Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

FRANCE

Les musulmans rendent hommage aux victimes de Merah à la Grande Mosquée de Paris

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 29/03/2012

Au lendemain de la mort de Mohamed Merah, l’auteur des tueries de Toulouse et de Montauban, une Prière de l’absent a été dite dans les mosquées françaises pour rendre hommage aux soldats musulmans tombés sous les balles du tueur. Reportage.

"La communauté musulmane est choquée et ressent le besoin d’exprimer sa douleur", explique Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, installé dans un fauteuil au milieu de son bureau.

Le vendredi est un jour sacré pour les musulmans, mais en ce 23 mars, en France, il revêt un caractère particulier. À la suite de l’assassinat de deux soldats français de confession musulmane à Montauban et à Toulouse, un appel a été lancé à l’ensemble de la communauté pour assister, dans toutes les mosquées de France, à une prière particulière - la Prière de l’absent. La Grande Mosquée, située en plein cœur du Quartier latin, à Paris, se prépare, elle-aussi, à cette cérémonie.

"Le fait divers que nous venons de vivre à Toulouse nous oblige à être prudents." Osman Ibrahim-Behra, 60 ans. Photo : Charlotte Oberti.
"Nous faisons cette prière en mémoire de toutes les victimes, pas uniquement des deux soldats d’origine musulmane, précise Dalil Boubakeur. C’est au niveau de la nation que nous voulons l'élever."

Éviter tout amalgame

Dalila Lardaoui, une fidèle de 41 ans, profite de ses vacances pour se rendre à la mosquée. "La Prière de l'absent est une occasion de prier pour toutes ces personnes victimes de crimes horribles, injustifiables. Ce n’est pas une question de religion, nous sommes tous touchés en tant qu’être humain", affirme-t-elle en réajustant son voile vert.

Un peu plus loin, Farida est en proie au désarroi. "Un vrai musulman, qui pratique notre islam, ne ferait pas ce genre de choses", lance-t-elle.

Mohamed Merah, l’auteur des meurtres de sept personnes - dont trois enfants - à Toulouse et à Montauban entre le 11 et le 19 mars, a été tué jeudi 22 mars lors d’un assaut du Raid, une unité d'élite de la police nationale, dans l’immeuble où il était retranché depuis plus de 30 heures. L’homme a notamment expliqué son geste par son opposition à la loi française interdisant le port du voile dans les lieux publics.

"Nous ne voulons pas qu’il y ait d’amalgame entre la communauté musulmane et les faits qui viennent de se dérouler qui n’ont rien à voir avec l’Islam. Nous demandons donc à la communauté nationale de se garder de tout mauvais jugement envers notre religion", lance Dalil Boubakeur.

"L'islam a mauvaise réputation en France." Mohamed Tedjini, 28 ans. Photo : Charlotte Oberti.
En chemin pour aller prier comme tous les vendredis, Fatiha Messamer évoque un cas isolé. "Il y a des fous partout, certains mettent leurs actes sur le compte de l’islam, mais cela ne veut rien dire", s’indigne-t-elle.

Toutefois, certains fidèles craignent un regain de tensions entre communautés à la suite du drame.

 

"Le cordon ombilical est déjà coupé entre les Français"

Régulièrement sous le feu des projecteurs, la religion musulmane a été au cœur des débats politiques de ces derniers mois avec, notamment, l’adoption de la loi contre le port du voile intégral, l’interdiction des prières dans les rues et, dernièrement, la polémique sur la viande halal.

À 28 ans, Mohamed Tedjini, qui participe aussi à la prière de la Grande Mosquée, avoue redouter que les musulmans pâtissent de ces évènements. "De toute façon, l’islam a mauvaise réputation en France", résume-t-il.

"Il y a des fous partout, certains mettent leurs actes sur le compte de l’islam, mais cela ne veut rien dire." Fatiha Messamer, 58 ans. Photo : Charlotte Oberti.
L’un des fidèles au visage fermé, qui souhaite garder l’anonymat, se dirige vers le bâtiment. La prière débute dans cinq minutes, soit juste le temps pour lui de dénoncer le climat politique actuel qui n’apaise pas les tensions dans le pays. "Le gouvernement français ne fait pas les choses correctement, au lieu d’inciter à l’amour entre les personnes, il fait des différences entres les musulmans et les autres Français", s'énerve-t-il. Un triste constat qui ne se limite pas au simple cas de la communauté musulmane : "Il y a également des discriminations envers les chrétiens, les juifs, les Roms, etc. Dans notre société, le cordon ombilical est coupé entre les Français", ajoute ce dernier.

Osman Ibrahim-Behra, lui, vit à La Réunion depuis 60 ans. En visite dans la capitale où habite sa fille, il constate que, en métropole, les tensions sont plus vives que sur son île : "Que cherche-t-on lorsque l’on parle de la viande halal, sinon à affaiblir la communauté musulmane ? Le fait divers que nous venons de vivre à Toulouse nous oblige à être prudents".

Interrogée sur le risque de stigmatisation de la population musulmane, Fatiha Messamer se veut, elle, plus confiante. "On peut bien essayer de nous pointer du doigt à la suite de cette affaire, mais mes concitoyens - car je suis Française ! - savent faire la part des choses, ils ne se laisseront pas berner."

(Crédits photo : Charlotte Oberti / FRANCE 24)

Première publication : 23/03/2012

  • FUSILLADE DE TOULOUSE

    Critiquée dans l'affaire Mohamed Merah, la DCRI se défend

    En savoir plus

  • FUSILLADE À TOULOUSE

    11h25 : "Les hommes du Raid ripostent en lui tirant une balle dans la tête"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mohamed Merah tué après un assaut du Raid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)