Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

Les chefs d'État de la Cédéao contraints d'annuler leur venue à Bamako

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2012

Le déplacement de plusieurs chefs d'États de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) au Mali pour négocier avec les putschistes a été annulé à la suite d'une manifestation des partisans du coup d'État militaire du 22 mars.

AFP - A la suite d'une manifestation pro-junte à l'aéroport de Bamako, les chefs d'Etat ouest-africains ont annulé jeudi au dernier moment leur venue au Mali, où ils devaient arracher un compromis pour le retour à l'ordre constitutionnel après le coup d'Etat militaire du 22 mars.

Des dizaines de manifestants favorables à la junte ont envahi brièvement dans la matinée le tarmac de l'aéroport de Bamako, a constaté l'AFP.

Ils entendaient protester contre l'arrivée prévue à la mi-journée de cette délégation de chefs d'Etats de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) conduite par le président ivoirien Alassane Ouattara.

Amadou Toumani Touré : "Le plus important est de trouver une sortie de crise"

Ils ont rapidement évacué la piste, mais la mission ouest-africaine a été annulée peu après.

"Le sommet est reporté à cause de problème de sécurité tout à l'heure sur l'aéroport de Bamako", a indiqué sur place le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé.

Pourtant déjà arrivé dans l'espace aérien malien, l'avion d'Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, a "fait demi-tour", selon une source aéroportuaire.

Le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, et son homologue béninois Boni Yayi, président en exercice de l'Union africaine (UA), ont pris la même décision.

Ils devaient se retrouver dans la journée à Abidjan pour "une réunion d'urgence" à la suite de cet incident, selon la présidence du Burkina.

"Les chefs d'Etat viennent à Abidjan pour une réunion à l'aéroport autour du président Ouattara", a confirmé à l'AFP une source à la présidence ivoirienne.

Le déplacement à Bamako de la Cédéao était pourtant capital: trouver une issue à la crise née du putsch contre le président Amadou Toumani Touré (ATT), renversé à quelques semaines de la présidentielle du 29 avril, alors même que le nord du pays est en proie à une nouvelle rébellion touareg.

Mardi, lors d'un sommet à Abidjan, ces dirigeants ouest-africains, qui ont suspendu le Mali de leur organisation, avaient décidé d'envoyer cette délégation pour "permettre un retour rapide à l'ordre constitutionnel".

Le président Compaoré a été nommé médiateur dans la crise, son ministre Djibril Bassolé travaillant sur le compromis d'une "transition" dirigée par Dioncounda Traoré, président de l'Assemblée nationale dissoute par la junte comme les autres institutions.

Amadou Toumani Touré : "J'ai passé la journée sous les tirs de canon"



A Abidjan, la Cédéao a également brandi la menace de la force à l'intention des putschistes comme des rebelles: elle a autorisé "la montée en puissance de sa force pour parer à toute éventualité".

Mais le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE, junte), qu'une délégation de chefs d'état-major de pays de la Cédéao a rencontré mercredi à son camp de Kati, près de Bamako, n'a pour l'instant donné aucun signe d'ouverture.

A l'inverse, les putschistes ont accéléré la consolidation de leur pouvoir, adoptant une nouvelle Constitution qui consacre la prééminence des militaires jusqu'aux élections présidentielle et législatives qui clôtureront la transition et dont la date n'est pas déterminée.

Camp contre camp

La junte a affirmé qu'aucun de ses membres n'était autorisé à se présenter à ces scrutins.

ATT, qui dans quelques semaines allait se retirer de la scène après ses deux mandats constitutionnels de cinq ans, semble pour l'heure hors jeu.

Sortant de son silence, il a déclaré mercredi à l'AFP qu'il se trouvait "à Bamako" et qu'il n'était "pas prisonnier". "Dieu merci ma famille et moi nous nous portons tous bien", a-t-il indiqué, sans préciser toutefois sa localisation exacte, qui ces derniers jours faisait l'objet de toutes les spéculations.

D'ores et déjà, chaque camp a commencé à mobiliser.

Plusieurs milliers de manifestants pro-junte ont marché dans les rues de Bamako mercredi, criant leur hostilité à la Cédéao, à l'ex-puissance coloniale française et au reste de la communauté internationale, qui ont unanimement condamné le coup.

La quasi-totalité de la classe politique malienne, ainsi que des organisations de la société civile, ont créé un "front" anti-junte et veulent sans délai obtenir le retour des militaires dans les casernes.



Cette crise politique se déroule alors que le nord du Mali subit depuis mi-janvier une vaste offensive de rebelles touareg, qui comptent dans leurs rangs des hommes lourdement armés ayant combattu l'an dernier en Libye pour le défunt "Guide" Mouammar Kadhafi.

Première publication : 29/03/2012

  • Sur Les Observateurs

    Une manifestation dégénère en affrontements entre pro et anti-putschistes

    En savoir plus

  • MALI

    Pourquoi le régime du président "ATT" était fragilisé

    En savoir plus

  • MALI

    Bamako plongée dans la confusion après le putsch militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)