Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 20/03/2012

L’opposition syrienne tente de sensibiliser l’opinion internationale

Les internautes réagissent à la fusillade meurtrière devant un collège à Toulouse. Les opposants syriens tentent de mobiliser l’opinion publique internationale. Et les Philippins adoptent une nouvelle façon de protester : le "noynoying".

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

La fusillade meurtrière devant un collège juif, lundi matin, à Toulouse dans le sud-ouest de la France est un des sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux. Les messages d’internautes exprimant leur incompréhension et leur tristesse face à un tel drame se multiplient ainsi en provenance du monde entier depuis l’annonce de la terrible nouvelle. Un événement tragique qui fait suite aux meurtres de 3 militaires dans la région, la semaine dernière, tués avec la même arme et qui pourrait donc, pour certains, contribuer à faire peser un climat de psychose sécuritaire sur la ville.

 

L’opposition syrienne tente de sensibiliser l’opinion internationale

« Ceci n’est pas une bande-annonce de film, ceci est la Syrie ». Voici le titre de cette vidéo diffusée sur Internet par des opposants au régime de Bachar al-Assad. Un clip au ton dramatique qui compile des témoignages de cyberactivistes locaux et de journalistes occidentaux sur les violences qui secouent le pays depuis plus d’un an. Objectif : sensibiliser les internautes à la crise syrienne.

Et pour cela, les réalisateurs de cette vidéo ont décidé de reprendre la recette hollywoodienne utilisée par l’ONG Invisible Children pour son documentaire sur le criminel de guerre ougandais Joseph Kony. Relayé par de nombreuses célébrités, ce film a ainsi fait le tour de la Toile en quelques jours.

Un succès qui amène David Kenner, du magazine Foreign Policy, à s’interroger sur son blog. Pourquoi Joseph Kony, le leader en cavale d’une guérilla affaiblie, suscite-t-il plus d’indignation que la répression sanglante menée par les forces de Bachar al-Assad ? Pour Riyaad Minty, responsable des réseaux sociaux chez Al-Jazeera, tout est question de narration. En effet, selon lui, les vidéos amateurs des cyberactivistes syriens sont moins parlantes qu’un documentaire bien ficelé.

Et ce ne sont pourtant pas les initiatives pour dénoncer la situation sur place qui manquent. Pétitions en ligne, appels aux dons, et campagnes de sensibilisation, les actions se multiplient sur la Toile pour tenter de mobiliser l’opinion internationale. Dernier projet en date : une page Facebook qui invite les internautes du monde en entier à exprimer, en vidéo, leur soutien à la révolution syrienne.

 

Le « Noynoying » : la nouvelle tendance aux Philippines

Après le « planking », très en vogue dans les manifestations étudiantes organisées contre les coupes budgétaires l’an dernier aux Philippines et qui consistait pour les protestataires à s’allonger face contre terre au milieu de la rue, voici désormais venu le temps du « Noynoying ». Une pratique née récemment dans le pays pour dénoncer l’inaction du président Noynoy Aquino face à l’augmentation des prix du pétrole et dont le but est de se faire prendre en photo dans une position particulièrement détendue, en train de ne rien faire.

Une tendance qui n’a pas tardé à faire de nombreux adeptes sur la Toile locale. Ce groupe Facebook dédié à cette nouvelle pratique a ainsi rapidement vu le jour et compile des dizaines de clichés comme ceux-ci mettant en scène des Philippins se moquant du Président et de son manque de réactivité face à la crise.

Des critiques que les autorités ont immédiatement tenté de battre en brèche en publiant sur Twitter cette photo du chef de l’Etat derrière son bureau pour démontrer qu’il était bel et bien à la manoeuvre pour arranger la situation et qu’il ne restait pas inactif face aux demandes de la population.

Mais cette initiative ne semble pas avoir eu l’effet escompté, plusieurs internautes ayant remarqué des détails troublants sur le cliché. On peut en effet y voir le Président signer un document sans utiliser ses lunettes de vue ou encore travailler avec ce qui semble être un verre de vin sur la table. Autant d’éléments qui font dire aux détracteurs de Noynoy Aquino qu’il s’agit ni plus ni moins d’une vulgaire opération de communication politique.

En attendant, cette façon atypique de protester devrait continuer à faire des émules dans le pays malgré les tentatives du pouvoir pour défendre son travail. Preuve en est, une association étudiante vient de mettre en ligne ce guide expliquant comment réussir le « Noynoying » et appelle l’ensemble de la population à adopter cette pratique.

 

Il retrouve sa famille en Inde grâce à Google Earth

Séparé de sa famille depuis 25 ans, Saroo Brierley a pu la retrouver en Inde grâce aux nouvelles technologies. Tout commence en 1987 quand le petit mendiant, alors âgé de 5 ans, se trompe de train pour rentrer chez lui. Arrivé à l’autre bout du pays, il est alors placé en orphelinat avant d’être adopté par un couple d’Australiens. Les années passent, mais Saroo s’accroche à ses souvenirs d’enfance. Des souvenirs qui lui ont finalement permis de retrouver son village natal après des heures et des heures passées sur Google Earth.

 

La vidéo du jour

Descendre à toute vitesse sur son VTT un petit chemin de montagne au Pérou : c’est l’expérience que propose de vivre un spécialiste de cette discipline, Alejandro Paz, à travers cette vidéo bourrée d’adrénaline filmée grâce à une caméra fixée sur son casque. Une démonstration impressionnante de maîtrise qui ravira tous les amateurs de sensations fortes.

Par Electron Libre

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

19/04/2014 Réseaux sociaux

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

Les géants du net savent tout de vous. Votre profil sur les réseaux sociaux, mais pas seulement. Pour protéger la vie privée des internautes, l'association de consommateurs "Que...

En savoir plus

18/04/2014 Corée du Sud

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

Au sommaire aujourd’hui : la Toile rend hommage aux victimes du naufrage d’un ferry en Corée du sud ; la mort d’un marathonien britannique provoque un élan de générosité en ligne...

En savoir plus

17/04/2014 Terrorisme

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

Au sommaire de cette édition : le web nigérian se mobilise contre les violences dans le pays ; une vidéo d’un bébé fumant du cannabis provoque l’émoi sur la Toile ; et un...

En savoir plus

16/04/2014 Chili

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

Au sommaire de cette édition : la Toile chilienne se mobilise pour les sinistrés de Valparaiso ; la mode des selfies au volant déferle sur le web ; et DC Comics célèbre les 75...

En savoir plus

15/04/2014 Google glass

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

Au sommaire de cette édition : un jeune Américain témoigne de l’agression qu’il a subie à cause de ses Google Glass ; la Toile marocaine se mobilise contre le phénomène du «...

En savoir plus