Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : À Rafah les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Moyen-orient

Moscou appelle Damas à accepter une trêve humanitaire quotidienne

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/03/2012

Alors que de violents combats ont éclaté à l'aube dans la capitale syrienne, Moscou demande à Damas d'accepter une trêve quotidienne humanitaire afin de permettre à la Croix-Rouge d'évacuer les blessés.

AFP - La Russie a appelé son allié Damas à accepter "immédiatement" une trêve quotidienne humanitaire en Syrie, où des combats meurtriers ont opposé lundi avant l'aube déserteurs et soldats dans un important quartier de la capitale.

Paris a pressé de son côté le Conseil de sécurité de voter un projet de déclaration soutenant fermement la mission de l'émissaire international Kofi Annan, qui a mandaté en Syrie des experts pour mettre fin à un an d'effusion de sang.

L'armée syrienne bombarde Hama

L'armée syrienne a bombardé ce mardi plusieurs quartiers de Hama (Hamidiya et Bab Qibli notamment), dans le centre du pays, pour tenter d'en déloger des combattants de l'Armée syrienne libre qui ont repris leurs opérations dans la ville, rapportent des sources d'opposition.
 

Mais sur le terrain, les violences ne montraient aucun signe de répit: 25 personnes, dont neuf civils, ont encore péri lundi à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui a fait état d'offensives des forces du régime dans plusieurs régions.

A Damas, les combats nocturnes qui ont touché le quartier de Mazzé sont "les plus importants et les plus proches des centres de sécurité à Damas depuis le début de la révolte", le 15 mars 2011, a affirmé le président de cette ONG, Rami Abdel Rahmane.

Mazé abrite des services de renseignements, des bâtiments gouvernementaux et les ambassades d'Inde et de Grèce.

M. Abdel Rahmane a précisé que deux soldats de l'armée régulière avaient été tués et 16 blessés dans les affrontements qui ont duré plusieurs heures. Quatre rebelles sont également morts et plusieurs autres blessés ou arrêtés.

La télévision officielle Al-Ikhbariya a de son côté fait état de la mort de "trois terroristes" et d'un membre des forces de l'ordre. Le régime du président Bachar al-Assad ne reconnaît pas la contestation et qualifie de "gangs terroristes" opposants et déserteurs.

Selon Mourtada Rachid, un militant sur place, "ces opérations à Damas visent à alléger la pression sur les régions" proches, en proie à des opérations de l'armée qui réprime dans le sang la révolte. L'armée, déployée en province, a ainsi été rappelée à Damas au début des combats, a-t-il affirmé.

Dans l'après-midi, de nouveaux combats ont éclaté à Qaboun et à Barzé, deux autres quartiers de la capitale, selon l'OSDH.

Ces affrontements interviennent après trois attentats sanglants samedi et dimanche à Damas et à Alep (nord), deuxième ville du pays, dont l'opposition et le régime se sont mutuellement accusés.

A Deir Ezzor (est), d'autres combats violents opposaient déserteurs et soldats après avoir fait la veille 30 morts, dont 25 déserteurs, et des dizaines de blessés.

Dans le même temps, le Comité international de la Croix Rouge et la Russie "ont appelé le gouvernement syrien et les groupes armés à accepter immédiatement une trêve quotidienne humanitaire afin de permettre au CICR l'accès aux blessés et aux civils qui doivent être évacués".

Le président du CICR en visite à Moscou


Dans cette déclaration publiée à l'issue d'une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le chef du CICR Jakob Kellenberger, la Russie a aussi "souligné la nécessité d'assurer l'accès du CICR à toutes les personnes détenues en Syrie à la suite des actions de protestations".

"Nous constatons une évolution dans la position publique de la Russie", a à cet égard réagi la porte-parole du département d'Etat américain, Victoria Nuland.

Parallèlement, les cinq experts mandatés par l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, sont arrivés à Damas pour négocier la mise en place d'une mission d'observation dans le but de faire cesser les "tueries".

La prochaine "visite de M. Annan en Syrie dépendra largement des progrès réalisés" lors des discussions avec les experts, a précisé son porte-parole.

M. Annan avait expliqué que la mission "poursuivrait les discussions sur les propositions" qu'il avait faites à M. Assad lors de sa visite les 10 et 11 mars à Damas, en vue d'un arrêt de l'effusion de sang, d'un accès au pays des organisations humanitaires et d'un dialogue politique. Il a qualifié de "décevantes jusqu'ici" les réponses apportées par Damas.

Le régime syrien réclame pour la mise en place d'un cessez-le-feu que l'opposition dépose les armes, en échange d'une amnistie, et que les pays voisins bloquent tout transfert d'armes à l'opposition.

La France a proposé au Conseil de sécurité de l'ONU d'adopter une déclaration de soutien à la mission de M. Annan et espère que ce sera chose faite mardi, a indiqué son ambassadeur à l'ONU, alors que la Russie et la Chine ont mis par deux fois leur veto à une résolution sur la Syrie.

Une mission d'évaluation de l'aide humanitaire, formée par l'Organisation de coopération islamique (OCI) et l'ONU, travaille de son côté depuis dimanche sous la houlette du régime. Elle doit se rendre dans une dizaine de provinces.

Dans un communiqué, l'OCI et l'ONU ont appelé "le peuple et les autorités de Syrie à respecter la neutralité et l'impartialité" de leur mission "strictement apolitique".

C'est la première fois que l'ONU est autorisée par le régime à faire une telle évaluation depuis le début il y a un an des violences qui ont fait, selon l'OSDH, plus de 9.000 morts.

Dans les hôpitaux de fortune, les médecins disent "manquer de tout".

"Avec les outils dont nous disposons nous ne pouvons absolument rien faire. Le matériel chirurgical que nous avons sont des cuillères", a ainsi expliqué à l'AFP un anesthésiste, devenu chirurgien en l'absence de personnel médical qualifié.

Première publication : 20/03/2012

  • SYRIE

    Violents combats dans la capitale, arrivée des experts internationaux à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats entre l'Armée syrienne libre et les forces régulières à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Alep frappée par un attentat à la voiture piégée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)