Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Paul Guerlain condamné à 6 000 euros d’amende pour son "imbécillité"

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 29/03/2012

Jugé pour ses propos tenus en octobre 2010 sur le "travail des nègres", Jean-Paul Guerlain a été condamné, jeudi, à 6 000 euros d'amende pour injure raciale. SOS-Racisme s'est dit satisfait, estimant que le verdict était "important pour la société".

"Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin…" Le Tribunal correctionnel de Paris a jugé jeudi 29 mars que ces propos, tenus par Jean-Paul Guerlain sur France 2 le 15 octobre 2010 constituait une "injure raciale" et un "trouble à l’ordre public". Le célèbre parfumeur a été condamné à une amende de 6 000 euros, en plus des 2 000 euros de dommages et intérêts qu’il devra verser à chacune des trois associations qui se sont constituées parties civiles: le Mrap, la Licra et SOS Racisme.

"Cette condamnation pour principe est importante pour M. Guerlain et pour la société dans laquelle nous évoluons", a commenté maître Patrick Klugman, avocat de SOS-Racisme. "C’est une affaire emblématique qui a choqué et heurté comme rarement. Dans le journal télévisé, à une heure de forte audience, un homme vient dire tranquillement que pour une fois, il avait travaillé comme un nègre, tout en s’interrogeant sur le fait que les nègres n’aient jamais travaillé."

Les propos de Jean-Paul Guerlain avaient effectivement soulevé un tollé. Les appels au boycott de la marque Guerlain et les manifestations devant plusieurs boutiques avaient poussé la maison de parfumerie à se désolidariser de son fidèle "nez", qualifiant d’"inadmissibles" ses propos et mettant un terme à toute collaboration – le parfumeur n’était plus en activité depuis 2002.

Durant l’audience du procès, qui s’est tenu en février dernier, l’homme âgé de 75 ans avait reconnu avoir proféré "une imbécillité" : "J’ai voulu faire rigoler la journaliste et je le regrette. Je présente toutes mes excuses à la communauté noire", avait-il déclaré.

"Le tribunal reconnaît qu’il n’a pas voulu blesser la communauté noire"

"Ce n’est pas parce que M. Guerlain s’ignore comme raciste que nous devons ignorer qu’il est raciste", a rétorqué, à l’issue du verdict, l’avocat de SOS-Racisme. "L’expression 'travailler comme un nègre' vient d’un moment précis de l'Histoire, elle a été créée dans la langue française au moment de l’esclavage. C’est une survivance d’un crime révolu et on ne peut pas dire devant un tribunal : j’ai dit cela sans m’en rendre compte. Dire cette expression est nécessairement une insulte à la mémoire des personnes qui ont souffert dans les fonds de calle. M. Guerlain a la supérieure indifférence de dire : je vous ai blessé sans m’en rendre compte."

Pour autant, Jean-Paul Guerlain n’a pas été condamné pour avoir évoqué le fait de "travailler comme un nègre", expression que le juge estime "datée et désagréable", mais qui ne saurait "constituer une injure dans le contexte litigieux". En revanche, le magistrat a estimé que la deuxième partie de la phrase ("je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé") revenait "à suggérer la fainéantise" d'un "groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur race, ce qui est tout à la fois méprisant et outrageant". Le tribunal poursuit : "même s'il n'avait pas la volonté délibérée de blesser la communauté noire, Jean-Paul Guerlain ne pouvait qu'avoir conscience du caractère blessant de ses propos".

Ces commentaires du juge donnent satisfaction à la défense de Jean-Paul Guerlain, représentée par Maître Basile Ader. "Le tribunal reconnaît qu’il n’a pas voulu blesser la communauté noire mais a simplement voulu être drôle", reformule Me Ader. "En somme, le magistrat dit : il n’avait pas le droit d’être drôle avec des propos aussi blessants. Donc il reconnaît l’absence d’intention mais ne lui donne pas droit à la mauvaise plaisanterie."

(photo AFP)

Jean-Paul Guerlain n’est pas tranquille pour autant. Une autre affaire devrait très prochainement être portée devant les tribunaux. Le parfumeur aurait déclaré devant des employés d’Eurostar, le 24 février dernier : "La France est un pays de merde, c’est une boîte de merde et en plus on n'est servi que par des immigrés". En retard pour prendre le train à la Gare du Nord, à Paris, il venait de se voir refuser l’accès aux rames. Jean-Paul Guerlain se serait alors emporté violemment contre les trois agents qui l’aidaient à se déplacer en fauteuil roulant. Deux d’entre eux étaient noirs, le troisième était une femme d’origine asiatique.

SOS-Racisme et le "collectif anti-négrophobie" entendent bien donner suite à cet esclandre. "On connaît un témoin qui participe à nos actions et qui était présent sur les lieux où ces insultes ont été proférées. On rédige le dépôt de plainte et vous entendrez très prochainement parler de cette affaire", promet Franco Lollia, du collectif anti-négrophobie. Cette "brigade" est une émanation de l'Alliance noire citoyenne, mouvement créé il y a 5 ans et qui s'est justement fait connaître en organisant en octobre dernier le boycott des magasins Guerlain des Champs-Elysées et des Galeries Lafayette.

Première publication : 29/03/2012

  • FRANCE

    Le parfumeur Jean-Paul Guerlain à nouveau poursuivi pour injures raciales

    En savoir plus

  • FRANCE

    Axa verse 300 000 euros d'indemnités à la société Guerlain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)