Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Bayrou en marche avec Emmanuel Macron

En savoir plus

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Chez nous", le populisme en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès du Novotel d'Abidjan : 10 personnes accusés d'assassinat et séquestration

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

FRANCE

Dans le quartier toulousain des Izards, sur les traces de Mohamed Merah

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/03/2012

Pour tenter de cerner la personnalité de Mohamed Merah, nos reporters sont allés au cœur de la cité des Izards, à Toulouse, où celui qui allait devenir le "tueur de Toulouse et de Montauban" a passé son enfance et sa jeunesse. Enquête.

Aux Izards, le quartier de la banlieue toulousaine où a grandi Mohamed Merah, la surprise a cédé le pas à l’agacement. Nos journalistes Karim Hakiki et Anne-Sophie Pellegry,  partis à la recherche de ceux qui ont connu le jeune homme, se sont heurtés au "no comment" : "L’histoire est terminée". Les médias ne sont plus les bienvenus dans ce quartier populaire où les HLM côtoient les maisons unifamiliales.

Comme les images et les vidéos, les témoignages se monnaient désormais. Refusant de payer - on leur demandera jusqu’à 7000 euros - pour s’entendre raconter la jeunesse de celui qui est désormais connu comme le tueur de Montauban et de Toulouse, nos journalistes ont donc eu recours à la caméra cachée.

C’est ainsi qu’ils se sont entretenus avec deux amis d’enfance de Mohamed Merah. Comme beaucoup de ceux qui l’ont connu ils décrivent un jeune homme joyeux, "qui avait besoin d’affection".

"C'était quelqu'un qui avait plusieurs facettes. Le lundi, il pouvait être habillé en survêt’ de foot, le mardi, il pouvait être en djellabah, le mercredi, il pouvait avoir les cheveux teints en blond, dira l’un d’eux. Autant par moment on pouvait le détester, autant par moment on pouvait l'aimer et c'est ce qui faisait son originalité."

Retour sur le parcours d’un jeune homme énigmatique.

Première publication : 28/03/2012

  • FRANCE

    Voyage au cœur du "djihadisme de terroir"

    En savoir plus

  • FUSILLADE DE TOULOUSE

    Les questions en suspens dans l’affaire Merah

    En savoir plus

  • FUSILLADE DE TOULOUSE

    L’oncle de Merah : "Mohamed a changé en prison"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)