Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

Militaires assassinés dans le Sud-Ouest : les victimes tuées par une seule et même arme

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2012

Une seule et même arme a été utilisée lors des assassinats de trois parachutistes, cette semaine, à Montauban et à Toulouse, affirme la justice, qui a décidé de regrouper les deux affaires en une seule et même procédure.

AFP - Les trois parachutistes criblés de balles jeudi à Montauban et leur camarade tué quatre jours plus tôt à Toulouse ont été froidement visés par la même arme, et sans doute par le même tueur au scooter, un homme aux motivations totalement mystérieuses.

Dans les deux cas, le tireur a agi en plein jour et en pleine rue avant de prendre la fuite en deux-roues. Dans les deux cas, il s'est servi d'un 11,43, un calibre apprécié dans la grande criminalité, pour exécuter de sang-froid ses victimes : un soldat de 30 ans du 1er Régiment du train parachutiste de Francazal (Haute-Garonne) dimanche à Toulouse, deux hommes de 24 et 26 ans du 17e Régiment de génie parachutiste jeudi à Montauban.

Un troisième parachutiste âgé de 28 ans atteint à Montauban est entre la vie et la mort.

Le meurtrier - puisqu'on recherche plutôt un seul et même homme même s'il a pu bénéficier de complicités - est aujourd'hui traqué par cinquante enquêteurs et tous les services de police judiciaire.

"Un lien de connexité indiscutable est établi entre les deux affaires. Il est possible de dire que la balle tirée à Toulouse et les balles tirées à Montauban proviennent d'une seule et même arme", a dit le procureur de Toulouse, Michel Valet, devant la presse.

Le recours à la même arme, la similitude des modes opératoires, la fuite sur des scooters de grosse cylindrée de couleur sombre, l'appartenance de toutes les victimes aux paras ont convaincu la justice de dessaisir Montauban et de regrouper les deux procédures à Toulouse, a-t-il dit.

Mais pourquoi le tireur, habillé en noir et casqué, a-t-il vidé son arme jeudi à Montauban sur trois parachutistes qui retiraient de l'argent à un guichet à deux pas de leur caserne ? Treize douilles selon le procureur, 17 selon des enquêteurs, et un chargeur ont été retrouvés sur place. Selon des témoins, le tueur a écarté une personne âgée pour ne pas la blesser. Selon d'autres témoignages encore, il a retourné l'une des victimes qui rampait et lui a logé trois balles supplémentaires.

Selon le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, le chargeur retrouvé sur les lieux du crime a été "nettoyé" de toute empreinte par son utilisateur.

Puis il s'est enfui sur un puissant scooter en se désintéressant de l'argent.

Pourquoi, quatre jours plus tôt, le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, d'origine marocaine, a-t-il été exécuté d'une balle en pleine tête après avoir arrêté sa moto sur une esplanade, dans un quartier résidentiel tranquille ?

Montauban sous le choc essayait de comprendre. Crime de droit commun ou acte politique visant "le 17", unité qui a été déployée en Indochine, Algérie, au Liban et dernièrement en Afghanistan ?

Le procureur refusait de considérer une autre similitude entre les victimes: les trois morts sont d'origine maghrébine. Le blessé est noir.

"Pour moi, j'ai quatre citoyens français qui ont été victimes dans cette affaire et je m'en tiendrai là", a-t-il dit.

Sinon, aucune hypothèse n'est écartée, par exemple celle d'un règlement de comptes, a-t-il dit, même si les victimes étaient toutes de "très bons citoyens" dont un seul s'était signalé par un excès de vitesse.

A priori, les paras de Montauban et Toulouse ne se connaissaient pas. Ils ont eu des parcours militaires très différents, a dit le procureur: certains ont été déployés sur des théâtres extérieurs, l'un en Afrique, un seul est allé en Afghanistan, d'autres ont effectué la plus grosse partie de leur carrière en France.

Interrogé sur l'éventualité d'un acte terroriste, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a déclaré jeudi que "toutes les pistes" devaient être examinées. Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, s'est refusé à établir un lien avec la présence de soldats français en Afghanistan.

L'affaire est assez grave pour que tous les services dépendant de la direction centrale de la police judiciaire soient cosaisis avec le SRPJ de Toulouse. Cela comprend la sous-direction antiterroriste.

A-t-on affaire à un tueur en série ? "C'est une expression que je n'utiliserai jamais, je n'ai pas envie d'alimenter les fantasmes", a dit le procureur.

En tout cas, le général Patrice Paulet, commandant de la 11e brigade parachutiste dont fait partie le régiment de Montauban, a appelé ses hommes à faire preuve de vigilance à l'extérieur des casernes. Il leur a été demandé de ne pas porter l'uniforme dans la rue.
 

Première publication : 17/03/2012

  • FRANCE

    Fusillade de Montauban: des dizaines d'enquêteurs mobilisés

    En savoir plus

  • FRANCE

    Deux soldats tués par balles à Montauban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)