Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Mohamed Merah tué après un assaut du Raid

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2012

Au terme d'un siège de plus de 30 heures, l'auteur présumé des assassinats de Toulouse et de Montauban, Mohamed Merah, a été tué par les policiers du Raid. Son décès signe la fin d'un feuilleton qui a tenu la France en haleine pendant 10 jours.

REUTERS - Une balle dans la tête a stoppé jeudi la trajectoire de Mohamed Merah, dont la série de meurtres a ébranlé la France, mis l'élection présidentielle entre parenthèses et soulevé de nombreuses interrogations.

La mort, les armes à la main, de l'homme qui avait abattu trois militaires d'origine maghrébine, un rabbin et trois enfants juifs en se réclamant d'Al Qaïda a soulevé une polémique sur l'extrême dangerosité d'une poignée d'islamistes radicaux et fait craindre à certains un réveil des tensions communautaires.

Après l'union affichée dans un premier temps, des fissures sont apparues dans la classe politique. Marine Le Pen, candidate du Front national à l'élection présidentielle, a accusé les autorités de laxisme face à la menace représentée par le fondamentalisme tandis que d'autres responsables politiques pointaient des failles des services de renseignement, qui surveillaient le tueur depuis plusieurs mois.

Mais l'heure était d'abord au soulagement après un drame qui a tenu la France en haleine pendant 11 jours avant la séquence finale, une fusillade nourrie de plusieurs minutes dans l'appartement toulousain où Mohamed Merah était assiégé par les policiers du Raid depuis plus de 30 heures.

"Face à une agression terroriste dont la violence le dispute à l'abjection, la France a fait preuve de sang-froid et de détermination", a déclaré Nicolas Sarkozy dans une brève allocution à l'Elysée.

"Elle est restée unie et rassemblée", a ajouté le président. "Aujourd'hui, les Français doivent surmonter leur indignation et ne pas laisser libre cours à leur colère."

Même tonalité consensuelle dans la bouche de François Hollande, le rival socialiste du président-candidat, dans une courte déclaration depuis son siège de campagne : "La République est toujours la plus forte, c'est la leçon que nous devons tirer des moments que nous venons de vivre", a-t-il dit.

"Tu tues mes frères, je te tue"

Tuerie de Toulouse et Montauban : les craintes de la stigmatisation des musulmans

L'homme qui avait dit vouloir mettre la France "à genoux", un jeune Français d'origine algérienne de 23 ans connu pour des faits de délinquance et pour avoir effectué des séjours en Afghanistan et au Pakistan, avait d'abord dit aux négociateurs qu'il pourrait se rendre pour changer ensuite brutalement de stratégie.

Avant de cesser de donner signe de vie, au point que certains se demandaient s'il n'était pas mort, l'homme s'était longuement épanché sur ses motivations, affirmant avoir voulu venger la mort d'enfants palestiniens et punir la France pour son engagement militaire en Afghanistan.

Celui qui avait tué de sang-froid sept victimes à Montauban et Toulouse était bien vivant quand les hommes du Raid ont pénétré dans son appartement.

Surgissant de la salle de bains, il a mitraillé les assaillants avant de se jeter par la fenêtre et de s'écrouler sur le sol, mort.

"Un fonctionnaire qui a pourtant l'habitude nous a dit qu'il n'avait jamais vu un assaut de cette violence", a dit le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, ajoutant que deux fonctionnaires de police avaient été blessés lors de l'opération.

Mohamed Merah a vendu chèrement sa peau avant d'être tué d'une balle dans la tête, comme l'a indiqué le procureur de Paris, qui coordonne l'enquête.

Le tueur avait filmé lui-même ses trois séries de meurtres et les images, extrêmement explicites, seront versées à la procédure, a ajouté François Molins lors d'une conférence de presse à Toulouse.

"Tu tues mes frères, je te tue", aurait dit Mohamed Merah en commettant son premier meurtre, selon le procureur.

 À la recherche de complices

Le tueur au scooter, qui a affirmé qu'il avait planifié d'autres meurtres, a été identifié par

Tuerie de Toulouse et Montauban : Y a t-il eu des failles du renseignement?

une enquête menée grâce à des écoutes et à la surveillance de ses activités sur internet. L'homme a commis peu d'erreurs mais a donné un coup de pouce aux enquêteurs en s'étant informé auprès d'un concessionnaire sur les moyens de maquiller son deux-roues.

Les forces de l'ordre ont découvert sur les indications du tueur deux voitures emplies d'armes - des pistolets mitrailleurs et automatiques. Un arsenal qui suggère qu'il a bénéficié de soutiens.

L'enquête devra déterminer s'il a agi seul et tentera de débusquer d'éventuels complices, a expliqué le procureur de Paris. La mère du tueur, l'un de ses frères, qui évoluait également dans la mouvance salafiste, et sa compagne ont été placés en garde à vue.

La police scientifique a investi aussitôt l'appartement qu'occupait Mohamed Merah dans un paisible quartier résidentiel de Toulouse et des investigations y sont en cours.

L'affaire pourrait avoir des implications politiques, un premier sondage en vue de l'élection présidentielle semblant indiquer une légère progression de Nicolas Sarkozy, toujours donné battu au second tour par François Hollande.

Des questions se posent enfin sur la manière dont cet homme connu des services de police pour son militantisme salafiste et ses voyages dans la zone pakistano-afghane a pu amasser un tel arsenal et passer entre les mailles de la police

Quant à la campagne pour la présidentielle, elle a déjà repris ses droits, comme l'a signalé le patron de l'UMP, Jean-François Copé, en accusant jeudi François Hollande et le candidat centriste François Bayrou d'avoir instrumentalisé l'affaire.

Nicolas Sarkozy devait tenir un meeting dans la soirée à Strasbourg. Le drame qui vient de s'achever y sera évoqué, a-t-on appris dans son entourage.


En raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés sur cette page, FRANCE 24 a décidé d'en fermer provisoirement les commentaires.

Première publication : 22/03/2012

  • FUSILLADE À TOULOUSE

    Revivez les événements du jeudi 22 mars grâce à notre liveblogging

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fusillade à Toulouse : le récit de l'enquête

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le discours sécuritaire s'invite dans la campagne présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)