Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang invite l'AIEA à venir en Corée du Nord

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2012

La Corée du Nord a invité les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Pyongyang afin d'entériner l'accord conclu avec Washington, qui prévoit le gel des activités nucléaires nord-coréennes en échange d'une aide humanitaire.

AFP - La Corée du Nord a invité les inspecteurs de l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour aider à appliquer l'accord conclu récemment avec les Etats-Unis, qui comprend un moratoire des activités nucléaires de Pyongyang en échange d'une aide alimentaire.

Cette proposition a été faite lundi soir à Pékin par le négociateur en chef nord-coréen pour le nucléaire, Ri Yong-Ho, selon des images vidéo diffusées mardi par la télévision sud-coréenne KBS.



Pyongyang a annoncé vendredi dernier le lancement mi-avril d'un satellite d'observation à usage civil, un projet qui a stupéfié la communauté internationale et jeté un doute sur la mise en place de l'accord conclu avec Washington le mois dernier.

Selon Séoul, le régime communiste du Nord cherche en fait à camoufler la mise au point d'un missile à tête nucléaire via le lancement de ce satellite.

Pour la Corée du Nord, l'accord est toujours valable.

"Notre position est que nous mettrons en oeuvre l'accord DPRK (Corée du Nord, ndlr) - Etats-Unis annoncé le 29 février dans sa totalité", a déclaré Ri Yong-Ho à des journalistes.

"Afin d'appliquer cet accord, nous avons envoyé une lettre d'invitation à l'AIEA pour qu'ils envoient des inspecteurs dans notre pays", a-t-il ajouté.

Le Nord avait expulsé les inspecteurs de l'agence de l'énergie atomique il y a trois ans.

Selon la télévision KBS, le négociateur nord-coréen a effectué ces déclarations après avoir rencontré son homologue chinois Wu Dawei.

"Le lancement du satellite est une chose et l'accord DPRK-USA en est une autre", a-t-il encore dit, demandant à Wahington de respecter ses engagements et de livrer l'aide alimentaire.

Selon cet accord de fin février, Pyongyang s'est engagé à suspendre les lancements de missiles à longue portée, les essais nucléaires et les activités d'enrichissement d'uranium. En échange, les Etats-Unis fourniront au Nord 240.000 tonnes d'assistance alimentaire.

Le régime de Pyongyang, qui assure que ce lancement de fusée chargée d'un satellite a des visées pacifiques, a invité des experts et des journalistes étrangers à assister à l'opération, prévue entre le 12 et le 16 avril, pour commémorer le centième anniversaire du défunt fondateur de la Corée du Nord Kim Il-Sung.

Mais les Etats-Unis et leurs alliés dénoncent un tir déguisé de missile, en infraction des résolutions de l'ONU, notamment la 1874 de 2009, qui interdit à la Corée du Nord de procéder à des eassais nucléaires ou balistiques.

Le département d'Etat avait souligné qu'il était "très difficile d'imaginer comment nous pourrions nous engager auprès d'un pays dans lequel nous n'avons pas confiance et qui a de façon flagrante violé ses obligations internationales".
 

Première publication : 20/03/2012

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang entend lancer un satellite "pacifique" malgré les pressions de l'ONU

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Nucléaire : réchauffement diplomatique entre Washington et Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang accepte de geler son programme nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)