Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Conseil de sécurité appelle Assad à coopérer avec Kofi Annan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2012

Dans une déclaration plus vague et moins menaçante qu'une résolution, les 15 membres du Conseil ont adopté un texte exhortant le gouvernement syrien et l'opposition à "travailler de bonne foi" avec Kofi Annan en cessant notamment les violences.

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mercredi dans une déclaration la Syrie à mettre en oeuvre les propositions du médiateur Kofi Annan au moment où de nouvelles opérations militaires étaient menées pour écraser la révolte, notamment autour de Homs.

Le texte, adopté par les 15 membres du Conseil, demande au président syrien Bachar al-Assad et à l'opposition syrienne de "travailler de bonne foi" avec M. Annan, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, et "d'appliquer totalement et immédiatement" le plan de règlement en six points mis sur la table par M. Annan lors de ses entretiens à Damas.

Si ce plan n'est pas mis en oeuvre, le Conseil prévoit de passer éventuellement à des "étapes ultérieures", qui ne sont pas précisées. Initialement, le texte prévoyait que le Conseil "envisage des mesures supplémentaires" si le plan de M. Annan n'était pas appliqué.

Le choix d'une nouvelle formule, plus vague et moins menaçante, a permis de contourner les réserves de la Russie, fidèle alliée de Damas, qui refusait que la déclaration prenne "la forme d'un ultimatum" au régime syrien.

Cette "déclaration présidentielle" a moins de poids qu'une résolution mais se révèle généralement plus facile à négocier. Un tel texte est adopté par consensus, sans possibilité de veto. Moscou et Pékin avaient mis leur veto à deux résolutions du Conseil condamnant la répression en Syrie, en octobre 2011 et en février dernier.

Le texte mentionne parmi les propositions de M. Annan "la cessation de toutes formes de violence armée par toutes les parties sous supervision de l'ONU", la "fourniture d'aide humanitaire à toutes les zones affectées par les combats" et "la libération des personnes détenues arbitrairement".

La déclaration précise que Damas "devrait dans un premier temps cesser tout mouvement de troupes vers les centres de population" et s'abstenir d'utiliser des "armes lourdes" dans et autour de ces localités.

Sans dénoncer explicitement les exactions du régime de Damas, le Conseil "exprime sa forte inquiétude devant la détérioration de la situation en Syrie" et "ses profonds regrets devant les milliers de morts" qu'a causés cette crise depuis un an.

LA CONTESTATION DU 15 MARS 2011 AU 15 MARS 2012
Sur le terrain, les opérations des troupes de l'armée syrienne et des combats entre soldats et déserteurs ont entraîné mercredi la mort de 23 personnes en Syrie, dont 15 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des bombardements de l'armée et des opérations sécuritaires ont également causé la mort de 14 personnes, dont 10 civils, dans la province de Homs, ancien fief des rebelles, dans le centre du pays, toujours selon l'OSDH, qui a aussi évoqué des affrontements violents à Alep.

Dans l'après-midi, les affrontements ont aussi repris entre soldats de l'armée régulière et déserteurs de l'Armée syrienne libre (ASL) à Harasta, à 10 km de Damas, ont rapporté les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.

Le Japon a annoncé avoir fermé son ambassade en raison de "l'aggravation des conditions de sécurité en Syrie, y compris dans la capitale".

Par ailleurs, un groupe islamiste, le Front al-Nusra, a revendiqué dans un communiqué mis sur internet les attentats ayant fait 27 morts samedi à Damas, disant avoir agi "en riposte à la poursuite du pilonnage" par le régime de plusieurs villes rebelles.

La Syrie est le théâtre depuis plus d'un an d'une révolte sans précédent contre le régime du président Assad qui la réprime dans le sang. Selon l'OSDH, plus de 9.000 personnes ont péri dans les violences, attribuées par le régime à des groupes "terroristes" cherchant à déstabiliser le pays.


 

Première publication : 21/03/2012

  • ORGANISATION INTERNATIONALE

    Amnesty dénonce la "torture systématique" des opposants détenus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats dans la capitale, arrivée des experts internationaux à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats entre l'Armée syrienne libre et les forces régulières à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)