Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

SPORT

Le vaudou au chevet du football togolais

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 23/03/2012

Le président des prêtres vaudou du Togo a proposé ses services à la Fédération de football de son pays. Objectif : "chasser les mauvais esprits" qui ont endeuillé le monde du ballon rond togolais ces dernières années...

Le football togolais a connu ces dernières années de nombreux drames. Le 3 juin 2007, 13 membres de la délégation qui accompagnait les Éperviers (surnom de la sélection togolaise de football), dont l'ancien ministre des Sports Richard Attipoé, avaient péri dans un accident d'hélicoptère en Sierra Leone après un match de qualification de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2008. L'hélicoptère Mi-8 de fabrication russe qui assurait la liaison entre Freetown, la capitale sierra-léonaise, et l'aéroport international de Lungi s'était écrasé après avoir pris feu alors qu'il s'apprêtait à atterrir.

Le 8 janvier 2010, le bus de l’équipe du Togo était mitraillé dans l'enclave de Cabinda, alors que la sélection nationale se rendait en Angola pour la phase finale de la CAN-2010. Deux personnes avaient alors trouvé la mort : Abalo Amélété, l'entraîneur-adjoint de la sélection, et Stanislas Ocloo, le chargé de communication des Éperviers. Le gardien Kodjovi Obilalé avait, lui, été grièvement blessé après avoir reçu deux balles de kalachnikov dans le foie et dans le bas du dos, ce qui lui a quasiment fait perdre l’usage de sa jambe droite.

On aurait alors pu croire le cauchemar terminé : il n'en est rien. Le 26 novembre dernier encore, six personnes ont été tuées et vingt-six blessées lorsque le bus qui transportait une délégation de l'Étoile Filante de Lomé (1ère division togolaise) a pris feu après s'être renversé accidentellement près de Gléi, à 120 km au nord de Lomé. L'équipe se rendait à Sokodé (à environ 375 km au nord de la capitale) pour la 5e journée du championnat national de football. Parmi les victimes figuraient l'entraîneur-adjoint du club, son secrétaire général, deux membres de son service médical, son cuisinier et une journaliste.

Selon le président des prêtres vaudou du Togo, Togbui Gnagblondjro III, "ce sont les esprits de ceux là qui sont morts qui nous poursuivent. Ils sont morts pour une cause nationale et rien n'est fait pour eux". Pour lui, la solution est donc évidente : "Les responsables de la FTF [Fédération togolaise de football, NDLR] doivent nous approcher, sinon le football togolais aura toujours des problèmes. Il faut absolument organiser des cérémonies traditionnelles pour chasser les mauvais esprits".

"Le vaudou peut être efficace"

"Pour chasser les mauvais esprits, cela peut être efficace", souligne Kodjovi Obilalé, joint par FRANCE 24. "La pratique du vaudou est instaurée depuis des décennies au Togo. L’Afrique a ses coutumes. Moi, je ne suis pas contre, si cela peut apaiser les drames qui frappent mon pays."

Des propos qui font écho aux paroles de Togbui Gnagblondjro III. "Nous devons revenir à la chose de nos ancêtres : faire des cérémonies traditionnelles, car nous savons tous qu'en Afrique, lorsqu'une personne meurt par accident, on fait des cérémonies", a-t-il également souligné, avant d'ajouter : "C'est le Égoun [la divinité des morts brutales, NDLR] qu'il faut chasser. Ces cérémonies comportent plusieurs étapes. Nous allons, dans un premier temps, consulter les oracles, car ce sont eux qui nous diront les démarches à suivre".

La prochaine échéance pour la sélection togolaise est le match retour du 1er tour des éliminatoires de la CAN-2013 face au Kenya, prévu en juin, à Lomé. Lors du match aller disputé à Nairobi, le 29 février dernier, les Éperviers s’étaient inclinés 2 buts à 1...

Première publication : 23/03/2012

  • FOOTBALL

    Éliminatoires de la CAN-2013 : bon départ du Cameroun, de l’Algérie et de la RDC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)