Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Afrique

La junte annonce l'adoption d'une nouvelle Constitution, la Cédéao hausse le ton

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2012

La junte militaire au pouvoir au Mali a annoncé mardi l'adoption d'une nouvelle Constitution qui sera en vigueur pendant la transition. Au même moment, la Cédéao, réunie à Abidjan, a décidé d'envoyer une délégation de plusieurs présidents à Bamako.

AFP - La junte au pouvoir au Mali depuis le coup d'Etat du 22 mars a annoncé mardi soir l'adoption d'une nouvelle Constitution, à 48 heures de la visite de plusieurs chefs d'Etat ouest-africains qui ont haussé le ton pour "un retour rapide à l'ordre constitutionnel".

Le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE, junte) "a adopté l'acte fondamental", une Constitution de quelque 70 articles qui sera en vigueur durant la transition, selon un texte lu dans la soirée par un militaire sur la télévision publique.

Le préambule stipule que le peuple malien "affirme solennellement sa détermination de perpétuer un Etat de droit et de démocratie pluraliste dans lequel les droits fondamentaux de l'Homme (...) sont garantis".


Aucun membre de la junte et de son futur gouvernement ne sera autorisé à être candidat aux élections législatives et présidentielle que le nouveau pouvoir prévoit d'organiser, affirme cet "acte fondamental", qui ne précise ni la date de ces scrutins, ni la durée de la transition.

Pendant toute la transition, la junte en sera "l'organe suprême" et son chef, le capitaine Amadou Sanogo, est "chef de l'Etat", qui nommera un gouvernement.

La junte a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré (ATT) à quelques semaines de la présidentielle du 29 avril, s'attirant une réprobation internationale unanime et la condamnation de la quasi-totalité de la classe politique malienne.

Le nouveau pouvoir, composé essentiellement de militaires du rang, affirme avoir agi en réaction à l'échec du président Touré face à une nouvelle rébellion touareg active depuis la mi-janvier dans le Nord.

L'annonce de cette nouvelle Constitution intervient alors qu'un sommet extraordinaire des chefs d'Etat ouest-africains a décidé mardi à Abidjan de l'envoi dans les 48 heures d'une délégation de plusieurs présidents pour "permettre un retour rapide à l'ordre constitutionnel" au Mali.

Cette délégation sera conduite par le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara, chef en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 Etats). Elle sera composée de ses homologues du Burkina (Blaise Compaoré), du Bénin (Boni Yayi) du Liberia (Ellen Johnson Sirleaf), du Niger (Mahamadou Issoufou) et du Nigeria (Goodluck Jonathan).

La Cédéao "autorise" également "la montée en puissance de sa force pour parer à toute éventualité", ont prévenu les participants à ce sommet, qui ont aussi exigé un cessez-le-feu immédiat à travers tout le Mali où la rébellion maintient la pression dans le nord.

Le président burkinabè a été nommé médiateur dans la crise malienne avec pour "mission de prendre contact avec toutes les parties prenantes en vue d'engager un dialogue fructueux pour la restauration de la paix dans le pays".

"En cas de non-respect par les mouvements de cette décision, la conférence prendra toutes les mesures pour mettre fin à la rébellion et veillera à préserver l'intégrité territoriale du Mali y compris par l'utilisation de la force", ont mis en garde les chefs d'Etat de la Cédéao.

Toujours plus isolée, la junte joue à fond la carte de la normalisation dans le pays. Avec la réouverture mardi des administrations et des commerces, marquant la reprise d'une activité quasi-normale à Bamako, la junte a annoncé le soir même la levée immédiate du couvre-feu nocturne, ainsi que la réouverture des frontières pour mercredi matin.

Deux candidats à la présidentielle, l'ex-Premier ministre Modibo Sidibé et l'homme d'affaires Jamil Bittar, ont été libérés mardi soir par la junte, qui les détenait depuis le putsch avec 12 autres personnalités, dont des ministres du régime déchu.

Le chef de la junte avait appelé lundi les rebelles touareg à "cesser les hostilités" et négocier, alors qu'ils contrôlent la plus grande partie du nord-est malien et menacent désormais la garnison de Kidal, une des villes les plus importantes de la région.

Il s'était également adressé aux politiques, les exhortant à "rejoindre sans délai" la junte pour le "retour à un ordre constitutionnel".

Le front anti-junte, créé dimanche et regroupant de nombreux partis et associations, a annoncé pour sa part vouloir "engager sans délai le dialogue" avec les putschistes pour obtenir leur retour dans les casernes et "faire échec au coup d'Etat".

Des militaires ont empêché mardi des députés maliens d'entrer à l'Assemblée nationale, officiellement dissoute comme les autres institutions.

Enfin, le président ATT, dont on ignore depuis cinq jours le sort exact, est "vivant, en bonne santé", a indiqué le président ivoirien Ouattara, confirmant les informations données le jour même par le gouvernement français. Il a précisé lui avoir "parlé ce (mardi) matin".

Première publication : 28/03/2012

  • MALI

    Pourquoi le régime du président "ATT" était fragilisé

    En savoir plus

  • MALI

    Bamako plongée dans la confusion après le putsch militaire

    En savoir plus

  • MALI

    L'UA suspend Bamako, la Cédéao convoque un sommet extraordinaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)