Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza, le Hamas reste introuvable

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : suivez le match en direct

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Conseil de sécurité appelle Assad à coopérer avec Kofi Annan

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2012

Dans une déclaration plus vague et moins menaçante qu'une résolution, les 15 membres du Conseil ont adopté un texte exhortant le gouvernement syrien et l'opposition à "travailler de bonne foi" avec Kofi Annan en cessant notamment les violences.

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mercredi dans une déclaration la Syrie à mettre en oeuvre les propositions du médiateur Kofi Annan au moment où de nouvelles opérations militaires étaient menées pour écraser la révolte, notamment autour de Homs.

Le texte, adopté par les 15 membres du Conseil, demande au président syrien Bachar al-Assad et à l'opposition syrienne de "travailler de bonne foi" avec M. Annan, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, et "d'appliquer totalement et immédiatement" le plan de règlement en six points mis sur la table par M. Annan lors de ses entretiens à Damas.

Si ce plan n'est pas mis en oeuvre, le Conseil prévoit de passer éventuellement à des "étapes ultérieures", qui ne sont pas précisées. Initialement, le texte prévoyait que le Conseil "envisage des mesures supplémentaires" si le plan de M. Annan n'était pas appliqué.

Le choix d'une nouvelle formule, plus vague et moins menaçante, a permis de contourner les réserves de la Russie, fidèle alliée de Damas, qui refusait que la déclaration prenne "la forme d'un ultimatum" au régime syrien.

Cette "déclaration présidentielle" a moins de poids qu'une résolution mais se révèle généralement plus facile à négocier. Un tel texte est adopté par consensus, sans possibilité de veto. Moscou et Pékin avaient mis leur veto à deux résolutions du Conseil condamnant la répression en Syrie, en octobre 2011 et en février dernier.

Le texte mentionne parmi les propositions de M. Annan "la cessation de toutes formes de violence armée par toutes les parties sous supervision de l'ONU", la "fourniture d'aide humanitaire à toutes les zones affectées par les combats" et "la libération des personnes détenues arbitrairement".

La déclaration précise que Damas "devrait dans un premier temps cesser tout mouvement de troupes vers les centres de population" et s'abstenir d'utiliser des "armes lourdes" dans et autour de ces localités.

Sans dénoncer explicitement les exactions du régime de Damas, le Conseil "exprime sa forte inquiétude devant la détérioration de la situation en Syrie" et "ses profonds regrets devant les milliers de morts" qu'a causés cette crise depuis un an.

Sur le terrain, les opérations des troupes de l'armée syrienne et des combats entre soldats et déserteurs ont entraîné mercredi la mort de 23 personnes en Syrie, dont 15 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des bombardements de l'armée et des opérations sécuritaires ont également causé la mort de 14 personnes, dont 10 civils, dans la province de Homs, ancien fief des rebelles, dans le centre du pays, toujours selon l'OSDH, qui a aussi évoqué des affrontements violents à Alep.

Dans l'après-midi, les affrontements ont aussi repris entre soldats de l'armée régulière et déserteurs de l'Armée syrienne libre (ASL) à Harasta, à 10 km de Damas, ont rapporté les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.

Le Japon a annoncé avoir fermé son ambassade en raison de "l'aggravation des conditions de sécurité en Syrie, y compris dans la capitale".

Par ailleurs, un groupe islamiste, le Front al-Nusra, a revendiqué dans un communiqué mis sur internet les attentats ayant fait 27 morts samedi à Damas, disant avoir agi "en riposte à la poursuite du pilonnage" par le régime de plusieurs villes rebelles.

La Syrie est le théâtre depuis plus d'un an d'une révolte sans précédent contre le régime du président Assad qui la réprime dans le sang. Selon l'OSDH, plus de 9.000 personnes ont péri dans les violences, attribuées par le régime à des groupes "terroristes" cherchant à déstabiliser le pays.


 

Première publication : 21/03/2012

  • ORGANISATION INTERNATIONALE

    Amnesty dénonce la "torture systématique" des opposants détenus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats dans la capitale, arrivée des experts internationaux à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats entre l'Armée syrienne libre et les forces régulières à Damas

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)