Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

FRANCE

Mohamed Merah, "fier d'avoir mis la France à genoux"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 22/03/2012

Après avoir tué sept personnes dans la région de Toulouse, le principal suspect a été identifié par les 200 enquêteurs mobilisés sur cette affaire. Il s’agit de Mohamed Merah, un Français qui se réclame de la mouvance d’Al-Qaïda.

Depuis plusieurs jours, il est l’homme le plus recherché de France. Entre les 11 et 19 mars, il a tué, dans la région de Toulouse, sept personnes, dont trois enfants de moins de 10 ans, un père de famille et trois militaires. Depuis 3h20 mercredi matin, une opération du Raid – Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion, une unité d’élite de la police nationale - est en cours à son domicile dans l'est de Toulouse pour tenter de l’arrêter.

Lors des négociations avec les agents du Raid, Mohamed Merah a revendiqué les trois attaques de Toulouse et Montauban, a rapporté le procureur de Paris, François Molins, en déplacement à Toulouse lors d'une conférence de presse. Le tueur présumé a également évoqué plusieurs raisons pour justifier son geste : le sort des Palestiniens, les déploiements militaires français à l’étranger, et notamment en Afghanistan, tout comme l’interdiction du port du voile intégral en public sur le territoire français. "Il a également déclaré n’avoir aucun regret, a précisé le procureur. Et se dit fier d’avoir mis la France à genoux".

Mohamed Merah a indiqué avoir prévu de repasser à l’acte contre un militaire. "Il avait également d’autres projets criminels, notamment celui de tuer deux fonctionnaires de police qu’il avait clairement identifiés", a expliqué François Molins.

Mercredi matin, quand le nom de Mohamed Merah a été diffusé par les médias en tant que suspect numéro un, les habitants du quartier des Izards, dans le nord de la ville, ont été plus que surpris. Et pour cause, l’homme né à Toulouse en 1988, a passé une bonne partie de son enfance avec ses parents, ses deux frères et deux sœurs dans une petite maison du coin. Une ancienne voisine parle de lui comme d’"un enfant sans histoire". "C’était un ami de mon fils, il venait dîner à la maison, ils jouaient au foot ensemble", raconte la femme âgée d’une cinquantaine d’années qui le décrit comme un "petit très doux, gentil et réservé". De son côté, un autre voisin parle d’un garçon "très poli".

Parcours solitaire

Aujourd’hui, Mohamed Merah est qualifié d’extrêmement violent par le procureur de Paris. "Depuis ce matin, le Raid a tenté à plusieurs reprises d’enfoncer la porte de son domicile, il a opposé une forte résistance puisqu’il a répondu en tirant à chaque fois dans leur en direction", note le procureur. Il est également connu des services de police pour avoir été emprisonné durant une année à la prison toulousaine de Saint-Sulpice (entre fin 2007 et début 2009). "Il a connu une période délinquante de droit commun, avec 15 interpellations", précise François Molins.

Lors des pourparlers avec le Raid, le suspect a eu l’occasion de revendiquer son appartenance à Al-Qaïda, et d’affirmer avoir été formé au Waziristan, au Pakistan. "Il dit ne pas avoir l’âme d’un martyr", a précisé le procureur. Le suspect a effectué deux séjours en Afghanistan. Lors du premier, il est interpellé lors d'un contrôle routier par la police afghane qui le remet à l’armée américaine avant de le renvoyer en France. Le second, en 2011, dure deux mois car une hépatite A le contraint à nouveau au retour.

Mohamed Merah a affirmé avoir toujours agi seul. Le procureur confirme "un parcours solitaire", le genre "d'homme qui reste enfermé plusieurs jours chez lui, à regarder des scènes violentes devant un écran". Sa mère, Mme Aziri, a néanmoins été interpellée tôt dans la matinée dans le cadre de l’enquête, ainsi que son frère Abdel Khader et une amie à lui. "La mère semble n'avoir guère d’influence sur ses enfants", commente le procureur.

Plusieurs zones d’ombre restent toutefois à lever concernant son mode de vie. "Son revenu est proche du RSA mais il semble avoir les moyens de louer un véhicule au mois et disposerait de plusieurs points de chute pour vivre", a fait savoir François Molins.

Première publication : 21/03/2012

  • FUSILLADE À TOULOUSE

    Liveblogging : Retour sur les événements du mercredi 21 mars

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    L’intervention du Raid à Toulouse filmée par un riverain

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le discours sécuritaire s'invite dans la campagne présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)