Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls à la chasse aux milliards

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : La polémique enfle

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense entre le Japon et les États-Unis

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Ligue des champions : avantage pour le Real Madrid vainqueur du Bayern Munich

    En savoir plus

  • Pour Tony Blair, le véritable ennemi de l’Occident est l’islam radical

    En savoir plus

  • Deux policiers tués à Nairobi dans un attentat à la voiture piégée

    En savoir plus

  • Thomas Piketty, l'économiste français superstar outre-Atlantique

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Un entraîneur de foot français porte plainte contre l’émir du Qatar

    En savoir plus

  • Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

Afrique

Des milliers de Tunisiens manifestent pour que la charia soit inscrite dans la Constitution

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2012

"Le peuple appartient à Dieu" pouvait-on lire sur une banderole installée sur le toit de l'Assemblée par des manifestants. Des milliers de Tunisiens ont défilé vendredi à Tunis pour réclamer l'application de la charia dans la future Constitution.

AFP - Plusieurs milliers de Tunisiens ont manifesté vendredi devant le siège de l'Assemblée nationale constituante à Tunis pour réclamer l'application de la charia dans la future constitution du pays, a constaté l'AFP.

Certains manifestants sont montés sur le toit de l'Assemblée et ont installé une banderole sur laquelle on pouvait lire: "le peuple appartient à Dieu".

"Le peuple veut l'application de la charia de Dieu!" "Notre Coran est notre constitution!", "Pas de constitution sans la charia", criaient les manifestants, dont certains appartenant à la mouvance salafiste. L'ambiance était plutôt détendue, certains étaient venus en famille.

"Ni laïque ni scientifique, la Tunisie est un Etat islamique", chantaient aussi les manifestants.

Femmes d'un côté --dont de nombreuses revêtues du niqab, le voile islamique intégral-- hommes de l'autre, ils brandissaient des drapeaux noirs de l'islam mais aussi quelques drapeaux tunisiens. De nombreux manifestants ont rejoint l'Assemblée après le prêche du vendredi.

L'appel à la "manifestation du vendredi pour soutenir la charia", la loi islamique, a été lancé par le Front tunisien des associations islamiques.

"Le but n'est pas de soutenir Ennahda (le parti islamiste tunisien dominant l'Assemblée), ni Hizb Ettahrir (parti réclamant l'instauration du califat), ni les salafistes, nous sommes ici pour unir tous les Tunisiens grâce à la charia", a déclaré Hajer Boudali, une des organisatrices.

Deux députés d'Ennahda, Sahbi Atig et Habib Ellouze, étaient cependant présents sur la tribune où se succédaient les orateurs.

La manifestation se déroule alors que les délégués ont commencé à travailler à la rédaction de la constitution. La référence à la charia comme "source principale de la législation", réclamée par les islamistes, suscite d'âpres débats au sein de l'Assemblée, élue fin octobre et dominée par Ennahda.

"Nous sommes ici pour réclamer pacifiquement l'application de la charia dans la nouvelle constitution. Nous n'imposons rien avec la force, on veut que le peuple lui-même soit convaincu de ces principes", a déclaré à l'AFP Marouan, un commerçant de 24 ans.

"Les médias véhiculent de fausses idées sur le salafisme qui aurait recours à la violence. Nous disons clairement que nous sommes contre toute forme de violence", a-t-il ajouté.

"Un musulman doit vivre sous la loi musulmane. Les laïcs veulent faire croire que l'islam c'est couper la main des voleurs, mais la question ne se pose pas comme ça. Il faut lire et étudier l'islam, c'est la solution. L'Occident a échoué", a assuré un ingénieur refusant de donner son nom.

"Les gens ne connaissent même plus les principes les plus simples de l'islam", a déploré à ses côtés Fethi Boukadida, tandis qu'un autre manifestant se déclarait "pour la liberté et contre l'homosexualité".

A l'heure de la prière, les manifestants ont prié devant l'Assemblée.

Première publication : 16/03/2012

  • JOURNÉE DE LA FEMME

    Les Tunisiennes n'ont pas fini leur révolution

    En savoir plus

  • TUNISIE

    À Tunis, des étudiantes entament une grève de la faim pour le port du niqab

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les Tunisiens célèbrent le premier anniversaire de la révolution

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)