Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Des dizaines de milliers de manifestants pro-Assad descendent dans la rue

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/03/2012

Sur fond de musique patriotique, des dizaines de milliers de Syriens pro-Assad défilaient ce jeudi 15 mars dans plusieurs villes à l'appel des autorités, alors que des rassemblements antirégime ont été dispersés par les forces de sécurité.

AFP - Des dizaines de milliers de Syriens manifestaient jeudi dans plusieurs villes du pays à l'appel du régime de Bachar al-Assad, à l'occasion du 1er anniversaire de la révolte populaire réprimée dans le sang.

Selon l'agence officielle Sana, "des millions de Syriens ont afflué depuis le matin (...) pour dire au monde que le peuple syrien a choisi l'unité nationale et la stabilité loin des ingérences et du diktat étranger".

Dans le même temps, quelques manifestations anti-régime ont été dispersées par les forces de sécurité, selon les Comités locaux de coordination (LCC) qui chapeautent la contestation sur le terrain.

A Alep (nord), les policiers ont tiré du gaz lacrymogène sur une manifestation d'étudiants

Près de 50 personnalités appellent à retirer son "permis de tuer" à Assad

Près de 50 personnalités, anciens dirigeants politiques, Prix Nobel de la Paix et intellectuels, ont appelé les membres du Conseil de sécurité des Nations unies à s'unir pour retirer au président syrien son "permis de tuer", dans une lettre ouverte publiée lundi.

Dans le texte diffusé dans le "Financial Times" et qui paraîtra mardi dans "Le Figaro", ces personnalités de plus de 27 nationalités estiment que "les divisions au sein de la communauté internationale ont donné au gouvernement d'Assad un permis de tuer" et demandent que "ce permis lui soit maintenant retiré".

tandis qu'à Douma, dans la province de Damas, ils ont ouvert le feu sur les manifestants rassemblés devant une mosquée.

D'autres rassemblements ont eu lieu à Deraa, berceau de la contestation dans le sud, mais d'une ampleur moins importante que d'habitude dans cette ville théâtre d'une campagne d'arrestations ces derniers jours.

La télévision officielle syrienne a montré les images de dizaines de milliers de personnes portant des portraits du président Assad sur la place des Omeyyades à Damas et dans les principales places d'Alep, Lattaquié (nord-ouest) Soueida (sud) et Hassaka (nord-est).

Il s'agit de villes relativement peu touchées par la contestation, comparé aux autres régions syriennes où les forces gouvernementales intensifient leur répression.

Sur fond de musique patriotique jouée par un orchestre sur place, beaucoup agitaient des drapeaux syriens, russes pour "remercier Moscou de son soutien à Damas"- et celui du Hezbollah chiite, principal allié de M. Assad au Liban.

"On n'a pas peur de la mort, on est prêt à se sacrifier pour toi, O Syrie", chantaient les manifestants, ou encore "Vive l'armée!".

"Dans une démocratie, c'est la majorité qui tranche (...) ces gens représentent un vaste mouvement, en face, ils (les anti-régime) ne sont qu'une poignée", commentait une analyste à la télévision d'Etat.

Les autorités ont appelé à une "marche mondiale pour la Syrie" sur une page Facebook intitulée "Likes for Syria" qui rassemble plus de 12.800 "amis". Elle a été créée le 4 mars 2012 pour contrecarrer la page phare des militants anti-régime "The Syrian revolution 2011" (plus de 422.200 "amis").

"Après un an de pression sur la Syrie, on veut faire entendre notre voix: 'Laissez la Syrie en paix'", affirme une Syrienne interviewée par la télévision d'Etat.

Le régime Assad refuse depuis le début de la révolte de reconnaître la révolte et se targue du "soutien" de son peuple pour pourchasser les "gangs terroristes qui sèment le chaos".

Mais selon l'ONU, les ONG internationales, les militants sur place, les forces du régime ne cessent de réprimer les civils alors que les combats se sont multipliés entre militaires dissidents et soldats lourdement armés.

Plus de 8.500 personnes, en majorité des civils tués dans la répression, ont péri en Syrie depuis le 15 mars 2011.

La reprise par l'armée de plusieurs bastions de la contestation et la poursuite de la répression sanglante risquent de dissuader la population de répondre à l'appel des militants pro-régime à manifester.

Première publication : 15/03/2012

  • SYRIE

    Des mails privés de Bachar al-Assad dévoilés par The Guardian

    En savoir plus

  • SYRIE

    Une année de révolte et de répression en Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Arabie saoudite ferme son ambassade en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)