Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

FRANCE

Le procureur de Paris n'exclut pas une récidive du tueur

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2012

Le procureur de Paris a estimé que le tueur à scooter, qui a frappé Toulouse et Montauban, pourrait à nouveau passer à l'acte dans les jours prochains. Le magistrat a décrit un homme déterminé dont l'action est préméditée.

AFP - Le "tueur à scooter" qui a frappé à Toulouse et Montauban se sait "traqué" et est "susceptible de passer à nouveau à l'acte", a déclaré mardi le procureur de Paris François Molins, précisant qu'"aucune piste" n'était abandonnée par les enquêteurs.

Il a évoqué "un individu extrêmement déterminé, ayant toujours le même mode opératoire, dont l'action est préméditée". Le magistrat a dit que l'auteur des trois fusillades était casqué et que toutes les victimes avaient été tuées "à bout touchant".

"On a tous noté la périodicité" de quatre jours entre les meurtres (les 11, 15 et 19 mars, ndlr), mais il n'y a pas de certitude, a ajouté le procureur qui donnait sa première conférence de presse pour rendre compte de l'enquête sur les sept meurtres perpétrés les 11, 15 et 19 mars à Toulouse et Montauban.

Il a évoqué un tueur dont les cibles sont "clairement déterminées: l'armée, l'origine des victimes ou leur confession".

"Il est important de rappeler qu'un crime raciste et antisémite peut aussi être terroriste, l'un n'exclut pas l'autre", a-t-il ajouté.

"Il faut "croiser le profil avec le degré de préparation, c'est là où on revient sur la piste qu'on qualifie aujourd'hui de terroriste", a dit M. Molins.

Cependant, le magistrat n'a pas souhaité dire clairement si les enquêteurs recherchaient un seul individu ou plusieurs: "Il y a un seul homme sur chaque scène de crime, on ne peut pas vous en dire plus aujourd'hui, on n'écarte rien, on enquête, on exploite jusqu'au bout la totalité des pistes qui se présentent, sans préjugés".

Interrogé sur la présence d'une caméra sur le tueur évoquée mardi matin par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, M. Molins a répondu qu'il n'avait "pas de certitude là-dessus. Effectivement il y a une sorte de bandeau qu'il a sur le torse. Je n'ai pas aujourd'hui en procédure la certitude que ça le soit".

Il a expliqué que des images de vidéo-surveillance avaient été prises lors des trois séries de meurtres, dont "7.800 heures de video-surveillance" à exploiter pour le seul site de Montauban.

Le procureur a rappelé que le "même Colt .45 de calibre 11,43" avait été utilisé "sur les trois scènes de crime". Quant au scooter utilisé par le tueur, "le premier était noir, le second est tout blanc", mais il s'agit du "même modèle", un T-MAX 530 et "toutes les hypothèses sont possibles".

Du fait de sa compétence antiterroriste, le parquet de Paris centralise les trois enquêtes "pour des faits qualifiés d'assassinat et tentatives d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste".

"Il apparaît en effet que les circonstances de commission de ces trois tueries ont troublé gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur et peuvent caractériser des actes de terrorisme au sens de la définition contenue dans notre code pénal", a déclaré le procureur. Il a rappelé "qu'en droit français la définition du terrorisme n'est pas une définition politique mais une définition juridique".

M. Molins s'est refusé à donner beaucoup de détails sur l'enquête, en soulignant: "On vous dira ce que l'on peut vous dire", mais "pas ce qui pourrait être contreproductif" pour les investigations.

Le magistrat a affirmé: "Tant qu'on n'aura pas quelque chose de crédible (...), toutes les pistes seront travaillées", y compris celle "des trois militaires", a-t-il dit en réponse à une question de journalistes sur les militaires exclus du 17e RGP de Montauban pour des démonstrations néo-nazies.

Un tueur à scooter, qui a visé des militaires et une école juive, est activement recherché pour les meurtres de sept personnes - trois militaires, trois enfants juifs et un rabbin - perpétrés les 11, 15 et 19 mars à Toulouse et Montauban.

 

Première publication : 20/03/2012

  • LIVEBLOGGING

    Fusillade de Toulouse : retour sur la journée du 20 mars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)