-Qusayr et son "boulevard des snipers"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad annonce l'organisation d'élections législatives le 7 mai

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)