Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang entend lancer un satellite "pacifique" malgré les pressions de l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2012

Pour marquer le centième anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, fondateur de la Corée du Nord, Pyongyang prévoit de mettre un satellite sur orbite, entre les 12 et 16 avril, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

AFP - La Corée du Nord a annoncé vendredi qu'elle allait lancer une fusée le mois prochain pour mettre sur orbite un satellite, un acte qui violerait des résolutions du conseil de sécurité de l'ONU.

L'opération est prévue entre les 12 et 16 avril, pour marquer le centième anniversaire de la naissance du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-Sung, a indiqué l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Une fusée Unha-3 (Galaxy-3) va lancer un satellite d'observation terrestre, construit par les Nord-Coréens et appelé Kwangmyongsong-3, rapporte KCNA, citant un porte-parole de Comité coréen sur la technologie spatiale.

Ces satellites sont nécessaires au développement économique du pays et entre dans le cadre des activités pacifiques dans l'espace, a ajouté l'agence, canal privilégié des annonces du régime communiste de Pyongyang.

"Une orbite de vol sûre a été choisie afin que les débris de la fusée, générés pendant le vol, n'aient pas d'impact sur les pays voisins", a-t-elle encore indiqué, promettant d'obéir aux règlementations internationales sur le sujet.

Le Nord avait utilisé des arguments semblables lors du lancement d'"un satellite" le 5 avril 2009, qui avait entraîné la condamnation du Conseil de sécurité de l'ONU et un renforcement des sanctions.

Les Etats-Unis et leurs alliés avaient alors dénoncé un test de missile déguisé, formellement interdit par les résolutions de l'ONU.

Fin février, Pyongyang a conclu un accord avec Washington, acceptant la mise en place d'un moratoire sur les lancements de missiles à longue portée, sur les essais nucléaires et les activités d'enrichissement d'uranium menées à son usine de Yongbyon.

En échange, les Etats-Unis vont fournir à la Corée du Nord 240.000 tonnes d'assistance alimentaire.

Pyongyang a précisé vendredi que la fusée serait lancée vers le sud, depuis la station Sohae de lancement des satellites, dans le comté de Cholsan, province située sur la côte ouest.

"Après la tentative de lancer d'un soit-disant missile en 2009, (l'annonce de vendredi) est une nouvelle manoeuvre pour mettre la pression sur les Etats-Unis en conduisant un lancement-test d'une fusée qui pourra être aisément utilisée à des fins militaires", a estimé Yang Mo-Jin, chercheur à l'université des Etudes nord-coréennes à Séoul.

Le régime veut "aussi montrer au monde qu'il est devenu un Etat fort capable de prouesses technologiques et militaires, alors qu'il entre dans une nouvelle ère, celle de Kim Jong-Un, et qu'il fête le centenaire de la naissance de Kim Jong-Un", a-t-il ajouté auprès de l'AFP.

Kim Jong-Un, âgé de moins de trente ans, a succédé à son père à la tête de la Corée du Nord, après la mort de ce dernier le 17 décembre.

Depuis la création de la Corée du Nord, le pays a été dirigé par Kim Il-Sung, son fils Kim Jong-Il et désormais son petit-fils Kim Jong-Un.
 

Première publication : 16/03/2012

  • CORÉE DU NORD

    Nucléaire : réchauffement diplomatique entre Washington et Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang accepte de geler son programme nucléaire

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-un nommé chef suprême de l'armée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)