Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Les Britanniques les plus fortunés paieront moins d'impôts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2012

Le taux d'imposition des quelque 300 000 Britanniques les plus riches sera ramené de 50 % à 45 % en 2013, a annoncé George Osborne, ministre des Finances. Une mesure controversée dévoilée en même temps qu'un nouveau plan de rigueur.

AFP - Le ministre britannique des Finances George Osborne a annoncé mercredi une baisse très controversée du taux marginal d'imposition des hauts revenus, qui passera en 2013 de 50% à 45%, en présentant au Parlement un nouveau budget de rigueur.

Ce taux est "le plus élevé" des pays développés, il "fait du tort à l'économie britannique et handicape sa compétitivité", tout en "rapportant presque rien" au budget de l'Etat, a affirmé M. Osborne.

Sa suppression sera plus que compensée par une série de mesures contre l'évasion fiscale et une hausse des droits de transmission sur les logements luxueux, a-t-il promis, en balayant les critiques selon lesquelles les plus riches étaient épargnés par la rigueur.

Elle s'accompagne également d'un relèvement immédiat du seuil de l'impôt sur le revenu de 8.100 à 9.205 livres (environ 11.000 euros), qui profitera aux bas salaires.

Le taux maximal d'imposition sur le revenu avait été augmenté de 40% à 50% par les travaillistes juste avant leur défaite aux élections de 2010. Il concerne les revenus annuels supérieurs à 150.000 livres (180.000 euros), soit quelque 300.000 personnes.

Dévoilée à l'avance par la presse, la baisse de ce taux a été vivement critiquée par les travaillistes et les syndicats comme une mesure "pro-riches" au moment où le reste de la population doit se serrer la ceinture.

Le leader du Labour Ed Miliband a aussitôt dénoncé une décision "honteuse" et un budget "injuste", "conçu pour aider les millionnaires" au détriment de mesures encourageant la croissance.

M. Osborne avait entamé son discours devant les députés en reitérant "l'engagement inébranlable" de son gouvernement à lutter en priorité contre le déficit public qui devrait encore atteindre 7,6% du Produit intérieur brut (PIB) en 2013. "Il n'y a pas d'autre voie" possible, a-t-il redit.

Le gouvernement a engagé dès son arrivée au pouvoir un plan de rigueur draconien, sans équivalent parmi les grands pays européens, qui prévoit 81 milliards de livres (90 milliards d'euros) de coupes budgétaires entre 2011 et 2015. Il prévoit la suppression de quelque 700.000 emplois publics.

Les coupes se poursuivront comme prévu, a insisté M. Osborne, avec pour objectif un retour à l'équilibre budgétaire à l'horizon 2016/2017.

Le ministre a aussi pris acte de nouvelles prévisions officielles de croissance. A +0,8% pour 2012, elles sont légèrement en hausse par rapport à celles datant de novembre dernier et écartent le risque d'un retour en récession, mais elles laissent peu de marge de manoeuvre au gouvernement.

Première publication : 21/03/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Échanges peu cordiaux entre Paris et Londres sur le triple A

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    David Cameron s'isole en s'opposant frontalement à l'Union

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Grève monstre des fonctionnaires pour leurs retraites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)