Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Coup d'État : "Le président Touré est en sécurité", affirment les putchistes

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/03/2012

Au lendemain du coup d'État à Bamako, qui a suscité une vague de condamnations à l'étranger, le leader putchiste Amadou Sanogo a déclaré que le président malien Amadou Toumani Touré ainsi que les membres du gouvernement étaient en sécurité.

AFP - Le président malien Amadou Toumani Touré, renversé jeudi par un coup d'Etat militaire, est "en sécurité" et "va très bien", a affirmé vendredi le chef des putchistes, le capitaine Amadou Sanogo, qui a promis par ailleurs de mettre fin aux pillages.

"Pour l'instant, je ne vous dirai pas" où se trouve le président Touré. "Il va très bien, il est en sécurité", a déclaré à la presse le capitaine Sanogo, dont un entretien diffusé à la mi-journée par la télévision publique ORTM.



Les dirigeants du gouvernement renversé "sont sains et saufs. On ne touchera à l'intégrité physique d'aucun d'entre eux", a-t-il assuré. "Mais je vous assure qu'ils passeront devant les juridictions compétentes, sous les yeux du peuple malien", a-t-il souligné.

Après plusieurs heures d'affrontements à Bamako, des militaires du rang dirigés par le capitaine Amadou Sanogo ont annoncé jeudi avoir renversé le régime du président Touré, qu'ils accusent, ainsi que leurs supérieurs hiérarchiques, d'incompétence dans la lutte contre la rébellion touareg et les groupes islamistes dans le nord du pays.

"Je déplore les actes de vandalisme, mais tout n'est pas de notre fait", a expliqué à la presse le chef des putchistes, alors que des soldats se sont librés à des pillages dans la capitale, où le palais présidentiel a été en partie incendié.

"Hier, des individus mal intentionnés ont porté l'uniforme pour casser, vandaliser. Je prie les populations de nous excuser pour les désagréments causés, je demande l'arrêt des pillages", a souligné le capitaine Sanogo, qui a promis d'user de "tous les moyens nécessaires pour mettre fin à ces exactions".

L'UA suspend le Mali jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel

L'Union africaine (UA) a décidé vendredi de suspendre le Mali de toute participation à ses activités jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel dans ce pays, a annoncé le diplomate nigérian Paul Zolo à l'issue d'une réunion à Addis Abeba.

 

Le capitaine Sanogo s'exprimait devant la presse lors d'un entretien au camp militaire Soundiata Këita dont il a fait son QG, dans la ville de Kati, près de Bamako.

De nombreux militaires étaient sur place, mais très peu d'officiers, a-t-on constaté. Une vingtaine de bérets rouges, membres de la garde présidentielle, étaient également présents au côté du chef des putchistes.

"Quand un Etat a déjà cinquante ans, et que malheureusement les forces armées et de securité ne sont pas dans les condition minimales pour faire face à la défense de l'intégrité territoriale, il y a défaillance", a justifié le capitaine Sanogo.

"Ensuite, tout le monde est conscient de la cherté de la vie. (...) Ca fait se révolter. Les civils ont parlé, réclamé. Voilà ce qui nous a amené a cette situation", a souligné l'officier.

"Pour l'instant, je précise que nous n'allons pas faire une transition militaire. Ca va concerner tout le monde", a commenté le capitaine Sanogo, alors que les putschistes, réunis au sein d'un "Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE)", avaient promis jeudi de "restaurer le pouvoir" civil et d'installer un gouvernement d'union nationale.
La rebellion touareg poursuit son offensive

Au lendemain du coup d'Etat militaire qui a renversé le régime du président malien Amadou Toumani Touré, la rébellion touareg a annoncé vendredi la poursuite de son "offensive", tandis que les appels au retour à l'ordre constitutionnel se sont multipliés en Afrique et dans le monde.



"Je vais mettre en place un comité prenant en compte tous les partis, toutes les composantes de la société. Nous voulons aller à la réforme, et nous aurons besoin de toutes les composantes de la société civile (...). Ensemble on va s'asseoir, discuter des perspectives (...)".

"Je ne suis pas un homme de guerre. Il se pourrait même que certains groupes (rebelles touareg) disent, puisque les choses ont changé: +essayons d'approcher ceux qui sont aux commandes maintenant+", a-t-il avancé.

"Je ne suis pas là pour juste m'équiper, équiper l'armée malienne pour aller tuer tout ce qui est sur son passage. Je ne suis pas un homme de ce genre", affirmant vouloir "la négociation".
 

Première publication : 23/03/2012

  • MALI

    Pourquoi le régime du président "ATT" était fragilisé

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Coup d’État au Mali : un "mal nécessaire" ou un "acte de bandits" ?

    En savoir plus

  • MALI

    La rébellion touareg menace-t-elle la stabilité politique fragile de Bamako ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)