Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

FRANCE

François Hollande souhaite encadrer l'immigration économique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2012

Lors de l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2 jeudi, le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande s'est déclaré favorable à un débat organisé chaque année au Parlement pour fixer le volume de l'immigration économique.

AFP - Le candidat PS à la présidentielle François Hollande a annoncé jeudi soir sur France 2 qu'il y aurait un débat au Parlement chaque année pour fixer le volume de l'immigration économique.

"Il ne peut pas y avoir d'immigration économique s'il n'y a pas de demande", a déclaré François Hollande, lors de l'émission "Des paroles et des actes".

Les 60 engagements de François Hollande (cliquez sur l'image)



Soulignant que "l'immigration économique c'était tout le pari" de Nicolas Sarkozy, que "ce devait être la moitié de l'immigration légale", François Hollande a remarqué: "il voulait 100.000, nous en sommes à 20.000".

"L'immigration économique dans un contexte de croissance ralentie doit être limitée. Il y aura un débat au Parlement chaque année pour savoir quel est le volume de l'immigration. Aujourd'hui, quelques secteurs seulement sont en demande", a-t-il ajouté.

"Il ne peut pas y avoir d'immigration économique s'il n'y a pas de demande très précise et pas d'offres de travail", a-t-il insisté.

La proposition de M. Hollande se rapproche de celle de Nicolas Sarkozy exprimée durant son quinquennat et qui n'avait pas vu le jour. En septembre 2007, le chef de l'Etat s'était dit de nouveau favorable à des quotas d'immigration. "Je souhaite que nous arrivions à établir chaque année, et après un débat au parlement, un quota avec un chiffre plafond d‘étrangers que nous accueillerons sur notre territoire. Je souhaite également qu‘à l'intérieur de ce chiffre plafond on réfléchisse à un quota par profession, par catégorie, et puis naturellement à un quota par région du monde", avait-il dit alors.

François Hollande a par ailleurs répété que la France avait "besoin d'étudiants étrangers" et qu'il "abrogera la circulaire Guéant qui est absurde".

Il a aussi précisé que "les demandes d'asile seront traitées en 6 mois". "On ne laissera pas s'installer une immigration à travers le droit d'asile pour un temps illimité", a-t-il ajouté.

A propos des conjoints d'étrangers - dont le président sortant veut durcir les conditions - M. Hollande a remarqué: "il y a des règles, il faut éviter les mariages blancs et puis on arrête. On va empêcher un Français ou une Française de vivre avec son conjoint? qui peut le penser?".

"Je ne peux en revanche pas autoriser l'immigration clandestine", a aussi déclaré M. Hollande qui a annoncé "une brigade spécialisée de lutte contre les filières clandestines" d'immigration et "les passeurs".


 

Première publication : 16/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    "Tout sauf Hollande", le lapsus de Pierre Moscovici

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Quand Mélenchon témoignait sur FRANCE 24 d'"arrangements" au PS

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Marseille, Hollande se présente comme le "candidat de la constance"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)