Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

FRANCE

Un dispositif de sécurité sans précédent mis en place en Midi-Pyrénées

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2012

Après la tuerie de Toulouse, le président Nicolas Sarkozy a annoncé ce lundi la mise en place d'un dispositif exceptionnel de sécurité dans la région Midi-Pyrénées. Le plan Vigipirate écarlate est une première sur le territoire français.

AFP - Le niveau d'alerte "écarlate" de Vigipirate activé lundi en Midi-Pyrénées par Nicolas Sarkozy, une première en France, est le niveau le plus élevé destiné à prévenir un risque d'attentats majeurs, "avec des mesures particulièrement contraignantes".

C'est le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), service du Premier ministre, qui est chargé de la planification et de la mise à jour des plans Vigipirate, Piratair, Piratox ...

Plusieurs pistes envisagées dont celle d'un tueur néonazi



Vigipirate, destiné à faire face à une menace terroriste, a été conçu en 1978, relève le site du SGDSN, alors que l'Europe était confrontée à une vague d'actions terroristes. Six versions se sont succédé et le plan a été refondu après le 11-Septembre. La dernière version du plan, en vigueur depuis janvier 2007, est "fondée sur le postulat que la menace terroriste doit désormais être considérée comme permanente", souligne le SGDSN.

La création d'un code couleur pour les niveaux d'alerte (jaune, orange, rouge, écarlate) en 2003 "a permis de rendre le dispositif très lisible, facilitant une réelle prise de conscience par la population", selon le SGDSN.

Depuis le 7 juillet 2005, date des attentats à Londres, le niveau d'alerte Vigipirate a constamment été maintenu au rouge.

Vigipirate associe l'action des forces armées et de la police sur les sites sensibles. Les patrouilles mixtes armées-police sont assurées de 07H00 à 22H00.

Le niveau "écarlate" vise selon le ministère de l'Intérieur à "prévenir le risque d'attentats majeurs (simultanés ou non), mettre en place les moyens de secours et de riposte appropriés, des mesures particulièrement contraignantes pouvant être mises en oeuvre, protéger les institutions et assurer la continuité de l'action gouvernementale".

"Je suis parti me cacher dans les caves de l'école" - 19/02 12/00 (GMT+1)
Le niveau "écarlate" est le dernier niveau avant l'application des mesures d'exception prévues par la Constitution de 1958 (article 16, état d'urgence). Il comprend notamment des visites et contrôles d'accès aux trains grandes lignes, restrictions ou interdictions de circulation dans les tunnels, l'arrêt du trafic aérien civil, la limitation ou arrêt de la distribution de l'eau du robinet et la mise en place d'un réseau de substitution.

Au niveau "écarlate", le plan Vigipirate peut également impliquer d'autres mesures telles que la suspension des transports urbains, particulièrement souterrains, dans toutes ou une partie des villes de France, ou la suspension de toute activité scolaire.

Mais selon des experts, le niveau "écarlate" est si contraignant qu'il doit être réservé à prévenir une menace précise et imminente.

Au niveau inférieur, couleur "rouge", Vigipirate prévoit notamment des contrôles aléatoires d'accès aux trains, des patrouilles dans les TGV, la restriction ou l'interdiction de vastes portions de l'espace aérien et la constitution de stocks d'eau potable.

D'après le ministère de l'Intérieur, il s'agit alors de prendre les mesures nécessaires pour prévenir le risque avéré d'un ou plusieurs attentats graves et mettre en place les moyens de secours et de riposte appropriés, en acceptant les contraintes imposées à l'activité sociale et économique.

Le premier niveau "jaune" consiste à "accentuer la vigilance, face à des risques réels mais encore imprécis par des mesures locales, tandis que le niveau "orange" vise à "prévenir le risque d'une action terroriste considérée comme plausible".

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a inspecté lundi soir le dispositif de sécurité mis en place à Toulouse pour prévenir une nouvelle attaque, possible selon lui, après la tuerie dans une école juive et l'assassinat de trois parachutistes.

"Nous sommes inquiets sur l'éventualite qu'il ait envie de commettre un quatrième attentat", a dit M. Guéant en parlant du tueur au scooter au cours d'une tournée à la gare et devant un collège.
 
Retour sur les faits

Première publication : 20/03/2012

  • FRANCE

    La police déploie ses forces pour retrouver l'auteur de la tuerie de Toulouse

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fusillade de Toulouse : "Si je réalise l'horreur du drame, je m'écroule"

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    Fusillade de Toulouse : retour sur la journée du lundi 19 mars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)