Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Afrique

Coup d'État : "Le président Touré est en sécurité", affirment les putchistes

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/03/2012

Au lendemain du coup d'État à Bamako, qui a suscité une vague de condamnations à l'étranger, le leader putchiste Amadou Sanogo a déclaré que le président malien Amadou Toumani Touré ainsi que les membres du gouvernement étaient en sécurité.

AFP - Le président malien Amadou Toumani Touré, renversé jeudi par un coup d'Etat militaire, est "en sécurité" et "va très bien", a affirmé vendredi le chef des putchistes, le capitaine Amadou Sanogo, qui a promis par ailleurs de mettre fin aux pillages.

"Pour l'instant, je ne vous dirai pas" où se trouve le président Touré. "Il va très bien, il est en sécurité", a déclaré à la presse le capitaine Sanogo, dont un entretien diffusé à la mi-journée par la télévision publique ORTM.



Les dirigeants du gouvernement renversé "sont sains et saufs. On ne touchera à l'intégrité physique d'aucun d'entre eux", a-t-il assuré. "Mais je vous assure qu'ils passeront devant les juridictions compétentes, sous les yeux du peuple malien", a-t-il souligné.

Après plusieurs heures d'affrontements à Bamako, des militaires du rang dirigés par le capitaine Amadou Sanogo ont annoncé jeudi avoir renversé le régime du président Touré, qu'ils accusent, ainsi que leurs supérieurs hiérarchiques, d'incompétence dans la lutte contre la rébellion touareg et les groupes islamistes dans le nord du pays.

"Je déplore les actes de vandalisme, mais tout n'est pas de notre fait", a expliqué à la presse le chef des putchistes, alors que des soldats se sont librés à des pillages dans la capitale, où le palais présidentiel a été en partie incendié.

"Hier, des individus mal intentionnés ont porté l'uniforme pour casser, vandaliser. Je prie les populations de nous excuser pour les désagréments causés, je demande l'arrêt des pillages", a souligné le capitaine Sanogo, qui a promis d'user de "tous les moyens nécessaires pour mettre fin à ces exactions".

L'UA suspend le Mali jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel

L'Union africaine (UA) a décidé vendredi de suspendre le Mali de toute participation à ses activités jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel dans ce pays, a annoncé le diplomate nigérian Paul Zolo à l'issue d'une réunion à Addis Abeba.

 

Le capitaine Sanogo s'exprimait devant la presse lors d'un entretien au camp militaire Soundiata Këita dont il a fait son QG, dans la ville de Kati, près de Bamako.

De nombreux militaires étaient sur place, mais très peu d'officiers, a-t-on constaté. Une vingtaine de bérets rouges, membres de la garde présidentielle, étaient également présents au côté du chef des putchistes.

"Quand un Etat a déjà cinquante ans, et que malheureusement les forces armées et de securité ne sont pas dans les condition minimales pour faire face à la défense de l'intégrité territoriale, il y a défaillance", a justifié le capitaine Sanogo.

"Ensuite, tout le monde est conscient de la cherté de la vie. (...) Ca fait se révolter. Les civils ont parlé, réclamé. Voilà ce qui nous a amené a cette situation", a souligné l'officier.

"Pour l'instant, je précise que nous n'allons pas faire une transition militaire. Ca va concerner tout le monde", a commenté le capitaine Sanogo, alors que les putschistes, réunis au sein d'un "Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE)", avaient promis jeudi de "restaurer le pouvoir" civil et d'installer un gouvernement d'union nationale.
La rebellion touareg poursuit son offensive

Au lendemain du coup d'Etat militaire qui a renversé le régime du président malien Amadou Toumani Touré, la rébellion touareg a annoncé vendredi la poursuite de son "offensive", tandis que les appels au retour à l'ordre constitutionnel se sont multipliés en Afrique et dans le monde.



"Je vais mettre en place un comité prenant en compte tous les partis, toutes les composantes de la société. Nous voulons aller à la réforme, et nous aurons besoin de toutes les composantes de la société civile (...). Ensemble on va s'asseoir, discuter des perspectives (...)".

"Je ne suis pas un homme de guerre. Il se pourrait même que certains groupes (rebelles touareg) disent, puisque les choses ont changé: +essayons d'approcher ceux qui sont aux commandes maintenant+", a-t-il avancé.

"Je ne suis pas là pour juste m'équiper, équiper l'armée malienne pour aller tuer tout ce qui est sur son passage. Je ne suis pas un homme de ce genre", affirmant vouloir "la négociation".
 

Première publication : 23/03/2012

  • MALI

    Pourquoi le régime du président "ATT" était fragilisé

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Coup d’État au Mali : un "mal nécessaire" ou un "acte de bandits" ?

    En savoir plus

  • MALI

    La rébellion touareg menace-t-elle la stabilité politique fragile de Bamako ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)