Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Les prochaines élections générales auront lieu le 4 mars 2013

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/03/2012

Les prochaines élections générales kényanes se dérouleront le 4 mars 2013. Il s'agira du premier scrutin organisé dans le pays depuis celui de décembre 2007 au lendemain duquel plus de 1000 personnes avaient été tuées dans des violences.

AFP - Le Kenya a fixé samedi au 4 mars 2013 les prochaines élections générales, les premières depuis le scrutin meurtrier de décembre 2007, pour en finir avec les rivalités entre le président Mwai Kibaki et son Premier ministre Raila Odinga, à la tête d'un fragile gouvernement d'union nationale.

"Nous allons nous soumettre à un jugement de la cour constitutionnelle (...) qui nous demande d'organiser des élections 60 jours après la fin de la législature", a déclaré Ahmed Issack Hassan, président de la commission électorale indépendante (IEBC).

Une décision de la Haute Cour avait établi que les élections ne pourraient se tenir que début 2013, 60 jours après la fin de l'actuel mandat parlementaire, mi-janvier 2013.

Toutefois, la Cour avait autorisé une tenue des élections anticipées à condition d'un "accord écrit" entre le président et le Premier ministre pour dissoudre la coalition gouvernementale.

La Commission électorale a annoncé que les deux dirigeants n'avaient pas réussi à prendre une décision après les avoir rencontrés tous les deux et qu'elle avait donc fixé la date de mars 2013.

"Il nous a paru évident qu'ils n'entendaient pas dissoudre le gouvernement d'union (...) Il n'y a pas d'accord entre eux sur la date des élections (...) C'est pourquoi nous avons fixé nous-mêmes la date", a déclaré M. Hassan.

Le Kenya a connu des violences sans précédent après la réélection très contestée du président sortant Mwai Kibaki en décembre 2007.

1.133 personnes avaient été tuées, 3.561 personnes blessées et 663.921 personnes déplacées avant la laborieuse formation, sous pression internationale, d'un gouvernement de coalition réunissant les partisans de M. Kibaki et ceux de son adversaire malheureux, Raila Odinga, nommé Premier ministre.

La décision de la Haute Cour visait à empêcher toute convocation unilatérale des élections par un des deux camps de la coalition, qui aurait été susceptible de ranimer les tensions.

M. Kibaki ne se représente pas au prochain scrutin présidentiel, où M. Odinga est donné actuellement favori dans les sondages.

La commission espère que la date du 4 mars sera bien respectée.

"Au cas où il y aurait un quelconque empêchement, nous respecterons la loi et nous aviserons le moment venu", a ajouté M. Hassan.
 

Première publication : 17/03/2012

  • KENYA

    Des élections générales sont prévues en 2013

    En savoir plus

  • KENYA

    En conflit avec le président Kibaki, le Premier ministre en appelle à Kofi Annan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)