Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Afrique

Pourquoi le régime du président "ATT" était fragilisé

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 22/03/2012

Le président Amadou Toumani Touré, dont le pays passait pour un modèle de démocratie en Afrique de l'Ouest depuis une vingtaine d'années, a été renversé. Quelles sont les raisons de ce putsch ? Réponse avec le chercheur Philippe Hugon.

Quelques heures après le coup d’État perpétré jeudi matin à l'aube par un groupe de militaires au Mali, un couvre-feu a été instauré de 18 heures à 6 heures dans le pays. "Toutes les frontières ont [par ailleurs] été fermées jusqu’à nouvel ordre", a ajouté l’un des mutins, le sergent Salif Koné, à l’AFP.

Des soldats ont en effet annoncé tôt, jeudi 22 mars, à la télévision nationale malienne avoir mis "fin au régime incompétent" du président Amadou Toumani Touré, au pouvoir depuis 2002, et avoir mis en place un Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État (CNRDR).

Leur porte-parole, le lieutenant Amadou Konaré, a affirmé qu'ils avaient agi face "à l'incapacité" du gouvernement "à gérer la crise au nord de notre pays", en proie à une nouvelle rébellion touareg depuis le mois de janvier et aux activités de groupes islamistes armés depuis plusieurs mois.

Selon le correspondant de RFI et de FRANCE 24 sur place, Serge Daniel, l'entrée en vigueur d'un couvre-feu a pour but de ramener le calme dans la capitale, Bamako, où des affrontements sporadiques et des "actes de vandalisme" ont eu lieu ce jeudi.

"Avant tout un putsch à l'intérieur de la hiérarchie militaire"
 
Pour Philippe Hugon, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et auteur d'un ouvrage intitulé "La Géopolitique de l’Afrique", plusieurs raisons expliquent ce putsch dans un pays déstabilisé par le retour de mercenaires ayant opérés en Libye.
 
Selon lui, la première est à chercher dans "un mécontentement de la base de l’armée, car les mutins sont pour la plupart peu gradés, contre la hiérarchie. Ils lui reprochent de ne pas avoir reçu le matériel nécessaire pour lutter contre la rébellion touareg", explique-t-il avant d'ajouter : "Il s'agit avant tout d'un putsch à l’intérieur de la hiérarchie militaire". Cette mutinerie intervient alors que l’armée a essuyé de lourdes pertes humaines dans le nord du pays, où certaines villes sont tombées sous le contrôle de la rébellion, rappelle celui-ci.
 
Ançar Dine ("Défenseur de l'islam"), un mouvement islamiste armé touareg qui veut imposer la charia au Mali, a en effet affirmé mardi 20 mars avoir pris le contrôle de trois villes du nord-est du Mali situées à proximité de la frontière algérienne : Tinzawaten, Tessalit et Aguelhok.
 
Un président plus largement contesté
 
Reste que la rébellion touareg semble ne pas être le seul mouvement d'opposition auquel les autorités maliennes ont été confrontées ces derniers temps. "Apparemment, une partie de la société malienne n'est pas complètement hostile au coup d’État", reprend Philippe Hugon, qui explique que le président "ATT" était devenu la cible de nombreuses critiques.
 
"On lui reproche non seulement son échec face à la rébellion touareg, mais aussi le fait d'avoir été trop timoré dans sa lutte contre Al-Qaïda et les réseaux salafistes", affirme celui-ci. "Il n’est pas impossible que certaines forces politiques soutiennent le putsch", avance encore le chercheur.
 
Bien que l'élection présidentielle, dont le premier tour devait se dérouler le 29 avril, ait été annulée, Philippe Hugon ne s’attend pas à voir les militaires rester durablement au pouvoir. "Je m’attends plutôt à ce qu'ils le remettent dans quelques temps à des civils, sans que l'ont sache toutefois de quelle manière", explique-t-il, avant de conclure : "La question la plus importante n'en reste pas moins celle de la rébellion touareg et de savoir s’il y aura ou non de réels affrontements".
 

 

Première publication : 22/03/2012

  • Sur RFI

    Coup d'Etat au Mali: l'évolution de la situation en temps réel

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Coup d’État au Mali : un "mal nécessaire" ou un "acte de bandits" ?

    En savoir plus

  • MALI

    Les rebelles touareg poursuivent leur offensive dans le Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)