Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

L'ancien gardien de camp nazi John Demjanjuk est décédé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2012

Reconnu coupable, en mai 2011, de complicité dans l'extermination de près de 28 000 juifs à Sobibor (Pologne) en 1943, l'ancien gardien de camp nazi d'origine ukrainienne John Demjanjuk est mort à 91 ans en Bavière.

AFP - L'ancien gardien de camp nazi, John Demjanjuk, mort samedi à l'âge de 91 ans en Allemagne où il avait été condamné en 2011 à 5 ans de prison, était un petit employé de l'Holocauste, l'un des milliers de prisonniers soviétiques recrutés par les Allemands pour perpétrer des crimes.

En mai 2011, Demjanjuk avait été reconnu coupable par un tribunal de Munich (sud de l'Allemagne) d'avoir participé au meurtre de 27.900 juifs au camp de Sobibor (aujourd'hui en Pologne), où quelque 250.000 hommes, femmes et enfants ont péri, et où il a été garde en 1943, selon le tribunal.

Sa défense fut double: il n'avait pas été garde dans un camp d'extermination, et s'il y était, il n'avait agi que contraint et forcé.

En 18 mois de procès, l'accusé n'avait rien dit, suivant la procédure bouche ouverte, le regard caché par des lunettes noires, la casquette de baseball vissée sur la tête, assis dans un fauteuil roulant ou allongé sur un brancard. Il s'était seulement dit par l'intermédiaire de son avocat "torturé" par l'Allemagne.

Il avait toutefois été remis en liberté. Demjanjuk ne représentait aucun danger et ne risquait plus de se soustraire à la justice, en raison de son âge et de son statut d'apatride, avait estimé la justice.

Ancien ouvrier automobile aux Etats-Unis, né en Ukraine, il avait reconnu avoir été capturé par les Allemands en 1942 alors qu'il servait dans l'Armée rouge. Il avait assuré avoir été transféré d'un camp de prisonniers à un autre jusqu'à la fin de la guerre.

Des millions de prisonniers soviétiques sont morts en captivité, assassinés par les Allemands ou victimes de la faim et du froid, mais Demjanjuk s'est vu offrir une porte de sortie, selon l'accusation.

En captivité, il a été recruté pour travailler comme garde et transféré dans le camp SS de Trawniki, dans le sud-est de la Pologne, avant de partir pour Sobibor.

L'accusation se fondait sur une carte d'identité verte de SS émise à Trawniki --numéro 1393-- d'un Ukrainien nommé Ivan Demjanjuk, avec une photo en noir et blanc qui ressemble indiscutablement à ce qu'il a dû être jeune homme. Sur cette même carte, un revolver fumant indiquerait son transfert de Trawniki à Sobibor au printemps 1943.

Les avocats de Demjanjuk ont clamé qu'il s'agissait d'un faux et affirmé qu'il n'était ni à Trawniki, ni à Sobibor.

Ce procès hautement médiatique n'était pas le premier pour Demjanjuk. En 1986, il fut jugé à Jérusalem, accusé d'avoir été "Ivan le Terrible", un garde ukrainien du camp de Treblinka (est de la Pologne) réputé pour sa cruauté.

Condamné à mort en 1988, il fut libéré 5 ans plus tard lorsqu'il apparut qu'un autre homme était "Ivan le Terrible".

Demjanjuk avait alors regagné sa banlieue de Cleveland, la ville de l'Ohio (nord des Etats-Unis) où il s'est installé en 1952 et a élevé trois enfants.

Mais après des informations attestant qu'il avait été garde dans un autre camp, il fut déchu de sa nationalité américaine en 2002 pour avoir menti sur son passé lors de sa demande d'immigration.

Les Etats-Unis voulaient l'expulser, mais aucun pays n'en voulait. Jusqu'à ce que l'Allemagne décide de le poursuivre. Après une véritable bataille judiciaire, il fut expulsé en mai 2009 vers Munich où il avait vécu après la guerre.

A 91 ans, John Demjanjuk souffrait de problèmes de santé, dont une maladie de la moelle osseuse, mais il avait été jugé apte à comparaître. Gémissant dans un fauteuil roulant devant les télévisions américaines lors de son expulsion, il avait été filmé ensuite à son insu marchant, beaucoup plus alerte.

Première publication : 17/03/2012

  • ALLEMAGNE

    L'ex-nazi Demjanjuk, condamné à cinq ans de prison, est libre

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Au procès de John Demjanjuk, l'accusation tente de prouver qu'il était un "trawniki"

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Ouverture du procès du criminel de guerre nazi présumé John Demjanjuk

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)