Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

FRANCE

Patrice de Maistre reste en détention

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/03/2012

Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de l'héritière de l'Oréal, Liliane Bettencourt, a été maintenu en détention par la cour d'appel de Bordeaux. Une nouvelle audience aura lieu jeudi.

REUTERS - La cour d'appel de Bordeaux a décidé lundi le maintien en détention de Patrice de Maistre, a-t-on appris auprès de l'avocat de l'ancien gestionnaire de
fortune de Liliane Bettencourt.

Patrice de Maistre a été placé en détention provisoire jeudi dernier après une nouvelle mise en examen. Il restera en détention au moins jusqu'à jeudi prochain, date d'une nouvelle audience qui statuera sur sa demande de remise en liberté, a ajouté l'avocat, Pierre Haïk.

L'avocat s'est déclaré "extrêmement déçu" et a estimé que la justice avait "bafoué un principe fondamental" en refusant de remettre son client en liberté.

La détention de Patrice de Maistre marque une accélération de l'instruction de l'affaire Bettencourt, qui porte notamment sur des abus de faiblesse dont l'héritière de L'Oréal
aurait été la victime et sur des soupçons de versements occultes au bénéfice de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Portrait de Patrice de Maistre

Déjà mis en examen le 15 décembre dernier, notamment pour escroquerie et abus de confiance, l'ancien homme de confiance de la milliardaire a été entendu une nouvelle fois jeudi par le juge bordelais Jean-Michel Gentil, chargé des enquêtes sur la fortune de Liliane Bettencourt depuis le dépaysement du dossier.

 

Ce dernier l'a mis en examen pour des faits nouveaux et il a été placé en détention provisoire jeudi soir.

Parmi ces faits nouveaux figure la perception par Patrice de Maistre d'une somme de près de trois millions d'euros dans le cadre d'une convention entre une société dont il était le gérant et Liliane Bettencourt, alors en situation de vulnérabilité, a précisé le parquet.

SARKOZY "DIRECTEMENT MIS EN CAUSE", DIT LE PS

Il est également reproché à Patrice de Maistre la perception indue de factures émises par cette même société à l'égard d'une autre société dont il était dirigeant, pour un bénéfice de 2,4 millions d'euros, a-t-on ajouté de même source.

Selon Le Journal du Dimanche, il est reproché à Patrice de Maistre d'avoir mis à disposition des sommes pour un montant de quatre millions d'euros de 2007 à 2009. La justice devra déterminer si une partie de ces sommes a contribué à financer la
campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Le Parti socialiste a considéré lundi que ces nouveaux développements appelaient des explications directes de la part de Nicolas Sarkozy.

"Longtemps, cette affaire Bettencourt a tourné autour de Nicolas Sarkozy. Il est aujourd'hui directement mis en cause", a déclaré Benoît Hamon, le porte-parole du PS.

"Il est présumé innocent bien sûr. Ce que nous lui demandons c'est qu'il cesse de fuir, de s'échapper, de s'abriter derrière d'autres et qu'il s'explique sur la réalité de ces rendez-vous et le fait que des faits supplémentaires attesteraient de l'hypothèse d'un financement illégal de sa campagne", a-t-il ajouté lors de son point de presse hebdomadaire.

"Pour dissiper les doutes qui existent, les interrogations et les questions, il faut que le président de la République parle", a insisté Benoît Hamon.

Liliane Bettencourt, âgée de 89 ans, est sous tutelle de sa fille et de ses enfants depuis octobre dernier. Elle a quitté le conseil d'administration de L'Oréal en février et y a été
remplacée par l'aîné de ses petits-fils.


 

Première publication : 26/03/2012

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Patrice de Maistre placé en détention provisoire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : Banier et d'Orgeval mis en examen, De Maistre interpellé

    En savoir plus

  • FRANCE

    Patrice de Maistre bientôt entendu comme témoin dans l'affaire Madoff

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)