Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Obama intervient avec émotion dans l'affaire d'un jeune Noir tué en Floride

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/03/2012

Vendredi, Barack Obama s'est exprimé avec émotion au sujet du meurtre de Trayvon Martin, un jeune Noir abattu par un Blanc le 26 février. La mort de l'adolescent - dont le meurtrier n'a pas été arrêté - suscite une vague d'indignation dans le pays.

REUTERS - Barack Obama a exprimé vendredi en termes très personnels son émotion au sujet de la mort d’un adolescent noir de Floride, Trayvon Martin, tué par un vigile blanc.

Le président des Etats-Unis a comparé ce garçon de 17 ans au fils qu’il n’a pas eu et il a invité les Américains à effectuer une introspection pour tenter de comprendre comment un tel drame avait pu arriver.

« Si j’avais un fils, il ressemblerait à Trayvon », a déclaré Barack Obama à la Maison blanche, dans sa première déclaration publique au sujet de cet homicide, auquel il attribue ainsi un caractère raciste.

« Je ne peux qu’imaginer ce qu’endurent ces parents. Et quand je pense à ce garçon, je pense à mes propres enfants », a ajouté le premier président noir des Etats-Unis, père de deux filles.

La mort de cet adolescent a soulevé une vague d’indignation aux Etats-Unis, non seulement en raison de l’aspect racial évoqué par Barack Obama mais aussi parce que le meurtrier présumé n’a pas été arrêté.

George Zimmerman affirme en effet avoir agi en état de légitime défense, une notion dont le champ d’application est particulièrement étendu dans le cadre d’une législation baptisée « Stand Your Ground », adoptée en 2005 en Floride et dans une vingtaine d’Etats en tout.

Barack Obama a prôné vendredi un réexamen de ce type de législation.

« Je pense que chacun de nous doit effectuer une sorte d’introspection pour comprendre comment une chose pareille peut se produire. Et cela signifie que nous devons examiner les lois et le contexte de ce qui s’est passé, ainsi que les particularités de cet incident », a-t-il dit.

Enquête

Les parents de Trayvon Martin ont remercié le président pour ces paroles.

« Les commentaires personnels du président nous ont profondément touchés et nous conduisent à nous interroger: si son fils ressemblait à Trayvon et portait lui aussi une capuche, serait-il suspect également? », ont-ils réagi dans un communiqué.
Trayvon Martin a été abattu le 26 février par George Zimmerman, Hispanique blanc de 28 ans et membre d’une unité d’autodéfense d’un quartier de Sanford en Floride.

Ce soir-là, l’adolescent était vêtu d’un sweatshirt, capuche relevée en raison de la pluie, et il rentrait chez lui après être allé acheter de quoi manger dans une épicerie juste avant le début du All-Star Game, le match de gala que disputent chaque année les meilleurs joueurs de la NBA.

C’est alors que George Zimmerman l’a repéré et a appelé la police pour signaler la présence d’une personne suspecte dans le quartier. Puis, armé d’un pistolet, il a suivi l’adolescent alors que la police lui avait demandé de ne rien en faire.

Lorsque les policiers sont arrivés sur place, Trayvon Martin était mort.

George Zimmerman ne s’est pas exprimé publiquement sur cette affaire et on ignore où il se trouve. Son père assure qu’il est injustement calomnié.

Face à la polémique suscitée par cette affaire, le gouverneur de Floride Rick Scott a désigné un nouveau procureur pour reprendre l’enquête.

Le département fédéral de la Justice a lui aussi lancé ses propres investigations.
 

Première publication : 24/03/2012

  • ROYAUME-UNI

    Dix-huit ans après les faits, deux hommes condamnés pour un crime raciste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)