Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Afrique

Les élus islamistes dominent la nouvelle Assemblée constituante

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/03/2012

Lors d'un vote au Parlement égyptien ce dimanche, 100 membres, en majorité islamistes, ont été désignés pour former la nouvelle Assemblée constituante. Les élus libéraux, qui ont boycotté le vote, ont déposé une demande d'annulation.

AFP - Le Parlement égyptien a désigné essentiellement des islamistes au sein de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution, lors d'un vote dont les libéraux tentaient dimanche d'obtenir l'invalidation, selon la presse officielle.

Samedi, les élus libéraux avaient refusé de participer au vote, accusant leurs collègues islamistes qui dominent l'assemblée de vouloir composer une commission à leur image plutôt qu'à l'image du pays.

Le vote a cependant eu lieu et la commission, composée de 100 membres dont une moitié de parlementaires et une moitié de représentants de la société civile, doit tenir sa première réunion mercredi, même si des libéraux ont déposé une demande d'annulation du vote devant un tribunal administratif.

Selon la presse, 37 des 50 parlementaires élus ainsi qu'un grand nombre de non-parlementaires sont islamistes. La commission ne compte que six femmes et quelques Coptes (chrétiens d'Egypte), dont l'un, Rafiq Habib, appartient au Parti de la liberté et de la justice (PLJ), issu des Frères musulmans.

Parmi les membres non-parlementaires se trouvent aussi un membre du conseil militaire au pouvoir depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011, un dignitaire des Frères musulmans, des juges, des avocats, et un militant qui a perdu ses deux yeux dans des affrontements avec la police l'année dernière.

Samedi, des élus libéraux avaient annoncé leur retrait du vote, qualifiant la procédure de "ridicule". "La Constitution ne doit pas être le reflet de la majorité. Elle doit être le reflet de toutes les forces de la société", avait insisté Rifaat al-Said, président de Tagammou (gauche).

Les libéraux redoutent que les islamistes essaient d'imposer des références plus explicites à l'islam dans la nouvelle Loi fondamentale, malgré les déclarations rassurantes du PLJ.

Première publication : 25/03/2012

  • ÉGYPTE

    Les libéraux se retirent du vote sur la nouvelle Constitution

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Journée de deuil national pour les funérailles de Chenouda III

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)