Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée de Bachar al-Assad prend le contrôle total d'Idleb

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2012

La prise, ce mercredi, d'Idleb, un bastion proche de la frontière avec la Turquie, intervient au lendemain de l'annonce d'élections législatives en mai et deux semaines après la reprise le 1er mars de Baba Amr, quartier rebelle de la ville de Homs.

AFP - L'armée a pris mercredi le contrôle total de la ville rebelle d'Idleb dans le nord-ouest de la Syrie, au moment où l'opposition, déjà fragmentée, était fragilisée par la démission de trois personnalités de la principale alliance anti-régime.

Cette prise de contrôle intervient au lendemain de l'annonce par le président Bachar al-Assad de la tenue d'élections législatives en mai, jugées "ridicules" par Washington.

Le régime profite des divisions internationales et de la fragmentation de l'opposition pour réaffirmer son autorité sur l'ensemble du territoire.

La prise d'Idleb, un bastion proche de la frontière avec la Turquie, intervient en effet deux semaines après la reprise le 1er mars de Baba Amr, quartier rebelle de la ville de Homs (centre), après un mois de pilonnage meurtrier.

"Depuis hier (mardi) soir, il n'y a plus de combats, l'Armée syrienne libre (ASL) s'est retirée et l'armée régulière a pris d'assaut toute la ville et mène des perquisitions maison par maison", a affirmé Noureddine al-Abdo, un militant local, en précisant que l'armée poursuivait mercredi ses arrestations.

Mardi, le quotidien proche du pouvoir Al-Watan avait annoncé la fin de l'offensive contre Idleb en un "temps record".

Face à la réticence de la communauté internationale à armer les rebelles, les militants ont avancé de nouveau le manque d'équipements pour expliquer ce revers. "L'ASL a préféré se retirer. Tout le monde sait qu'elle est incapable de faire face à (la puissance de feu) de l'armée", a indiqué M. Abdo.

Les armes parvenaient en quantité à Baba Amr, notamment en provenance du Liban voisin, ce qui n'a pas été le cas d'Idleb. "Les rebelles d'Idleb ne recevaient pas d'armes. Ce dont ils disposaient, c'était essentiellement les armes que les déserteurs avaient amenées avec eux", a précisé le militant.

Les combattants rebelles, essentiellement des déserteurs équipés d'armes légères et moyennes, répètent souvent qu'ils peinent face à l'artillerie lourde des forces régulières.

Dans la province d'Idleb, les violents combats se poursuivaient mercredi notamment dans le district de Jabal al-Zaouia, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant quatre morts, deux civils et deux rebelles.

Parallèlement à la bataille militaire, le régime a tenté d'afficher une volonté de réformes, avec l'annonce mardi par M. Assad de la tenue de législatives le 7 mai, les premières depuis le début il y a un an de la révolte contre son régime.



Les Etats-Unis ont jugé "ridicule" l'organisation d'élections "au milieu des violences" qui, selon l'OSDH, avaient fait 79 morts mardi, en majorité des soldats.

Les législatives, prévues initialement en septembre 2011, avaient été reportées en raison des réformes annoncées par M. Assad, dont une nouvelle Constitution mettant fin à la primauté du parti Baas au pouvoir et plébiscitée le 27 février lors d'un référendum qualifié de "plaisanterie" par Washington.

Parallèlement, M. Assad a remis sa réponse aux propositions faites le week-end dernier par l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, lors d'entretiens qui avaient porté, selon ce dernier, sur la nécessité "d'un arrêt immédiat des violences et des meurtres, d'un accès aux organisations humanitaires et d'un dialogue".

"Nous examinons leur réponse", a simplement indiqué à l'AFP le porte-parole de M. Annan, Ahmad Fawzi, sans donner de plus de précision.

La Russie, principal allié de Damas, a affirmé elle qu'elle ne défendait "pas le régime" syrien "mais la justice", face aux critiques des Occidentaux et des pays arabes qui lui reprochent son opposition à toute résolution condamnant la répression.

De son côté, le Conseil national syrien (CNS), qui réunit les principaux mouvements de l'opposition, enregistrait la défection de trois personnalités.

Haitham al-Maleh, Kamal al-Labwani et Catherine al-Talli ont annoncé sur leur page Facebook qu'ils claquaient la porte en raison de "divergences" et de l'inefficacité" du CNS.

A Genève, le Haut commissaire adjoint aux droits de l'Homme, Mme Kyung-wha Kang, a indiqué que des observateurs de l'ONU seraient envoyés cette semaine dans les pays voisins de la Syrie pour recueillir des informations sur les "violations et atrocités" commises.

Amnesty International a fait état de "torture systématique" contre les détenus. "L'ampleur de la torture et des mauvais traitements en Syrie a atteint un niveau jamais vu pendant des années et rappelle l'ère sombre des années 1970 et 1980", a affirmé l'ONG.

Les violences ont fait plus de 8.500 morts depuis le 15 mars 2011, selon l'OSDH. Par ailleurs, 30.000 réfugiés ont été enregistrés par le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), qui évoque le chiffre de 200.000 déplacés.

Première publication : 14/03/2012

  • SYRIE

    Reportage exclusif : Al-Qusayr et son "boulevard des snipers"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad annonce l'organisation d'élections législatives le 7 mai

    En savoir plus

  • ORGANISATION INTERNATIONALE

    Amnesty dénonce la "torture systématique" des opposants détenus en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)