Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Moyen-orient

Le Conseil de sécurité appelle Assad à coopérer avec Kofi Annan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/03/2012

Dans une déclaration plus vague et moins menaçante qu'une résolution, les 15 membres du Conseil ont adopté un texte exhortant le gouvernement syrien et l'opposition à "travailler de bonne foi" avec Kofi Annan en cessant notamment les violences.

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mercredi dans une déclaration la Syrie à mettre en oeuvre les propositions du médiateur Kofi Annan au moment où de nouvelles opérations militaires étaient menées pour écraser la révolte, notamment autour de Homs.

Le texte, adopté par les 15 membres du Conseil, demande au président syrien Bachar al-Assad et à l'opposition syrienne de "travailler de bonne foi" avec M. Annan, émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, et "d'appliquer totalement et immédiatement" le plan de règlement en six points mis sur la table par M. Annan lors de ses entretiens à Damas.

Si ce plan n'est pas mis en oeuvre, le Conseil prévoit de passer éventuellement à des "étapes ultérieures", qui ne sont pas précisées. Initialement, le texte prévoyait que le Conseil "envisage des mesures supplémentaires" si le plan de M. Annan n'était pas appliqué.

Le choix d'une nouvelle formule, plus vague et moins menaçante, a permis de contourner les réserves de la Russie, fidèle alliée de Damas, qui refusait que la déclaration prenne "la forme d'un ultimatum" au régime syrien.

Cette "déclaration présidentielle" a moins de poids qu'une résolution mais se révèle généralement plus facile à négocier. Un tel texte est adopté par consensus, sans possibilité de veto. Moscou et Pékin avaient mis leur veto à deux résolutions du Conseil condamnant la répression en Syrie, en octobre 2011 et en février dernier.

Le texte mentionne parmi les propositions de M. Annan "la cessation de toutes formes de violence armée par toutes les parties sous supervision de l'ONU", la "fourniture d'aide humanitaire à toutes les zones affectées par les combats" et "la libération des personnes détenues arbitrairement".

La déclaration précise que Damas "devrait dans un premier temps cesser tout mouvement de troupes vers les centres de population" et s'abstenir d'utiliser des "armes lourdes" dans et autour de ces localités.

Sans dénoncer explicitement les exactions du régime de Damas, le Conseil "exprime sa forte inquiétude devant la détérioration de la situation en Syrie" et "ses profonds regrets devant les milliers de morts" qu'a causés cette crise depuis un an.

LA CONTESTATION DU 15 MARS 2011 AU 15 MARS 2012
Sur le terrain, les opérations des troupes de l'armée syrienne et des combats entre soldats et déserteurs ont entraîné mercredi la mort de 23 personnes en Syrie, dont 15 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des bombardements de l'armée et des opérations sécuritaires ont également causé la mort de 14 personnes, dont 10 civils, dans la province de Homs, ancien fief des rebelles, dans le centre du pays, toujours selon l'OSDH, qui a aussi évoqué des affrontements violents à Alep.

Dans l'après-midi, les affrontements ont aussi repris entre soldats de l'armée régulière et déserteurs de l'Armée syrienne libre (ASL) à Harasta, à 10 km de Damas, ont rapporté les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.

Le Japon a annoncé avoir fermé son ambassade en raison de "l'aggravation des conditions de sécurité en Syrie, y compris dans la capitale".

Par ailleurs, un groupe islamiste, le Front al-Nusra, a revendiqué dans un communiqué mis sur internet les attentats ayant fait 27 morts samedi à Damas, disant avoir agi "en riposte à la poursuite du pilonnage" par le régime de plusieurs villes rebelles.

La Syrie est le théâtre depuis plus d'un an d'une révolte sans précédent contre le régime du président Assad qui la réprime dans le sang. Selon l'OSDH, plus de 9.000 personnes ont péri dans les violences, attribuées par le régime à des groupes "terroristes" cherchant à déstabiliser le pays.


 

Première publication : 21/03/2012

  • ORGANISATION INTERNATIONALE

    Amnesty dénonce la "torture systématique" des opposants détenus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats dans la capitale, arrivée des experts internationaux à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Violents combats entre l'Armée syrienne libre et les forces régulières à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)