Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • EN DIRECT : Les quatre ex-otages libérés samedi ont atterri sur le sol français

    En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps de victimes du naufrage du ferry repêchés

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

Afrique

L'UA suspend Bamako, la Cédéao convoque un sommet extraordinaire

©

Vidéo par AITV

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2012

L'Union africaine a décidé de suspendre le Mali de ses instances à la suite du putsch perpétré contre le président Amadou Toumani Touré. Un sommet extraordinaire de la Cédéao a par ailleurs été convoqué mardi pour aborder la situation dans le pays.

AFP - L'Union africaine (UA) a suspendu vendredi le Mali jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel dans ce pays, et a décidé d'envoyer une mission conjointe avec la Cédéao à Bamako pour faire pression en ce sens sur les militaires putschistes, a-t-on appris de source officielle.

De plus, un sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) aura lieu mardi à Abidjan pour discuter de la situation au Mali, a indiqué le ministère ivoirien de l'Intégration africaine.



La Cedéao, qui compte 15 Etats membres et que dirige depuis la mi-février le président ivoirien Alassane Ouattara, "se réunira de façon urgente", selon cette source.

"Le Conseil (de paix et de sécurité de l'UA) a décidé que le Mali serait suspendu de participation à toutes les activités (de l'organisation) jusqu'au rétablissement effectif de l'ordre constitutionnel", a déclaré à la presse à Addis Abeba le diplomate nigérian Paul Zolo, qui présidait une réunion extraordinaire consacrée à la crise au Mali, au siège de l'UA.

"Une délégation est maintenant sur le point d'aller au Mali. (Ce sera) une mission conjointe UA-Cédéao ", a précisé le président de la Commission de l'UA Jean Ping à l'issue de cette réunion.

Le but est "d'aller leur dire bien sûr qu'il est nécessaire de rétablir l'ordre constitutionnel", a poursuivi M. Ping, qui avait dès jeudi "condamné fermement" le putsch dans un communiqué au nom de l'Union africaine.

Le président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouédraogo, a pour sa part quitté vendredi en fin d'après-midi Ouagadougou pour Bamako, où il doit s'entretenir avec la junte militaire.

Le président en exercice de la Cédéao, Alassane Ouattara, "m'a instruit de conduire une mission aujourd'hui (vendredi) à Bamako", a déclaré devant la presse à Ouagadougou M. Ouédraogo, à la sortie d'un entretien avec le président burkinabè Blaise Compaoré.

"L'étape suivante", faute de retour rapide à l'ordre constitutionnel, "c'est que des sanctions seront prises", qui pourraient inclure des interdictions de voyage et le gel d'avoirs à l'étranger des auteurs du putsch, a pour sa part menacé Jean Ping.

Un groupe de militaires a renversé jeudi le régime du président malien Amadou Toumani Touré, suscitant la réprobation internationale.

Le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte qui a pris le pouvoir, a affirmé à la presse que les dirigeants du régime renversé étaient "sains et saufs" et seraient "prochainement remis à la justice malienne".

Il n'a donné aucune indication sur le lieu où se trouvait le président Touré.

Jean Ping a de son côté indiqué vendredi "avoir été informé, lors de la prise du palais (présidentiel), que le président (Touré) était sain et sauf et protégé par des loyalistes".

"Il est au Mali, c'est sûr", a-t-il ajouté.

La réunion extraordinaire du Conseil de paix et de sécurité de l'UA au niveau des ambassadeurs à Addis Abeba avait été décidée pour réagir rapidement au putsch au Mali. Ce coup d'Etat est survenu par coïncidence alors que venait de s'achever dans la capitale malienne une réunion du même organe de l'UA, cette fois-là au niveau ministériel.

Les ministres des Affaires étrangères du Kenya et du Zimbabwe, qui n'ont pu quitter à temps Bamako, sont depuis retenus dans la capitale malienne en raison de la fermeture de l'aéroport par les putschistes, a encore indiqué M. Ping.
 

Première publication : 23/03/2012

  • MALI

    Coup d'État : "Le président Touré est en sécurité", affirment les putchistes

    En savoir plus

  • MALI

    Pourquoi le régime du président "ATT" était fragilisé

    En savoir plus

  • MALI

    La rébellion touareg menace-t-elle la stabilité politique fragile de Bamako ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)