Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La France, 3ème exportateur d'armes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les clandestins, plus rentables que la drogue"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"François Hollande, "chouchou" du Golfe"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

Afrique

La majorité des candidats réclame l'annulation de la présidentielle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2012

Sur les neuf candidats en lice pour la présidentielle guinéenne, cinq d'entre eux demandent l'annulation de l'élection en raison d'un processus démocratique qu'ils estiment corrompu par de multiples "irrégularités".

AFP - Cinq des neuf candidats au premier tour de la présidentielle en Guinée-Bissau ont demandé mardi "l'annulation" d'un scrutin qu'ils jugent entaché "d'irrégularités", a annoncé l'un d'eux.

"Nous réclamons l'annulation de l'élection car il y a des irrégularités dans le processus", du vote de dimanche, a déclaré à la presse l'un des candidats, l'ex-président Kumba Yala, un des principaux opposants de Guinée-Bissau.

"Celui qui va publier les résultats sera responsable de ce qui va arriver dans le pays", a ajouté M. Yala, sans plus de précisions.

Cette déclaration en son nom et celui de quatre autres candidats - Manuel Serifo Nhamadjo, Henrique Rosa, Serifo Baldé et Afonso Téest - est intervenue juste après la publication d'un communiqué commun de leurs représentants dénonçant des fraudes lors du scrutin.

Ils y parlent notamment de votes sur la base de "listes électorales occultes" et de fausses cartes d'électeurs, de doubles votes, de lieux de vote fictifs, de déplacements illégaux d'électeurs et de matériel électoral.

Ils y affirment que, dans certains cas, ces fraudes ont été commises avec "la complicité" des autorités administratives.

Selon de premières tendances officieuses, MM. Yala, Mhamadjo et Rosa, sont arrivés derrière l'ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior, candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir). Les résultats définitifs ne sont pas attendus avant plusieurs jours..

"Pour nous, l'élection n'est pas transparente, elle n'est pas juste ni crédible", a déclaré Augusto Gomes, représentant de M. Rosa. "Les conclusions auxquelles nous sommes arrivés, c'est que des fraudes ont été préparées et se sont matérialisées" dimanche, a-t-il dit.

"Face à tous ces événements anormaux perpétrés par le gouvernement et la Commission nationale des élections (CNE)" et "contraires à l'esprit d'une élection impartiale", le communiqué précise que les candidats entendent dénoncer ces fraudes devant la CNE et la communauté internationale.

Le scrutin avait en revanche été jugé "libre, équitable et transparent" par les observateurs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), de l'Union africaine (UA) et de la Communauté des pays de langue portugaise (CLPL).

Ceux de l'UA avaient toutefois souligné que l'élection avait été organisée "sur la base du fichier électoral de 2008, ce qui n'a pas permis un toilettage nécessaire" des listes "et la prise en compte d'une frange de la population, notamment les jeunes ayant atteint l'âge de voter".

La Guinée-Bissau, ex-colonie portugaise de 1,6 million d'habitants, est un pays instable depuis son indépendance, en 1974, secoué par des coups de force et des violences où les militaires sont des acteurs de premier plan.

Cette instabilité politique chronique est renforcée par les trafiquants de drogue qui l'utilisent comme point de passage entre l'Amérique du Sud et l'Europe.

 

Première publication : 20/03/2012

  • GUINÉE-BISSAU

    Les Bissau-Guinéens ont voté dans le calme pour élire leur président

    En savoir plus

  • GUINÉE-BISSAU

    L'opposition rejette Raimundo Pereira comme président intérimaire

    En savoir plus

  • GUINÉE-BISSAU

    L'armée traque les auteurs du coup d'État militaire avorté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)