Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

Moyen-orient

HRW dénonce les exactions commises par des opposants syriens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2012

Selon Human Rights Watch, des opposants au régime du président Bachar al-Assad ont enlevé, torturé et exécuté des membres des forces de sécurité. L'ONG s'appuie sur des dizaines de vidéos postées sur Internet.

REUTERS - Des groupes armés d'opposants syriens ont enlevé, torturé et exécuté des membres des forces de sécurité, accuse mardi l'organisation Human Rights Watch.

"Les méthodes brutales du gouvernement syrien ne peuvent justifier les abus de la part des groupes d'opposition armés", écrit Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Proche-Orient, dans une lettre ouverte aux mouvements d'opposition, dont le Conseil national syrien (CNS).

"Les chefs de l'opposition doivent clairement faire savoir à leurs partisans qu'ils ne peuvent torturer, enlever ou exécuter en aucune circonstance", ajoute-t-elle.

HRW s'appuie sur des dizaines de vidéos postées sur le site YouTube dans lesquelles on peut voir des membres des forces de sécurité, ou des sympathisants présumés du gouvernement, se soumettre à des aveux, obtenus apparemment sous la contrainte.

Dix-huit de ces documents montrent ainsi des détenus portant des traces de coups ou d'abus physiques.

Une vidéo montre un homme pendu à un arbre devant plusieurs combattants. Un commentaire indique qu'il était membre des "chabbiha", les milices redoutées du gouvernement.

HRW précise que certains actes semblaient viser des musulmans chiites ou des membres de la minorité alaouite, à laquelle appartient Bachar al Assad.

La Syrie est composée à 75% de musulmans sunnites et certains commentateurs redoutent de voir le conflit dégénérer en guerre civile.

Le soulèvement syrien contre le président Bachar al Assad, qui a débuté à la mi-mars 2011 par des manifestations pacifiques durement réprimées par les forces de sécurité, se militarise de plus en plus.

Des accrochages meurtriers sont signalés régulièrement entre les forces syriennes et des combattants rebelles.

Première publication : 20/03/2012

  • ORGANISATION INTERNATIONALE

    Amnesty dénonce la "torture systématique" des opposants détenus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats dans la capitale, arrivée des experts internationaux à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats entre l'Armée syrienne libre et les forces régulières à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)