Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Economie

Goldman Sachs riposte aux critiques de son ancien employé

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/03/2012

Deux jours après la tribune incendiaire contre Goldman Sachs dans le "New York Times", son auteur, un ancien employé de la banque d'investissement, fait l’objet d’une campagne de dénigrement aux États-Unis.

L’empire a contre-attaqué. La banque d’investissement Goldman Sachs a organisé ces derniers jours la riposte à la tribune parue dans le "New York Times" de son ancien employé Greg Smith. L’ex-responsable de 33 ans des produits dérivés pour l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient de la célèbre banque américaine avait écrit, mercredi 14 mars dans le réputé quotidien de la côte est, une violente charge contre l’environnement de travail “malsain” et les pratiques commerciales de Goldman Sachs, une banque qui selon lui n'hésite pas à vendre des produits inadaptés à ses clients du moment que le profit est au rendez-vous.

Une attaque contre sa réputation que cet établisssement, l’un des plus emblématiques de Wall Streeet, ne pouvait laisser passer sans réagir. Dans la foulée de la tribune dans le "New York Times", la direction de Goldman Sachs a commencé par publier un communiqué affirmant que les allégations de son ancien employé relèvent du non-sens économique : “Nos profits sont liés à ceux de nos clients”.

Culture du profit à court terme

Le PDG de Goldman Sachs, Lloyd C. Blankfein, et le président de la banque, Gary Cohn, se sont ensuite fendus d’un long mail de 500 mots aux employés - que plusieurs médias américains ont pu consulter - pour répondre aux accusations. Greg Smith prétend, en effet, que les deux dirigeants ont “troqué les valeurs qui ont fait la culture de Goldman Sachs”, une banque plus que centenaire, pour la culture du profit à court terme. “Nous sommes déçus de lire les accusations de cette personne qui ne reflète en rien les valeurs que nous partageons avec la grande majorité d’entre vous”, affirme la direction.

Greg Smith a également été la victime d’une campagne de dénigrement dans plusieurs médias américains. “Certains journalistes économiques ont soudain eu accès à des sources proches du dossier qui ont dressé un portrait très négatif de Greg Smith”, constate le blog américain de gauche Think Progress. Charles Gasparino, l’un des journalistes économiques vedettes de la chaîne conservatrice américaine Fox News, a ainsi écrit sur Twitter, dès mercredi 14 mars: “Plusieurs personnes à Godlman Sachs m’ont affirmé que Greg Smith ne peux pas savoir de quoi il parle car il n’a jamais gagné plus de 750 000 dollars par an”. Greg Smith aurait donc été un gagne-petit incapable de connaître les arcanes de la banque. Un statut qui aurait engendré une grande frustration ayant contribué au départ de Greg Smith d’après le "Wall Street Journal" paru jeudi 15 mars.

Le magazine économique américain "Forbes" rajoute que, toujours d’après des “sources en interne”, l'ancien employé était également en train de traverser “une crise de la quarantaine”. Un profil contradictoire avec celui d'ancien cadre supérieur très au fait des affaires de la banque présenté dans le "New York Times".

Le scandale de trop ?

“J’espère qu’il a fait une croix à tout jamais sur une éventuelle carrière à Wall Street où plus personne ne voudra ou n’osera l’embaucher”, a assuré William Cohan, auteur de “L’argent et le pouvoir : comment Goldman Sachs contrôle le monde”, sur la chaîne économique Bloomberg.

Pour Goldman Sachs ce nouveau scandale pourrait être celui de trop. L'action de la banque  a chuté, jeudi 15 mars, de plus de 3% et une tribune publiée dans "Forbes" appelle à la démission du PDG Lloyd C. Blankfein. Depuis le début de la crise économique, la banque a du plus d'une fois dû faire face au scandale. Elle a été mise en cause pour avoir aidé le gouvernement grec à dissimuler ses pertes et un rapport du Sénat américain en avril 2011 dénonce la manière dont la banque a profité de la crise des "subprimes" pour s’enrichir. Le trader français Fabrice Touré, qui a été au centre d'un scandale lié aux "subprimes" en avril 2010, travaillait également pour Goldman Sachs.

Première publication : 16/03/2012

  • FINANCE

    Goldman Sachs : une culture d'entreprise "toxique", accuse un ex-dirigeant

    En savoir plus

  • BANQUES

    Goldman Sachs verse une amende record de 550 millions de dollars à la SEC

    En savoir plus

  • SCANDALE FINANCIER

    La justice américaine ouvre une enquête criminelle contre Goldman Sachs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)