Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Afrique

L'ex-chef des renseignements de Kadhafi a été arrêté en Mauritanie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/03/2012

Beau-frère de Mouammar Kadhafi, ancien chef des renseignements militaires libyens, Abdallah al-Senoussi a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi à Nouakchott. Cet ancien pilier du régime est recherché par la Cour pénale internationale.

AFP - Un ancien pilier du régime libyen déchu de Mouammar Kadhafi, recherché par la Cour pénale internationale (CPI), Abdallah al-Senoussi, a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi à l'aéroport de Nouakchott, a appris l'AFP de source sécuritaire mauritanienne.

"Cette arrestation serait le fruit d’une collaboration entre plusieurs services de renseignement"

Le colonel al-Senoussi a été arrêté par les services de sécurité mauritaniens au moment où il arrivait de Casablanca, au Maroc, par un vol régulier, selon cette source qui a précisé qu'il voyageait avec "un passeprt malien falsifié".

Il a été conduit dans les locaux de la sûreté de l'Etat à Nouakchott, selon cette source, mais on ignorait dans un premier temps les intentions du gouvernement mauritanien à son égard, en particulier s'il allait être livré à la CPI.

Beau-frère de l'ancien "Guide de la révolution", al-Senoussi, colonel âgé de 62 ans, faisait partie du premier cercle entourant Kadhafi. Il a longtemps été chef des renseignements militaires de Libye, l'"un des organes de répression les plus puissants et efficaces du régime", selon la CPI.

Des sources de sécurité nigérienne et malienne avaient affirmé en octobre 2011 qu'Abdallah al-Senoussi, invisible depuis la chute de Tripoli, en aout 2011, était passé du Niger au Mali avec quelques-uns de ses hommes.

Tripoli et Paris demandent l'extradition d'Abdallah al-Senoussi

Le président Nicolas Sarkozy a salué l'arrestation en Mauritanie de l'ex-chef des renseignements libyens et indiqué qu'une demande d'extradition en France allait être formulée "dans les prochaines heures".

Même son de cloche du côté de Tripoli. "Les autorités libyennes ont commencé à passer des appels (téléphoniques) pour demander son extradition", a déclaré le porte-parole du gouvernement libyen de transition, Salah Al-Manaa, au cours d'une conférence de presse.
 

Un mois plus tard, en novembre, le nouveau régime libyen avait annoncé son arrestation dans la région de Sabha, dans le sud de la Libye. Mais depuis cette cette annonce, aucune image de M. Senoussi n'avait été diffusée.

La CPI avait émis un mandat d'arrêt à son encontre le 27 juin 2011, l'accusant d'avoir, "par l'intermédiaire de l'appareil d'État libyen et des forces de sécurité libyennes", commis "des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l'humanité" dès le début de la révolte mi-février anti-Kadhafi, en particulier à Tripoli, Benghazi et Misrata.

"Il y a des motifs raisonnables de croire que, du 15 février 2011 au 20 février 2011 au moins, à Benghazi en particulier, la population civile a été victime d'actes inhumains commis par les forces de sécurité sous le commandement d'Abdallah al-Senoussi", ajoutait la CPI dans son mandat d'arrêt.

Abdallah al-Senoussi est resté fidèle à Mouammar Kadhafi jusqu'au bout. Le 21 août 2011, jour de l'entrée des rebelles dans la capitale, il était venu parler aux journalistes étrangers à Tripoli, en accusant "les renseignements occidentaux et l'Otan de travailler côte à côte avec Al-Qaïda pour détruire la Libye".


 

Première publication : 17/03/2012

  • LIBYE

    L'ONU demande un supplément d'enquête sur les raids de l'Otan en Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    La Libye célèbre le premier anniversaire de la révolte contre Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Moustapha Abdeljalil reconduit à la tête du CNT

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)